Publicité

La folle rumeur de la "théorie du genre"

Par

**Depuis vendredi, des milliers d'élèves ont manqué à l'appel dans des écoles partout en France pour protester contre l'enseignement supposé de la "théorie du genre". Le phénomène a pris une telle ampleur que le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a fini par demander aux responsables d'établissement de *« convoquer * *» * des parents. **

Vincent Peillon a réagi avec fermeté ce mercredi matin à l'appel au boycott des écoles lancé ces derniers jours sur internet. Les parents étaient encouragés à protester contre l'enseignement supposé d'une "théorie du genre". En réalité un dispositif "ABCD de l'égalité" lancé depuis la rentrée dans plusieurs académies afin de lutter contre les stéréotypes filles-garçons. Le ministre de l'Education nationale a demandé aux responsables d'établissements de « convoquer les parents » qui ont retiré leurs enfants de l'école. Une riposte au nom de l'obligation scolaire, Catherine Duthu :

Publicité

Écouter

48 sec

A droite, les membres de l'UMP ont eu des réactions diverses, Catherine Duthu :

Réactions de l'opposition au supposé enseignement de la "théorie du genre".

1 min

Slogan de la Manif pour Tous du 2 février 2014
Slogan de la Manif pour Tous du 2 février 2014

Et selon RTL, Vincent Peillon a envoyé une lettre à tous les directeurs d'école du pays en demandant "de** tout mettre en œuvre pour** informer les parents de la réalité des programmes et des contenus des enseignements sur ces sujets ".

Pendant plusieurs jours, des centaines d'écoles ont donc souffert de l'absence d'enfants, en raison de cette rumeur.

Ces messages affirmaient notamment que les élèves allaient bientôt apprendre en classe à se masturber.

L'initiative baptisée "Journée de retrait de l'école" vient en partie de Farida Belghoul, une militante proche de l'essayiste d'extrême droite Alain Soral qui se dit "nationaliste de gauche" . Avec le soutien des catholiques intégristes de Civitas.

Récit de Cécile Aspe (28/01) :

Écouter

1 min

Enseignante en Seine-et-Marne et co-secrétaire départementale du SNUIPP, Sandrine Bourguignon témoigne de ce qu'elle a observé sur le terrain et rappelle que "la majorité des parents ne pense pas cela du tout". Pendant que "La Manif pour tous" se sert de ce débat pour son prochain rassemblement en utilisant l'image de l'escargot (hermaphrodite) :

Écouter

46 sec

Ces thèses ont très vite été propagées par les réseaux sociaux, des textos et des courriels. Fondateur de Conspiracy watch, site qui se décrit comme un "observatoire du conspirationnisme et des théories du complot", Rudy Reichstadt explique comment la nébuleuse d'extrême droite est particulièrement bien organisée sur la toile. Il répond à Catherine Duthu :

Écouter

2 min

Bras de fer entre un garçon et une fille
Bras de fer entre un garçon et une fille
© Fotolia - belamy

Genre : un concept pour des recherches mais pas de théorie
Mais sur le fond tout de même, y-a-t-il un rapport entre le dispositif ABCD de l'égalité lancé à la rentrée et les travaux universitaires sur le genre ? Peut-on même parler de "théorie du genre" ? Non, explique Marine de la Moissonnière :

Écouter

1 min

Toujours sur le fond, des enseignants-chercheurs et chercheurs de l'Université de Strasbourg ont aussi réagi par un texte soutenu par 100 signataires et intitulé "LES ÉTUDES DE GENRE, LA RECHERCHE ET L’ÉDUCATION : LA BONNE RENCONTRE ". Il affirme que « OUI, les programmes scolaires invitent à réfléchir sur les stéréotypes de sexe, car l’école, le collège, le lycée sont le lieu où les enseignants promeuvent l’égalité et le respect mutuel, où les enfants apprennent le respect des différences (culturelle, sexuelle, religieuse) ». Mais « NON, les enfants ne sont pas en danger. Non, il n’y aura pas de projection de films « sexuels » à l’école, et les garçons ne seront pas transformés en filles (et inversement). NON, la prétendue « théorie du genre » n’existe pas. »

"Le sexe à l'école", c'était aussi le thème ce matin de la chronique de Caroline Eliacheff "Les Idées claires" :

Les idées claires de Caroline Eliacheff

2 min

Enfin, en juin dernier, l'émission "Rue des écoles" de Louise Tourret se penchait sur "Les nouveaux débats scolaires : stéréotypes, sexe, genre". Avec pour invités la ministre du Droit des femmes et porte parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, l'inspectrice générale des Affaires Sociales, auteur de plusieurs rapports, Brigitte Grésy, le professeur d'Histoire-Géographie Jean-Baptiste Prévot, et le professeur d'EPS Emmanuel Antoine.

Avant de poursuivre mi-juillet par une autre émission sur "La querelle du genre à l'Ecole". AvecLouis-Georges Tin,agrégé de Lettres et maître de conférences à l'Université d'Orléans, militant dans la lutte contre le racisme et l'Homophobie, il a participé à un atelier de réflexion sur la place des stéréotypes dans les Manuels scolaires, et Olivier Vial,Président de l'UNI etDirecteur du CERU (centre d'Etudes et de recherches de l'UNI - Think Tank de droite sur l'éducation).
Cinq intox sur la « théorie du genre ». Le Monde

Par Samuel Laurent et Jonathan Parienté, publié ce mercredi.

Un papa et une maman contre le grand méchant genre. Libération

Par Quentin Girard, le 14 janvier.