Publicité

La diplomatie économique de la Chine : rival systémique, partenaire stratégique

Par
© Mike Mareen / Depositphotos
© Mike Mareen / Depositphotos

Lancée en 2013 par le président Xi Jinping, la nouvelle "ceinture économique de la Route de la soie", constitue un réseau d'infrastructures de transport, de pipelines et de télécommunications. Quelles sont les réticences à ce projet qui pourrait à terme concerner le monde entier ?

Les "nouvelles routes de la soie" est un projet qui vise à créer, à l'horizon 2049, un réseau de voies maritimes et terrestres reliant l'Europe à l'Asie. La Chine a pour objectif de nouer des partenariats économiques et politiques avec les pays traversés afin de leur permettre de construire les infrastructures routières, ferroviaires et portuaires. Soixante-cinq pays sont impliqués et commencent à mettre en place des infrastructures sur leur territoire. Avec les accords de partenariats en cours de négociation, les "nouvelles routes de la soie" pourraient comptabiliser quatre-vingt pays.  

A travers ce projet, la Chine cherche des débouchés économiques et géographiques. Elle multiplie les routes vers l'ouest pour désenclaver l'intérieur du pays. Ses réserves d'acier, de ciment et d'aluminium constituent de nouvelles perspectives commerciales qu'elle souhait développer. Elle importe également du gaz et du pétrole dont elle veut sécuriser les approvisionnements. 

Publicité

La Chine souhaite que les pays partenariats s'impliquent dans ce projet en développant eux-mêmes les infrastructures de transport. Elle propose des prêts à des taux entre 2 et 3% d'intérêt avec l'appui de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures et du "Fonds pour la route de la soie" qui injectent respectivement 50 et 40 milliards de dollars.  

L'Europe s'interroge sur les retombées pour leur propre économie. Les entreprises européennes se demandent si les appels d'offre lancés pour construire les routes, les ports et les gares ne soient favorables qu'aux entreprises chinoises. Ce partenariat constitue une opportunité d'investissement et de création d'emploi pour certains pays. Les Etats-Unis craignent de leur côté, la mise en place d'un système multilatéral mondial dans lequel ils sont absents. Leur désengagement, en 2016, de l'accord de partenariat transpacifique, qui visait à rapprocher les pays asiatiques des Etats-Unis, montrait déjà des signes de méfiance. 

Au-delà des aspects géopolitiques et économiques, les "nouvelles routes de la soie" pourraient avoir des impacts environnementaux. Les infrastructures industrielles et de transport nécessiteraient l'utilisation d'énergies fossiles fortement émettrices de CO2. Ce projet est donc difficilement compatible avec les objectifs de réduction de CO2 fixés par les accords de Paris.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une rencontre enregistrée en novembre 2021.

Françoise Nicolas, chercheur-économiste, directeur du Centre Asie de l'Ifri 

Sébastien Jean, directeur du CEPII 

Marie-France Chatin, journaliste.

Retrouvez sur notre webmagazine Balises le dossier : " La Chine, sur la voie de la puissance".

59 min