Publicité

La langue française en perte de vitesse dans les institutions européennes

Par
Cabine de traduction pour la langue anglaise dans l'hémicycle du Parlement Européen de Strasbourg. 17 septembre 2019
Cabine de traduction pour la langue anglaise dans l'hémicycle du Parlement Européen de Strasbourg. 17 septembre 2019
© Maxppp - Alexandre Marchi / L'Est Républicain

A l'heure du Brexit, un collectif de fonctionnaires européens fait circuler une pétition pour que le français retrouve son statut. "Nous voulons avoir le droit de travailler en français !" écrivent ses auteurs, qui interpellent la future patronne de la Commission, Ursula Von Der Layen.

Ce 26 septembre, comme chaque année depuis 2001 à l'initiative du Conseil de l'Europe, est célébrée la Journée européenne des langues. En pleine ébullition autour du Brexit et alors que des fonctionnaires européens demandent à la future patronne de la Commission, Ursula Von Der Layen, le droit de travailler en français. De toutes nationalités, ils affirment notamment avoir "constaté que le monolinguisme anglais nous bride dans nos moyens d'expression et nous souhaitons pouvoir utiliser le français sans nous cacher et sans nous excuser".

"Nous ne produisons plus aucun document de travail en français"

Il y a vingt ans, 40% des textes produits par la Commission européenne l’étaient en français contre moins de 3% aujourd’hui. Avec l’allemand, qui a quasiment disparu des radars, le français est pourtant l’une des trois langues de travail officielle dans les institutions.

Publicité

Le tournant a eu lieu lors de "l’arrivée des pays d’Europe de l’Est avec des fonctionnaires qui ne maîtrisent pas ou peu le français et dont la langue de communication est l’anglais" témoigne de façon anonyme un fonctionnaire de la Commission. 

Sa collègue confirme : "Nous ne produisons plus aucun document de travail en français, et la dernière note juridique traduite sur laquelle j’ai travaillée récemment date de 2015 !" Les réunions se font également en anglais : "Parfois, nous pourrions tout à fait parler en français, ajoute-t-elle, mais tout le travail préparatoire à l’écrit a été fait en anglais, cela nécessiterait de se replonger dans des termes parfois techniques dans notre langue maternelle ! "

"Il y a comme un mur culturel"

Lorenzo Consoli est le correspondant européen de l’Agence de presse italienne Askanews. Très engagé dans l’Association de la Presse Internationale à Bruxelles, il dénonce la disparition progressive des documents et des communiqués de presse en français ainsi que la colonisation du langage commun par une seule langue monolithique : "Avec le français, on exprime une culture différente et même des valeurs différentes ! explique-t-il et c’est donc important de garder au moins ce bilinguisme qui permet aux gens de mieux se comprendre selon qu’ils sont de langue latine ou de langue anglo-saxonne. Quand on regarde le langage du management, des banques, de la finance, anglo-saxon, on voit très bien qu’il y a comme un mur culturel qui ne fait pas passer d’autres cultures, c’est terrible ! ajoute-il C’est donc bien de les garder toutes les deux !"

Même constat chez plusieurs fonctionnaires du Parlement croisés dans le quartier européen de Bruxelles, et pourtant, voilà sans doute l’institution la plus respectueuse du multilinguisme. 

Un multilinguisme totalement démocratique 

Nayrouz Hamzaouiest l’une des vingt interprètes de langue française employée à plein temps au Parlement. On la retrouve dans l’une de ces petites cabines sombres qui surplombent les salles de réunions et dans lesquelles elle passe le plus clair de son temps. Ici, les parlementaires n’ont pas été élus pour leur compétences linguistiques explique-t-elle : "C’est complètement démocratique. Ici, chacun est censé s’exprimer de la même manière avec les mêmes droits__, or quand on parle dans une autre langue que la sienne, on dit ce qu’on est capable de dire dans sa deuxième langue alors que quand on parle dans sa langue maternelle, on dit vraiment ce qu’on veut dire !". Les réunions sont donc toujours traduites dans les 24 langues officielles et le site du Parlement est accessible dans la langue maternelle de tous les Européens. 

L'anglais bruxellois : "Un nivellement par le bas" 

Mais la langue de travail et d'échanges au quotidien est bien devenu au fil du temps cet anglais bruxellois dénoncé dans la pétition qui circule (lire ci-dessous) : "Un usage exclusif de l'anglais qui conduit à un nivellement par le bas, chacun étant forcé de se conformer au plus petit dénominateur commun, ce qui en retour affaiblit, par manque de pratique, la maîtrise des autres langues !" Certains élus en ont conscience. "Bien souvent, raconte encore Nayrouz_, ils commencent leur discussion en anglais puis quand il s'agit de défendre des points techniques ou politiques, ils repassent dans leur langue maternelle_ !"

Le groupe à l'origine du texte de remarquer aussi que :

Avec l'usage généralisé exclusif de l'anglais, chacun ne semble plus capable de travailler qu'en une seule langue, sans que la qualité de l'anglais se soit pour autant améliorée. Bien au contraire, le faible nombre d'anglophones de naissance dans notre environnement professionnel conduit à une dégradation de l'anglais utilisé, qui déteint même sur les anglophones.

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

A lire et à voir également en complément : "Bruxelles : les interprètes du Parlement européen se rebiffent", par Valéry Lerouge, Thomas Cuny et Juan Palencia, du bureau de Bruxelles de France 2 et franceinfo, le 26 juin 2018.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Avec la collaboration d'Eric Chaverou