Publicité

La guillotine, une invention humaniste?

Par
 Le 24 février 1977, Hamida Djandoubi arrive à son procès par un tunnel relié à la prison d'Aix-en-Provence. Il fut le dernier condamné à mort exécuté en France, le 09 octobre 1977 à Marseille
Le 24 février 1977, Hamida Djandoubi arrive à son procès par un tunnel relié à la prison d'Aix-en-Provence. Il fut le dernier condamné à mort exécuté en France, le 09 octobre 1977 à Marseille
© AFP - GERARD FOUET

Le 10 septembre 1977, Hamida Djandoubi, 28 ans, est exécuté par guillotine à Marseille. Imaginée en 1789 par le docteur Guillotin, fabriquée trois ans plus tard par un facteur de pianos, la guillotine réussit ce paradoxe d'avoir été inspirée par des idées héritées des Lumières.

10 septembre 1977 : le Tunisien Hamida Djandoubi, 28 ans, est exécuté par guillotine à la prison des Baumettes, à Marseille. Condamné pour viol et assassinat, il est le dernier condamné à mort en France. Imaginé par le docteur Guillotin en 1789, l'instrument de mort réussit ce paradoxe d'être "une perfection dans l'art de la mort tout en condensant des idées de civilisation, de modernité et d'humanité", ainsi que le formulait la documentariste Anice Clément. C'était en octobre 1997, dans une émission de France Culture (Lieux de mémoire) consacrée à la guillotine.

La guillotine_Lieux de mémoire, 13 novembre 1997

58 min

Durée : 1h

Publicité
L'Invité des Matins
19 min

Dans ce documentaire, l'historien Daniel Arasse, auteur en 1988 de La guillotine et l'imaginaire de la Terreur (Flammarion), revenait sur la "méchante histoire" de la guillotine, dont la première victime, le 25 avril 1792, fut le tire-laine Nicolas Jacques Pelletier, condamné pour coups et vol. Mais ce sont surtout les étonnantes inspirations humanistes derrière cette invention de mort, qu'évoquait l'historien.

Instrument de mort instantané et égalitaire, inspirée de la culture anglo-saxonne : la guillotine, invention des Lumières ?

Dans l'Ancien Régime, les exécutions publiques, conçues comme un spectacle, un moment d'expiation collective, étaient l'occasion d'affreuses tortures. C'était, par exemple, selon les profils de condamnés, la pendaison, le bûcher, l'écartèlement, le supplice de la roue, ou encore la décapitation à l'épée ou à la hache, privilège de la noblesse.

Les deux phases du supplice : bris des membres suivi de l'agonie sur la roue
Les deux phases du supplice : bris des membres suivi de l'agonie sur la roue
- Pierre Larousse (XIXe siècle)

Aussi, "quand en décembre 1789, le bon docteur Guilllotin propose à l'Assemblée une machine à couper des têtes, une simple mécanique pour décapiter les condamnés à mort, il pouvait penser qu'il faisait œuvre humanitaire, œuvre de médecin éclairé, de médecin du siècle des Lumières, expliquait Daniel Arasse, ajoutant : "Contre le supplice de la roue, la guillotine, elle, propose une mort instantanée."

La proposition du docteur Guillotin est aussi novatrice par sa dimension égalitaire : "Quel que soit le rang du coupable, qu'il soit noble ou roturier, il aura la tête tranchée par la mécanique, et ce simple choix était une décision politique significative à l'époque, car il faut se rappeler que la décapitation était réservée à la noblesse."

En proposant la guillotine pour tout le monde, Guillotin était effectivement un médecin des Lumières, un médecin en tout cas philosophique, car comme on l'a très vite dit après, il proposait, et je cite de mémoire, "de faire monter la roture à la noblesse du billot, plutôt que de faire descendre la noblesse à la honte du gibet". Daniel Arasse

Enfin, n'oublions pas que l'Angleterre et sa Royal Society ont joué un rôle important dans la propagation des Lumières. Or, la guillotine a été directement inspirée de la "scottish maiden", "la jeune fille écossaise", machine à décapiter bien connue en Europe, et aujourd'hui toujours conservée au Musée d'Edimbourg : "En fait, Guillotin se contentait de proposer l'introduction en France d'un modèle qui dans la conscience des Français, était à cette époque-là anglais."

Exemple d'une "maiden" écossaise.
Exemple d'une "maiden" écossaise.
- Essays on the early period of the French Revolution by J.W. Croker

Finalement fabriquée par un facteur de piano

Exécution de neuf jeunes immigrants condamnés à mort par l'assemblée révolutionnaire en 1792
Exécution de neuf jeunes immigrants condamnés à mort par l'assemblée révolutionnaire en 1792
© AFP - PRIVATE COLLECTION / LEEMAGE

Comble de l'histoire ? La guillotine ne sera finalement pas fabriquée par le docteur Guillotin. Car le discours que celui-ci tient à l'Assemblée en décembre 1789, maladroit, trop exalté, le discrédite : "On parle d'un effet de rhétorique trop fort, il aurait exalté l'utilisation de sa machine, suggéré que quand le couteau tombait, on n'avait pas l'impression d'avoir la tête tranchée, qu'on ne sentait qu'une simple fraîcheur etc.", détaille Daniel Arasse.

On ne sait pas ce qu'il a dit, mais une chose est certaine, l'Assemblée a éclaté de rire à sa proposition ; c'était évidemment un mauvais début, un début en tout cas inattendu quand on pense à ce qui allait se passer seulement quelques années plus tard. Daniel Arasse

Portrait de Joseph-Ignace Guillotin,
Portrait de Joseph-Ignace Guillotin,
- Jean-Michel Moreau, XVIIIe siècle

Résultat : avant même que la machine soit fabriquée, et suite au succès comique de Guillotin, le mot "guillotine" voit le jour grâce aux chansonniers : "'Guillotin-machine', c'est magnifique, à la rime, de dire 'guillotine'. Et dès 1789, on parle de guillotine dans les chansons", explique Daniel Arasse.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Puis la proposition de Guillotin tombe dans l'oubli. Mais en 1791, contre l'avis de Robespierre, partisan de l'abolition, la peine de mort est maintenue. Et il est décidé que tout condamné aura la tête tranchée : "À partir de ce moment, un seul bourreau et une épée ne suffisent pas, fabriquer des épées de bourreau coûte très cher...", raconte Daniel Arasse.

La Fabrique de l'Histoire
52 min

Alors, la proposition de Guillotin refait surface dans les mémoires, et il est sollicité. Mais, ulcéré par le fait que la machine ait d'ores et déjà été baptisée "guillotine", le médecin refuse, et ne cessera de regretter son invention, "tache involontaire de [s]a vie". C'est alors son confrère, Antoine Louis, secrétaire perpétuel de l'Académie de chirurgie, qui reprend son idée et la concrétise, améliorant même le dispositif en imaginant un couteau oblique. C'est en 1792 que la machine est fabriquée, par un facteur de pianos allemand, Tobias Schmidt. Après avoir été expérimentée sur des moutons et des cadavres, elle fonctionne pour la première fois en place de Grève sur un criminel qui avait volé un portefeuille bourré d'assignats en distribuant au passage quelques coups de couteau : Nicolas Jacques Pelletier.

À réécouter : 1715, la mort du Roi
La Fabrique de l'Histoire
52 min