Publicité

La couleur est-elle naturelle ou culturelle ?

Par
"Flora sur le sable" par Paul Klee
"Flora sur le sable" par Paul Klee
- Wikimedia Commons

Notre cerveau voit des milliers de nuances, voire des millions. Pourtant l’œil humain ne perçoit que trois couleurs, le rouge, le vert et le bleu, et l’on en répertorie 256 en informatique. Alors génétique, culture, éducation… Quelle sensibilité pour quelle couleur ?

La couleur, on la connaît saturée, dense ou terne. Elle peut être chaude, froide, flashie ou sombre. Mais finalement, tout ça n’est qu’une question de perception. La couleur se reflète sur la matière, via des ondes, jusqu’à nos yeux. Autant de variables qui la rendent subjective, personnelle, unique. La couleur est aussi porteuse d’un message, décrypté par notre cerveau, qui influence parfois jusqu’à notre comportement.

"La couleur n’est pas tant un phénomène naturel qu’une construction culturelle complexe, rebelle à toute généralisation, sinon à toute analyse” a écrit Michel Pastoureau, historien et spécialiste de la symbolique de la couleur.

Publicité

Le premier à théoriser la couleur est Isaac Newton que l’on connait surtout sous sa casquette de physicien et a qui l’on doit les théories sur la gravitation universelle. En 1666, il explique la décomposition de la lumière par un prisme et sa recomposition avec un second prisme. Côté optique, c’est à Marks que l’on doit les premières recherches fiables sur les photorécepteurs, à l’origine de la perception de la couleur chez l’Homme.

La couleur : naturelle ou culturelle ?

59 min

Une émission enregistrée en avril 2017, produite par le Labo des savoirs.

Emmanuel Fritsch, professeur de physique et ingénieur gemmologue

Céline Gallen, maître de conférence, enseignante-chercheuse en marketing à l’IAE Nantes.