Publicité

La Chine conforte, seule, sa conquête de la Lune, en attendant Mars

Par
Le vaisseau spatial Chang'e-5 se posant sur la Lune. Image tirée d'une animation vidéo au Centre de contrôle aérospatial de Beijing (BACC). L'engin s'est posé mardi soir et a renvoyé des images, a annoncé la China National Space Administration (CNSA)
Le vaisseau spatial Chang'e-5 se posant sur la Lune. Image tirée d'une animation vidéo au Centre de contrôle aérospatial de Beijing (BACC). L'engin s'est posé mardi soir et a renvoyé des images, a annoncé la China National Space Administration (CNSA)
© AFP - Jin Liwang / Xinhua

La Chine vient de réussir son troisième alunissage, dont un sur la face cachée, après avoir envoyé cet été une sonde inhabitée vers Mars. Autrefois à la traîne, son programme spatial lancé à la fin des années 50 a rattrapé une partie de son retard, développé à l'écart des autres pays.

La Chine faisait déjà partie du cercle très fermé des principales puissances spatiales : capable comme les États-Unis et la Russie d'envoyer des humains dans l'espace de manière autonome, depuis 2003. Mais sa réussite historique sur la face cachée de la Lune a confirmé comme jamais début 2019 les ambitions du pays qui se voit première puissance spatiale mondiale en 2045. Malgré un budget opaque estimé à 8,4 milliards de dollars en 2017 par l'OCDE contre 40 milliards pour le programme civil et militaire américain. Et la pandémie de Covid-19 n'empêche pas la Chine de marquer à nouveau sa différence ce mardi avec un troisième alunissage. Après déjà, au coeur de l'été, le lancement réussi d'une sonde inhabitée à destination de Mars. 

Au-delà de ces symboles au très fort impact médiatique, l'objectif du programme spatial chinois, géré par l'Armée populaire de libération (APL), demeure terre à terre : accompagner le pays dans son essor économique et sa volonté de souveraineté. Le pari semble réussi mais au prix d'un certain isolement. La Chine a développé son propre complexe industriel en marge des autres pays et de la plupart des collaborations, un monde à lui tout seul.

Publicité

L'époque du "grand rattrapage"

La première mention d'un projet spatial chinois remonte à 1957, après le lancement de Spoutnik par l'URSS. Mao Zedong lance alors à ses concitoyens : "Nous aussi, nous fabriquerons des satellites !"  L'objectif est atteint treize ans plus tard, en 1970, quand Pékin lance Dong Fang Hong 1 (littéralement "L'Orient est rouge"), au sommet d'une fusée Longue Marche. C'est un satellite de propagande qui diffuse l'hymne national en vigueur à l'époque, "L'Orient est rouge"

La route est plus longue pour réussir l'étape suivante, envoyer un homme dans l'espace. Mission accomplie le 15 octobre 2003, quand Yang Liwei devient le premier taïkonaute ("homme de l'espace" ou "homme du grand vide" en chinois). Il accomplit quatorze révolutions autour de la Terre en vingt et une heures. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mais la conquête ne s'arrête pas là : le 27 septembre 2008, Zhai Zhigang, commandant de la mission Shenzhou 7, enfile son scaphandre et sort une vingtaine de minutes dans le vide spatial ; c'est la première sortie extra véhiculaire effectuée par un Chinois. Zhai Zhigang célèbre l'événement en brandissant le drapeau rouge étoilée de la Mère patrie pour la postérité. Les réussites s'enchaînent ensuite : lancement de la première station Tiangong 1 (littéralement "Palais Céleste 1") en 2011, avec un cours de physique très médiatisé en Chine. Il est diffusé en direct à la télévision en 2013 par Wang Yaping, deuxième taïkonaute chinoise dans l'espace ( voir vidéo ici). Après quelques missions habitées, la station est abandonnée et la Chine en perd le contrôle : Tiangong 1 est désintégrée lors de sa rentrée atmosphérique le 2 avril 2018 et certains morceaux finissent dans l'océan Pacifique. 

Objectif Lune

Entre temps, la Chine a tout de même réussi à rejoindre le club des puissances lunaires en faisant débarquer un robot motorisé baptisé "Lapin de jade" (Yutu en version originale) en 2013. Ce rover parcourt la surface lunaire mais rencontre un problème mécanique qui le plonge dans de longues phases d'inactivité et il rend l'antenne définitivement en 2016.

Le robot de la sonde chinoise Chang'e 3 sur la Lune en décembre 2013
Le robot de la sonde chinoise Chang'e 3 sur la Lune en décembre 2013
- China National Space Administration

Mais le 3 janvier 2019, la Chine entre dans l'histoire spatiale avec un alunissage inédit d'un engin sur la face cachée de la Lune. Le module Chang'e-4, qui avait quitté la Terre le 8 décembre, se pose à 10h26 heure de Pékin (02h26 GMT) et envoie une photo de la surface lunaire.

Pendant toute la phase d'alunissage, les médias chinois sont restés très discrets. Par crainte d'un échec, la propagande d'État avait interdit la moindre communication sur l'événement. L'appareil s'est posé sans encombres et les médias se sont emballés. Un défi immense car les communications sont beaucoup plus difficiles qu'avec la face la plus proche de la Terre :

Récit de cet alunissage historique par Angélique Forget

54 sec

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

© Visactu

Autre avancée, ce mardi 1er décembre 2020, la sonde Chang'e 5 s'est posée sur la Lune pour rapporter des échantillons de sol et de roches lunaires vers la Terre. Cette mission très délicate techniquement est la première du genre depuis celle menée avec succès en 1976 par l'ex-URSS. La collecte doit durer environ deux jours et les échantillons sont prélevés jusqu'à deux mètres de profondeur dans une zone géologique plus jeune que lors des missions américaine et soviétique. Ces technologies sont aussi testées en vue d'envoyer des astronautes chinois sur la Lune.

La Chine sur la Lune. Et de trois ! Avec la sonde Chang'e 5. Récit de Dominique André

1 min

La mission de la sonde chinoise Chang'e 5 sur la Lune
La mission de la sonde chinoise Chang'e 5 sur la Lune
© Visactu

D'ici 2030, Pékin veut aussi construire une base lunaire, peuplée de robots dans un premier temps, puis d'humains. Un simulateur de base lunaire, le Palais Lunaire, a même été construit à Pékin par l'université de Beihang, spécialisée dans la recherche astronautique, pour reconstituer des séjours de longue durée avec quatre taïkonautes.

10 min

Une station spatiale à horizon 2022

En 2016, Pékin a lancé le successeur de sa première station, Tiangong 2. Un laboratoire censé être la première brique d'une grande station spatiale qui devrait être habitée à l'horizon 2022, date à laquelle la Station spatiale internationale devrait arriver à la fin de son existence. Des équipes européennes ont d'ailleurs pris contact avec le gouvernement chinois pour y mener des expériences scientifiques. Une fois habitée, la station devrait prendre le nom de Tiangong-3 et pourrait être la première station spatiale chinoise ouverte à une collaboration internationale. 

Pour arriver à ses fins, l'industrie spatiale chinoise se doit de maîtriser des techniques de pointe dont les applications sont précieuses : en matière de systèmes de propulsion, de jeep lunaire, de moyens de télécommunications, etc. "Quand on mène des opérations aussi complexes qu’envoyer des hommes dans l’espace ou une sonde capable d’alunir, on affiche un niveau d’organisation très élevé", explique Philippe Coué, spécialiste du programme spatial chinois, dans un entretien au Monde, "cela prouve la maîtrise d’un ensemble de technologies très sophistiquées, et projette l’image d’un pays très moderne. Ce genre de programme sert aussi un objectif de cohésion nationale (...). Démontrer de telles capacités permet de fixer les meilleurs étudiants chinois, enclins à partir à l’étranger (...)."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'espace jusque sur Mars : une ambition stratégique

La Chine a maintenu ses ambitions malgré les échecs : la perte de la station Tiangong 1 en 2018 mais aussi le lancement raté d'une fusée Longue Marche 5 à l'été 2017. Ce lanceur lourd devait mettre en orbite un satellite de communications ; une déconvenue qui a entraîné le report du lancement de la sonde Chang'e 5, qui devait initialement ramener des échantillons du sol lunaire en 2017. En revanche, la mission du robot de Chang'e 4 a été maintenue. 

Au delà de la Lune, les Chinois visent Mars avec ce lancement réussi le 23 juillet 2020 et leur mission Tianwen-1 ("Questions au ciel-1"). 

La Chine en route vers Mars. Correspondance de Simon Leplâtre du 23 juillet 2020.

48 sec

La sonde devrait atteindre la planète rouge en février 2021, selon les prévisions de l'administration spatiale chinoise, et tentera d'y déployer un rover chargé d'explorer la planète pendant 90 jours. La Chine pourrait ainsi devenir le premier pays à réussir à faire atterrir et déployer un rover dès sa mission inaugurale. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Huit engins - lancés par les États-Unis, l'Europe et l'Inde - se trouvent actuellement en orbite autour de Mars ou sur sa surface, d'autres missions sont en projet, et les Émirats arabes unis ont également lancé lundi une mission sur Mars dans le but d'étudier son atmosphère.

Pékin a très bien compris que l'espace permet de jouer dans la cour des grands, comme disait le général de Gaulle. Après la terre, la mer et l'air, l'espace est le quatrième élément qu'il faut maîtriser lorsque vous voulez compter sur la scène mondiale. Aujourd'hui, il y a six puissances spatiales : les États-Unis, l'Europe, la Chine, l'Inde, la Russie et le Japon... Ce sont ces mêmes pays qui ont un poids très fort au niveau de la diplomatie internationale parce que le spatial permet une palette gigantesque d'applications ; il est donc très important d'être présent dans l'espace !                                                                                                                            
Jean-Yves le Gall, président du Centre national d'études spatiales (CNES, interrogé en septembre 2018)

Mais si la Chine a fait d'énormes progrès pour combler son retard, le pays ne peut pas prétendre à la première place. "Les États-Unis continuent de faire la course en tête à la fois au niveau qualitatif et quantitatif. Les Américains lancent beaucoup de fusées ainsi que des satellites extrêmement sophistiqués", précise Jean-Yves le Gall. "En 2e ex-æquo, je mettrais l'Europe et la Chine. L'Europe d'un point de vue qualitatif car elle lance des satellites à la pointe au niveau technologique et la Chine d'un point de vue quantitatif car le pays en lance énormément. Il se pourrait qu'en 2019, la Chine soit le pays qui en lance le plus au monde... La raison est simple : ses satellites ont une durée de vie limitée par rapport aux nôtres, cela nous permet d'en lancer moins".

Les États-Unis freinent le développement de la Chine

© Getty - Forrest Anderson / The LIFE Images Collection

Mais dans le monde de l'espace commercial, la Chine doit surtout faire avec un gros handicap par rapport à ses concurrents : "Pékin n'a pas le droit de lancer de satellites qui contiennent des composants américains", explique Jean-Yves le Gall, "on appelle cela la réglementation Itar". Cette législation américaine (dont l'acronyme signifie "International traffic in arms regulations", réglementation sur le trafic d'armes au niveau international) est un outil précieux détenu par Washington dans la guerre commerciale qui l'oppose à ses rivaux : la réglementation Itar permet aux États-Unis de contrôler les importations et exportations de biens jugés sensibles pour la sécurité nationale du pays. "La Chine est un monde spatial à part, elle fabrique des satellites, les lance mais ne peut pas lancer de satellites occidentaux, sauf s'ils sont Itar free, sans composants américains". Ainsi, Pékin n'est pas un concurrent sérieux pour l'Europe et pour la fusée Ariane, leader mondial dans le lancement de satellites... "Une situation qui n'est pas près d'évoluer vu l'état des relations politiques entre la Chine et les États-Unis".

L'isolement de Pékin dans le domaine spatial "tient essentiellement à la politique nord-américaine vis-à-vis de la Chine", complète Isabelle Sourbès-Verger, géographe et spécialiste du programme spatial chinois, "à la fin des années 1990, le Rapport Cox a illustré les préoccupations du Congrès sur les risques que les relations commerciales faisaient courir à la sécurité nationale". Ce rapport parlementaire alertait sur les dangers posés par un partage des technologies avec la Chine, "la mise sur orbite simultanée de plusieurs satellites [nécessaire pour le déploiement du système de télécommunications Iridium] aurait pu être copiée et détournée pour permettre le lancement de plusieurs ogives en cas de frappe nucléaire, ce qui représentait une menace pour la sécurité des États-Unis…" 

Malgré ces contraintes, la Chine atteint son principal objectif : "les technologies spatiales sont stratégiques pour leur contribution au développement économique du pays et à la gestion du territoire", complète Isabelle Sourbès-Verger. 

Pour un pays si grand, il sera toujours moins coûteux d’utiliser des satellites de télécom que de dérouler des câbles à travers les déserts sur des milliers de kilomètres… La valeur symbolique du spatial est très forte en Chine, mais il s’agit d’affirmer ainsi sa modernisation et son accès au même niveau technologique et scientifique que les anciennes grandes puissances colonisatrices. C’est différent de notre lecture. En 2003, un chauffeur de taxi à Pékin m’a dit : "D’accord, nous venons d’envoyer des hommes dans l’espace, c’est super, mais la Chine sera vraiment une grande puissance le jour où elle aura des prix Nobel." Le programme habité n’est pas au cœur du programme spatial chinois, et il n’a pas vocation à le devenir. Il y a bien d’autres applications civiles et militaires prioritaires.                                                                                                                            
Isabelle Sourbès-Verger, géographe et spécialiste du programme spatial chinois.

La France, premier partenaire de la Chine

Pour autant, la solitude de Pékin en matière spatiale n'est pas total et Paris joue un rôle dans l'ouverture du pays au reste du monde : "La France montre l'exemple de ce point de vue", se félicite Jean-Yves le Gall, "nous sommes le premier pays à mener une collaboration pour lancer des satellites. Deux programmes sont en cours, CFO Sat (China-France Oceanography Satellite), pour l'étude du climat et que nous allons lancer le 29 octobre depuis la Chine. Un peu plus tard, nous lancerons également SVOM, un satellite astronomique... La France est aussi associée au programme chinois dans le domaine de la médecine spatiale avec le projet Cardio space. La Chine désire développer un programme spatial complet, compte tenu de la taille de son territoire et du nombre de ses habitants, mais les États-Unis restent la principale puissance, d'un point de vue budgétaire et technologique" (le budget américain atteint 20 milliards de dollars en 2018 contre 6 à 7 milliards pour la Chine).

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La Chine peut toutefois se réconforter grâce à une première percée symbolique sur le sol américain : dans le blockbuster hollywoodien "Seul sur Mars" sorti en 2015, c'est la Chine (et son programme spatial) qui vient au secours de Matt Damon. L'acteur y incarne un astronaute américain coincé sur la planète rouge et les Chinois proposent leur aide au moyen d'une fusée secrète et surpuissante dont ils avaient caché l'existence à la Nasa. Dans la réalité, cette fusée n'existe pas (même si un projet est bien dans les cartons pour l'horizon 2030 ; elle serait plus puissante que la mythique et toujours indépassée Saturn V qui emmena les missions Apollo sur la Lune), mais l'anecdote dit beaucoup de l'état d'esprit des Américains, qui redoutent de perdre leur place de numéro un. Le directeur de l'administration spatiale chinoise, Xu Dahze, avait même réagi à la sortie du film de Ridley Scott : "Quand j’ai vu le film Seul sur Mars, qui prévoit une coopération sino-américaine en vue d’une mission de secours sur Mars dans des circonstances dramatiques, cela montre que nos homologues américains espèrent ardemment coopérer avec nous", avait-il déclaré. "Cela dit, il est fort regrettable que, pour des raisons que chacun connait, des obstacles limitent cette collaboration".

A LIRE AUSSI sur France Culture : deux articles consacrés aux programmes spatiaux des États-Unis et de la Russie, acteurs historiques et toujours actuels de la conquête de l'espace.