Publicité

La librairie Kyralina, moteur de la francophilie à Bucarest

Par

_______________________________________________________________ > * * *Accueil * | Buzau| Musée du paysan roumain *| * Librairie francophone **

"Strada George Enescu", dans le centre de Bucarest, ruelle se démarquant des grandes artères qui quadrillent la ville, passantes et souvent en chantier. C'est ce petit coin tranquille de la capitale roumaine qu'ont choisi Sidonie et Faustine, deux jeunes françaises, pour y fonder une librairie francophone : Kyralina.

Publicité
Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina
Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina

Sidonie Mézaize est arrivée en Roumanie il y a cinq ans, aux côtés de son compagnon qui s'y rendait pour des raisons professionnelles. Elle-même a, dans un premier temps, travaillé au Bureau du livre de l’Institut français de Bucarest pendant deux ans. Une expérience qui lui a permis de prendre conscience qu’il y avait de la place pour une librairie française à Bucarest.

Voilà un peu plus d'un an que Kyralina existe. Avec quel succès ?* "Est-ce que ça marche bien une librairie en général, c’est peut-être ça la vraie question !"* , s'exclame Sidonie, amusée. "Mais oui, on a des clients fidèles qui viennent régulièrement chez nous. Nous sommes toujours là après un an d’existence, alors on est plutôt contents ! "

Leurs clients? Deux tiers sont des Roumains francophones. Les autres sont des expatriés, ou des institutions françaises.

La francophonie reste quand même bien présente en Roumanie. Elle est certes en déclin et l’anglais prend de plus en plus de place, mais je constate que beaucoup de Roumains parlent un très bon français et restent attachés à la culture française. Sidonie Mézaize

Écouter

3 min

La librairie Kyralina, qui dispose d'un stock de 4500 titres (pour 6000 volumes), vend plus d'ouvrages contemporains que de grands classiques. Prix littéraires, livres faisant l'actualité, ou ouvrages parlant de Bucarest... se vendent comme des petits pains. Les trois titres du moment ? La petite communiste qui ne souriait jamais , de Lola Lafon, Les cent derniers jours , de Patrick McGuinness, et* Kyra Kyralina* , de Panaït Istrati.

Sur le pas de la porte de Kyralina, nous avons rencontré une famille franco-roumaine : Anna Maria est roumaine. Vincent, son époux français, est installé en Roumanie depuis 15 ans. Ils ont quatre garçons scolarisés à l’Ecole française, Philippe, Thomas, Paul et Victor :

Écouter

1 min

Enescu, fidèle client de la librairie Kyralina
Enescu, fidèle client de la librairie Kyralina

Enescu, 24 ans, est étudiant en école d’ingénieur à Bucarest.

Il se rend très régulièrement à la librairie pour se procurer des ouvrages lui permettant d'améliorer son français.

Pour lui, notre langue est associée à d'imposantes références culturelles qu'il rapproche aussi d'autres univers littéraires :

Écouter

3 min

**
** ***> * Retour à l'accueil **