Publicité

La beauté du flou

Par
La beauté du flou
La beauté du flou
© Getty - Shu Shàng Rén Mei / EyeEm

Et si le flou était la part la plus riche du monde visible ? Et si l'image nette n'était qu'un leurre ? L'histoire de l'art en Occident peut être lue comme l'histoire de l'apprivoisement progressif du flou, qui permet une libération esthétique face à un monde dominé par la prolifération des images.

Et si le flou était la part la plus riche du monde visible ? Et si l'image nette n'était qu'un leurre ? L'histoire de l'art en Occident peut être lue comme l'histoire de l'apprivoisement progressif du flou, qui permet une libération esthétique face à un monde saturé de signes et dominé par la prolifération des images. Le "sfumato" de la Renaissance a été la première étape d'un long chemin de reconnaissance : oui, le monde est flou, fait de foisonnements et de vapeurs, non le flou n'est pas un défaut mais une acceptation de la  complexité et de l'inachèvement des choses.  

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une conférence enregistrée en 2013.

Publicité

Philippe Garnier, écrivain, auteur de deux essais aux Presses Universitaires de France (La  Tiédeur ; Une petite cure de flou.)

En savoir plus : Macy Gray et Saul Leiter