Publicité

La France en 2050 : s'adapter pour survivre au climat

Par
Une ville face au désert.
Une ville face au désert.
© Getty - John M Lund Photography Inc

Sécheresses, canicules, incendies... D'ici à 2050 la France va subir de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique. Les sénateurs Ronan Dantec et Jean-Yves Roux ont récemment remis au gouvernement un rapport sur la nécessité d'adapter dès à présent les infrastructures du pays.

"Le proche avenir du pays, d'ici à 2050, est pour l'essentiel déjà écrit", précise le rapport remis mardi 11 juin 2019 aux ministres de la transition écologique et solidaire de l'agriculture. Sécheresses sévères, submersions côtières, forte hausse du risque d'incendie, assèchement des nappes phréatiques... Les sénateurs Ronan Dantec (écologiste, Loire-Atlantique) et Jean-Yves Roux (divers gauche, Alpes-de-Haute-Provence) ont listé les conséquences du "choc climatique inévitable" qui se profile à l'horizon 2050 et ont dressé un simple constat : la France n'est pas prête à les affronter.

"Au-delà de certains services de l’État, du monde scientifique et de quelques collectivités territoriales ou acteurs économiques pionniers, la mobilisation des acteurs de terrain et des filières économiques reste insuffisante", regrettait ainsi le co-auteur Ronan Dantec, avant d'appeler à "changer d’échelle et d’ambition dans la mise en œuvre des politiques d’adaptation".

Publicité

Santé, risques naturels, économie : des conséquences réelles et multiples

D'ici à 2050, le température va augmenter de 2° C, et il est trop tard pour l’empêcher.  Le rapport insiste fortement sur ce point, notamment en citant le climatologue Hervé Le Treut : "Sur le plan climatique, les vingt à trente prochaines années sont déjà écrites dans leurs grandes lignes". Longtemps considérées comme ayant des faux airs de Cassandre, les annonces de réchauffement climatique, selon le rapport, sont désormais très concrètes, chiffres à l'appui.

La Chronologie des canicules en France métropolitaine depuis 2003.
La Chronologie des canicules en France métropolitaine depuis 2003.
- Santé publique France
  • Le risque sanitaire

Sur le plan sanitaire, le rapport rappelle les conséquences désastreuses des dernières canicules en France métropolitaine, la dernière en date, en 2018, ayant fait près de 1600 morts. Mais il souligne également d'autres impacts sanitaires, moins évidents : l'élévation de la température aura ainsi pour conséquence une augmentation des problèmes de santé liés à la pollution, des allergies, et facilitera la prolifération des maladies (notamment via des vecteurs comme les moustiques) ainsi que des algues (cyanobactéries) responsables de la contamination les eaux potables et organismes marins.

En janvier 2019, l'émission La Méthode scientifique, à l'occasion de débats organisés à La Sorbonne lors d'une journée intitulée La planète se réchauffe… Comment on s’y prépare, avait déjà soulevé ce problème : "En Europe nous allons avoir une multiplication par 50 du nombre de victimes liés à des catastrophes climatiques extrêmes. Si nous ne faisons rien pour limiter l'ampleur du changement climatique, nous irons encore vers des catastrophes bien supérieures qui remettront en cause la durabilité de l'ensemble des sociétés dans le monde. [...] La grande question que nous avons devant nous c'est comment rendre compatible l'adaptation et l'atténuation, et éviter des scénarios dans lesquels on s'adapte mais on renforce les problèmes !"

59 min
  • Sécheresses, incendies, inondations : les risques naturels

Mais le rapport souligne aussi l'impact de cette élévation de température sur les risques naturels. Si les données sont encore trop incomplètes pour assurer avec certitude qu'ouragans et tempêtes seront plus fréquents, il subsiste peu de doutes sur l'augmentation des risques de sécheresse et d'incendies.

Les sécheresses seront à la fois agricoles et hydrologiques, avec des niveaux de précipitations plus faibles et des niveaux anormalement bas des lacs, rivières et nappes phréatiques. Les risques d'incendie vont également augmenter drastiquement : là où le risque extrême d'incendie est jusqu'ici quasi-nul dans la plupart de la France, à l'exception du Sud-Est où il est de 10 à 20 jours par an, il sera d'ici à 2060 de 10 à 20 jours par an dans toute la France, et de 80 à 100 jours par an sur les territoires en bordure de la Méditerranée et le long de l'axe rhodanien.

A ces sécheresses s'ajoutent également les risques d'inondations côtières, du fait de l'élévation du niveau de la mer de 60 cm à 1 m par rapport au début du XXe siècle.

Tous ces sinistres climatiques pourraient avoir un coût économique total de 92 milliards d'euros sur la période 2014-2039, selon une étude de la Fédération de l'assurance citée dans le rapport. Un coût en augmentation de 90 % par rapport à la période 1988-2013, et qui pourrait être plus élevé encore si des mesures de prévention des sinistres ne sont pas mises en place.

  • Des ressources en eau diminuées

Les sécheresses à répétition, la baisse des précipitations, sont autant de facteurs qui auront pour conséquence une baisse de 10 à 25 %, en moyenne, de la recharge des nappes phréatiques. De la même façon, le débit des cours d'eau devrait baisser en moyenne de 10 à 40 %, voire 60 % dans les contreforts pyrénéens et le district hydrographique Seine-Normandie.

Les conséquences seraient évidemment lourdes sur les milieux naturels, avec un fort impact sur la biodiversité, mais auraient également des retombées sur la production d'eau potable, le tourisme et l'agriculture.

  • Le risque économique

Le rapport consacre d'ailleurs toute une partie à l'impact économique d'une augmentation des températures estimée à 2° C.  Selon les projections de l'INRA, le volume et la qualité des productions agricoles sera directement impacté.

Le tourisme devrait également subir de plein fouet les conséquences de ce réchauffement, du tourisme hivernal de montagne du fait de la baisse de l’enneigement au tourisme urbain en raison des canicules. La montée des eaux du littoral pourrait également menacer ces zones touristiques.

Enfin les infrastructures, notamment énergétiques, sont sensibles à ces changements climatiques : les centrales nucléaires ont besoin d'importantes quantité d'eau ; la production hydro-électrique est tributaire de la sécheresse ; et la consommation électrique devrait également s'en trouver bouleverser, avec des hiver plus doux et des températures estivales croissantes.

Quatre secteurs où anticiper le réchauffement

Après avoir dressé ce bilan alarmant de la situation, les sénateurs Ronan Dantec et Jean-Yves Roux définissent les priorités à suivre, tout en soulignant l'absence total "de chiffrage financier, ni même d'indication méthodologique sur lesquelles on pourrait s'appuyer pour construire une estimation financière des besoins liés au déploiement des politiques d'adaptation".

Outre la nécessité d'accompagner les collectivités en prolongeant les avancées du 1er Plan national d’adaptation au changement climatique, le rapport suggère de prioriser l'accompagnement des territoires ultramarins, littoraux et de montagne, d'adapter le bâti en prévision du climat de demain, de donner la priorité à des politiques plus économes en eau et de commencer dès à présent à adapter le secteur agricole.

Un document en 18 points clés dresse un résumé concis et efficace des suggestions faites au gouvernement pour adapter la France aux dérèglements climatiques à l'horizon 2050.

2050, et après ?

Mais à en croire les rapports du GIEC, la France devrait connaître des catastrophes climatiques plus importantes encore après l'horizon 2050. Par le passé, l'espèce humaine a déjà eu à s'adapter à des épisodes climatiques extrêmes, notamment à plusieurs épisodes climatiques de refroidissement, entre 1303 et 1860. En janvier 1709, par exemple, il fait -16,3 degrés à Paris et il s'agit alors de faire preuve de résilience, comme le raconte Saint-Simon dans ses mémoires  :

  • "Cette seconde gelée perdit tout. Les arbres fruitiers périrent. [...] Les autres arbres moururent en très grand nombre, les jardins périrent et tous les grains dans la terre. On ne peut comprendre la désolation de cette ruine générale. […] Beaucoup de gens crurent donc que messieurs des finances avaient saisi cette occasion de s'emparer des blés par des émissaires répandus dans tous les marchés du royaume, pour le vendre ensuite au prix qu'ils y voudraient mettre, au profit du roi, sans oublier le leur." Mémoires de Saint-Simon, tome 7.
52 min

Au XXIe siècle, les efforts ont jusqu'ici surtout été mis sur l'atténuation des effets climatiques. "C'était rationnel dès lors qu'une mobilisation forte sur l'atténuation pouvait dispenser d'un effort sur l'adaptation, précise le rapport. Cela traduisait également la crainte qu'une politique favorable à l'adaptation se fasse au détriment des nécessaires efforts d'atténuation". Dans La Méthode scientifique, le professeur au Collège de France, Chaire de Chimie des processus biologiques, et membre de l’Académie des sciences Marc Fontecave rappelait que l'enjeu consiste à : "rendre compte à la fois de l'adaptation et de l'atténuation, et d'éviter de tendre vers des scénarios dans lesquels on s'adapte mais on amplifie les problèmes".

Le rapport ne se prive pourtant pas d'afficher un certain pessimisme, faisant remarquer qu'au rythme actuel, la France sera "conduite dans une situation alarmante vers 2080, dans un contexte de crise internationale difficile à anticiper" :

  • "Il est en effet désormais peu probable qu'il soit possible de limiter à 2° le réchauffement global. C'est ce qu'indique le dernier rapport du GIEC, même si c'est en termes diplomatiques. Limiter le réchauffement sous le seuil des 2° serait encore possible à condition de renforcer immédiatement et drastiquement les politiques de réduction des émissions de CO2 au niveau international et de mettre en oeuvre massivement des solutions de stockage du carbone qui n'existent pas encore. Or, rien de tel ne s'observe."

Pire, à en croire les prévisions actuelles du GIEC, entre 2080 et 2100, la France sera un pays écrasé par les vagues de chaleur. Les températures atteindraient +3,4°C à +3,6°C en hiver et +2,6°C à +5,3°C en été : "On assisterait à des vagues de chaleur intenses et longues, totalement inconnues jusqu'à présent, auprès desquelles la canicule de 2003 apparaît comme un phénomène relativement banal".

58 min

Le rapport souligne par conséquent la nécessité de faire de l'adaptation aux écarts de température le terreau de l'accélération des politiques d'atténuation des émissions, notamment en mettant l'accent sur la rénovation thermique ou l'agro-écologie. Une projection qui reste malheureusement jusqu'ici à l'état de vœu pieux : réunis jeudi 20 juin 2019 à Bruxelles, les dirigeants européens ne sont toujours pas parvenus à voter la neutralité carbone d'ici 2050, pas plus qu'à relever leurs efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030.