Publicité

La Grèce commence à restructurer sa dette

Par

Les marchés financiers peuvent respirer mais le pays n'est ni sauvé ni au bout de ses peines. Il évite un défaut de paiement incontrôlé. L'échange record d'obligations grecques qui s'est terminée hier soir est en effet un succès. 83,5% des créanciers privés ont apporté à l'échange de dette 85,8% des obligations de droit grec qu'ils possèdent. Soit 177 milliards d'euros contre des obligations qui valent beaucoup moins cher . Athènes recommande également l'activation des clauses d'action collectives, un moyen de contraindre les porteurs d'obligations rétifs à accepter l'échange.Cette opération réussie, les ministres des Finances de la zone Euro devraient donner leur feu vert définitif pour le plan de sauvetage de 130 milliards d'euros. Ainsi, le 20 mars, la Grèce pourra honorer sa première échéance : un remboursement de 14 milliards de dettes.Les explications d'Annabelle Grelier :

Écouter

1 min

Comment les Européens ont-ils réagi ? Précisions de **Pierre Bénazet ** dans le journal de la mi-journée d'Antoine Mercier :

Publicité

Écouter

1 min

Mais l'on a appris ce vendredi que la Grèce s'enfonçait dans une sévère récession, avec un PIB qui a plongé de 7,5% au quatrième trimestre 2011, selon des chiffres officiels. Correspondance d'Athènes d'Angélique Kourounis :

Écouter

1 min

Ecoutez enfin le commentaire de l'économiste Jacques Sapir, avec Antoine Mercier :

Écouter

3 min

Grèce : l'échange de la dette
Grèce : l'échange de la dette

La crise de la dette grecque a coûté cher aux banques françaises. Le Monde

Par Anne Michel, ce vendredi.