Publicité

La France n'a jamais exporté autant de programmes audiovisuels

Par
La France figure désormais dans le top 6 des exportateurs de programmes audiovisuels dans le monde
La France figure désormais dans le top 6 des exportateurs de programmes audiovisuels dans le monde
© Maxppp - Arnaud Dumontier

C'est un nouveau record : en 2015, la France a vendu pour 164,2 millions d'euros de programmes audiovisuels dans le monde. Cela représente une augmentation de près de 7% par rapport à 2014. Du jamais vu. France Culture vous dévoile les raisons du succès.

Les chiffres ont été dévoilés ce mardi à l'occasion du 22ème "Rendez-Vous" de Biarritz : un marché où se rencontrent acheteurs étrangers et producteurs français. L’événement est organisé par TV France International (association regroupant producteurs et distributeurs français), en collaboration avec le Centre National du Cinéma et de l'Image Animée.

C'est donc une très bonne nouvelle pour l'industrie française de l'audiovisuel : les productions s'exportent de mieux en mieux. Un nouveau record a été atteint en 2015 avec plus de 164 millions d'euros de recettes, l'équivalent d'une hausse de près de 7% par rapport à 2014.

Publicité

Qu'est-ce que la France vend à l'étranger ?

La dynamique du marché audiovisuel français à l'étranger s'explique par les bons résultats de trois formats précis : les séries télé, les documentaires et les dessins animés.

Les Lapins Crétins, de la société française Ubisoft, rencontrent un succès international depuis leur première saison diffusée en 2013
Les Lapins Crétins, de la société française Ubisoft, rencontrent un succès international depuis leur première saison diffusée en 2013
© Maxppp - Delphine Goldsztejn

Pendant longtemps, les séries françaises ont eu du mal à décoller. La domination américaine semblait sans partage. Finalement, depuis trois ans, les séries tricolores sortent leur épingle du jeu. C'est notamment le cas en 2014 et 2015. L'offre s'est diversifiée et des thèmes inédits ont été trouvés. Ce qui plaît à l'étranger : l'histoire, le judiciaire et le fantastique. La saison 2 des Revenants est un succès. La série "Versailles" plaît énormément en Angleterre par exemple. Et parfois, des surprises font leur retour avec par exemple "Joséphine Ange Gardien", qui attire depuis peu les télévisions italiennes. Sans oublier "Le Bureau des Légendes", qui se vend très bien à l'étranger. Selon Federation Entertainment, distributeur et coproducteur, c'est la série française la plus exportée. Elle aurait déjà rapporté près de 4 millions d'euros à l'international.

A lire aussi : séries, le réveil français

Autre réussite : les documentaires. Tout comme les fictions, les ventes sont en hausse d'environ 6% en un an. Les documentaires historiques sont à la mode, avec la série "Apocalypse", plébiscitée aux États-Unis, où le marché reste ultra-concurrentiel.

En haut du podium, il y a les dessins animés. Avec 12% de ventes supplémentaires par rapport à 2014, l'animation reste une marque de fabrique française. La qualité est en hausse, contrairement aux prix de ventes. L'animation "made in France" reste bon marché, mais les volumes, eux, sont énormes. La preuve : aujourd'hui, un programme vendu sur trois est un dessin animé.

Seuls bémols, les programmes musicaux et le spectacle vivant attirent de moins en moins. La baisse des ventes est significative : -11% sur un an.

Depuis 10 ans, la France grappille des places au classement des exportateurs : elle est aujourd'hui dans le top 6 mondial. Mais l'Hexagone reste encore loin derrière les États-Unis et la Grande Bretagne, les deux poids lourds internationaux.

Qui achète à la France ?

L'Europe de l'Ouest est la région du monde qui s'intéresse le plus aux programmes français. Ce sont surtout les Belges et les Suisses qui dopent les ventes : la proximité géographique et linguistique expliquent largement cette tendance. De très bons résultats sont également à noter de l’autre côté des Pyrénées : l’Espagne ne compte plus ses dépenses, en hausse de 70% sur un an. Sans oublier l’Afrique et le Moyen Orient, qui participent toujours autant à la bonne forme du marché tricolore.

En Europe de l'Ouest, ce sont les pays limitrophes de la France qui achètent le plus de programmes audiovisuels. L'Allemagne combinée avec l'Autriche sont les principaux clients (22.1% des ventes françaises). La Belgique (17,5%), la Grande-Bretagne et l'Irlande (12.3%), ainsi que l'Italie (11.1%) sont les autres principaux acheteurs.

Enfin, il n’y a pas que les clients étrangers qui achètent toujours plus : il y a aussi, tout simplement, davantage de clients sur le marché. Les nouvelles plateformes de vidéo à la demande représentent aujourd'hui 10% des ventes françaises. Les géants Netflix et Amazon sont de très bons clients. Mais de nouvelles plateformes nationales voient le jour et s'intéressent de plus en plus aux programmes français : c'est le cas du nouveau venu britannique Walter Presents. Bref, de quoi rester serein pour l’audiovisuel français dans les années à venir.

L'analyse de Manuel Alduy sur le soutien des politiques culturelles à l'exportation des programmes audiovisuels français. Manuel Alduy, ancien responsable du numérique à Canal +, est à la tête de la distribution des programmes de la Twentieth Century Fox.

1 min