Publicité

La CNIL vers un conflit avec Google ?

Par

La CNIL demande à Google de modifier sa politique de protection des données personnelles. Le géant de l'informatique a jusqu'à quatre mois pour coopérer. Au delà, la CNIL promet des sanctions. Et le gouvernement dit veiller.

CNIL
CNIL
© Radio France - Eric Chaverou

En mars dernier, Google fusionnait, contre l'avis de la CNIL, les conditions d'utilisations d'une soixantaine de ses services en un seul document. Officiellement pour en simplifier la compréhension. Mais dans les faits, ce serait pour croiser les informations collectées d'un service à l'autre, pour mieux dresser le portrait des utilisateurs.

Publicité

Un internaute sur lequel on sait tout rapporte plus d'argent en publicité.

Gwendal Le Grand - Chef de service de l'expertise informatique à la CNIL
Gwendal Le Grand - Chef de service de l'expertise informatique à la CNIL
© Radio France - Abdelhak El Idrissi

Et pour y arriver, Google se comporterait comme une éponge : la collecte ne concernerait pas seulement certaines données, mais tout ce que les internautes laissent comme trace

Aujourd'hui, la CNIL dit qu'il est même possible que Google récupère les numéros des utilisateurs des smartphones qui fonctionnent avec son logiciel.

Gwendal Legrand est le chef du service de l'expertise informatique à la CNIL :

Écouter

43 sec

Dans sa lettre, la CNIL fait des recommandations à Google : collecter le minimum d'informations sur les utilisateurs.

Isabelle Falque-Pierrotin
Isabelle Falque-Pierrotin
© Radio France - Erwan Pastol

Les garder le moins longtemps possible et surtout permettre aux utilisateurs d'y accéder plus facilement pour savoir ce qui est enregistré à leur propos.

Google a jusqu'à quatre mois pour se conformer aux recommandations de la CNIL.

Sinon : "on entrera dans une phase contentieuse" dit la présidente de la CNIL Isabelle Falque Pierrotin :

Écouter

3 min

Google a communiqué sur les propos de la CNIL, en tout cas sur un point : l'entreprise réfute la collecte de données individuelles pour dresser le profil des utilisateurs.

Sur les conditions d'utilisation : "pas de commentaire pour l'instant" .

Quant au gouvernement, il a annoncé dans un communiqué qu'il allait "prochainement inviter les représentants de Google à venir exposer (...) la manière dont ils envisagent de se conformer aux recommandations" de la Cnil.