La cigarette électronique est-elle dangereuse ?

Publicité

La cigarette électronique est-elle dangereuse ?

Par

Est-ce que vapoter est mauvais pour la santé ? C'est la question au cœur des Idées Claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

Le CDC, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis, part en guerre contre la vapoteuse. Selon l'agence américaine le nombre de décès liés à la cigarette électronique est en nette augmentation, sans compter la multiplication des maladies pulmonaires.

De son côté la Food and Drugs Administration, l'agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, assure que les arômes mentholées des e-cigarettes sont cancérigènes.

Publicité

Une guerre américaine dont les premières batailles ont déjà été remportées : New York et San Francisco ont interdit l'usage des cigarettes électroniques dans l'espace public. L'Inde vient de prendre les même précautions. La vapoteuse est-elle dangereuse ? Plus ou moins que la cigarette ?

Pour en savoir plus nous avons questionné le Dr Marion Adler, médecin et tabacologue à l'hôpital Antoine-Béclère de Clamart.

La cigarette électronique est-elle dangereuse ?

Marion Adler : "La cigarette est absolument dangereuse à 100% et on peut estimer la cigarette électronique à 5% de la dangerosité de la cigarette. Évidemment, le mieux c’est de respirer l’air ambiant mais il vaut mieux prendre une vapoteuse que de prendre une cigarette.  

Il y a quand même eu 12 morts aux États-Unis, c'est bien qu'il y a danger ?

Marion Adler : "Les gens ont mis dans la vapoteuse un liquide de e-cigarette qui n’était absolument pas autorisé. Ils ont mis un peu d’huile dans leur vapoteuse. Si vous mettez n’importe quel produit dedans et en particulier des produits huileux qui ne sont absolument pas faits pour rentrer dans nos poumons, le risque de développer des maladies pulmonaires est énorme, et c’est ce qui s’est passé aux États-Unis. Les gens ont consommé des produits qu’ils ont trouvés sur le marché noir, qui contenaient de l’huile et en particulier de l’huile de cannabis. Ces produits-là dans les poumons provoquent des maladies respiratoires très graves et peuvent provoquer la mort, c’est ce qui s’est passé aux États-Unis."  

Les liquides de e-cigarette sont-ils pleins de produits chimiques ?

Marion Adler : "Le e-liquide contient trois éléments. Le propylène glycol qui sert à vaporiser et du coup à pénétrer dans les poumons, des arômes alimentaires qui suivent les normes AFNOR, les normes AFNOR étant des normes très, très strictes qui permettent d’ingérer ces arômes et de la nicotine. C’est la seule substance dans la cigarette qui n’est pas toxique, ce qui est toxique dans la cigarette c’est la fumée de cigarette, et les 4 000 substances résultants de la combustion. La nicotine est une substance addictive, c’est une drogue extrêmement puissante, mais quand on veut se débarrasser de la cigarette, il faut prendre de la nicotine pour s’en débarrasser sans souffrir, donc la nicotine n’est pas dangereuse."

Mais la Food and Drugs Administration affirme que les arômes mentholés sont cancérigènes...

Marion Adler : "Il n’y a pas pour l’instant, sur le marché français en tout cas, d'arômes dangereux qui ont l’autorisation d’êtres vendus. C’est important, c’est à dire qu’il faut continuer à vérifier les arômes, il faut continuer à avoir des normes très strictes sur les liquides des vapoteuses, mais ces liquides-là qui sont vendus en France, n’ont pas de toxicité en soi. Ici en France, nous avons des arômes à la menthe qui ne sont absolument pas toxiques."   

Donc, la vapoteuse ne présente aucun risque ?

Marion Adler : "La Public Health of England estime que la vapoteuse est à 5% du risque de celui de la cigarette. Donc, je ne dis pas que c’est totalement sans risque, mais c’est infiniment mieux que de fumer. Très souvent je propose à mes patients d’associer les traitements validés, qui sont les substituts nicotiniques ou les médicaments comme le champix, associés à la vapoteuse s’ils en ont besoin."  

A-t-on assez de recul pour connaître tous les risques de la vapoteuse ?

Marion Adler : "Il y a quand même 10 ans de recul avec des études de suivi de patients et d’efficacité par rapport au sevrage tabagique qui sont en cours et qui montrent qu’elle a une grande efficacité dans le sevrage tabagique, c’est vraiment une aide pour beaucoup de gens, pas pour tout le monde mais pour beaucoup de gens, qui n’est pas négligeable. Le but c’est d'arrêter le tabac. Le risque cancer avec le tabac on le connaît, donc si c’est vapoter ou fumer il vaut mieux en effet, vapoter. Pour l’instant il n’y a aucune preuve de liens entre le cancer et la vapoteuse, mais bien sûr il faut continuer à suivre les études scientifiques."   

Les résistances des vapoteuses, peuvent-elles être dangereuses ?

Marion Adler : "Il est important de suivre certaines normes. Déjà, acheter des vapoteuses chez des marchands de cigarettes électroniques qui vendent des vapoteuses avec une résistance qui ne va pas trop chauffer. La deuxième chose, c’est de changer sa résistance régulièrement, parce qu’une résistance qui est trop vieille va commencer à chauffer et ça, il faut absolument l’éviter, mais si vous suivez bien les normes, ça ne devrait pas arriver. La dernière chose, c’est de ne surtout jamais allumer sa vapoteuse sans avoir du liquide à l’intérieur parce que la résistance sans le liquide peut commencer à brûler, et c’est à ce moment-là qu’on a des odeurs de brûlé. Sinon il ne devrait jamais y avoir d’odeur de brûlé avec la vapoteuse."  

Beaucoup de gens continuent à fumer alors qu'ils vapotent, ce n'est donc pas si efficace pour arrêter la cigarette ? 

Marion Adler : "Il y a l’étude Hajek qui est sortie cette année, et qui montre chez 800 personnes fumeuses que l’arrêt du tabac était doublé chez les gens qui utilisaient la vapoteuse, par rapport aux substituts nicotiniques. Donc cette étude montre qu’il y a une réelle efficacité dans le sevrage tabagique de la vapoteuse. Je le vois chez mes patients, il y a des gens qui aiment bien la vapoteuse et il y en a qui n’aiment pas. Ce qu’il faut déjà, c’est avoir les bons conseils chez un marchand de vapoteuse, pour avoir le goût qui est plaisant et pour avoir la dose suffisante de nicotine afin d‘éliminer complètement la cigarette, parce que tant que vous continuez à prendre quelques cigarettes, même 1 à 3 cigarettes par jour, cela multiplie par 3 le risque d’avoir un problème cardio-vasculaire comme un infarctus ou un accident vasculaire cérébral." 

Écoutez et abonnez-vous au podcast

Les Idées Claires : La cigarette électronique est-elle dangereuse ?

9 min

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS.

Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous ici