La marinière du matelot au mannequin

Publicité

La marinière, du matelot au mannequin

Par

Elle est portée par les marins depuis des centaines d'années, a conquis les podiums des défilés et représente même la France à l'étranger... mais connaissez-vous l'histoire de ce tissu qui était à l'origine un sous-vêtement ?

Elle était portée par les plus simples matelots mais elle a fini sur les podiums des plus grands défilés de haute couture. Voici comment la marinière a conquis notre garde-robe.  

Un sous-vêtement pratique

Dès le XVIIIe siècle, quelques tableaux de batailles navales représentent les marins en tricot rayé et pas seulement sur des navires français. Mais c’est surtout au XIXe que les rayures se propagent. 

Publicité

Si cette tenue est déjà partagée par la marine de plusieurs pays c’est pour son côté pratique.

C’était un sous-vêtement qui avait une utilité, c’était de protéger du froid, du vent qui est souvent très fort en milieu marin. Sylvie David-Rivérieulx, conservatrice au Musée de la Marine

Quant aux rayures, elles correspondent à la technique de tissage du jersey, tissu souple idéal pour la marine, elles permettent aussi d’économiser de la teinture bleu indigo. La légende dit qu’elles se repèrent plus facilement dans la mer.

Séchage du linge en pleine mer
Séchage du linge en pleine mer
- Musée de la Marine/S.Dondain

En 1858, la marine française codifie la tenue de ses marins : le nombre de rayures, leur taille, les manches ¾... Ce tricot rayé est l’apanage d’une certaine catégorie de marins : les matelots, ces hommes d’équipage en bas de la hiérarchie marine qui accomplissent les manœuvres les plus physiques.

Le matelot est appelé à avoir un travail physique plus intense où il ne doit pas être gêné, donc ça répond vraiment à des critères de sécurité : il n’y a pas de bouton, pas d'accroche possible. C’est une tenue technique en quelque sorte. Sylvie David-Rivérieulx, conservatrice au Musée de la Marine

Pratique, solide, protectrice. Trois critères qui conviennent parfaitement à un autre public : les enfants.

La tenue idéale des enfants

Fin XIXe, les rayures du grand large gagnent la côte. Les bains de mer et plaisirs de la plage sont un nouveau phénomène de société, une activité hygiénique et mondaine.   

Les bains de mer deviennent une activité hygiénique et mondaine
Les bains de mer deviennent une activité hygiénique et mondaine
© Getty

Ce sont surtout les enfants de la petite bourgeoisie qui adoptent les premiers les rayures et les tenues pratiques de marins. En habillant ses enfants en marins, la reine Victoria lance cette mode favorisée par une conception de l’enfant plus moderne : les enfants - surtout les garçons - doivent être libres de leurs mouvements.

À la fin du XIXe siècle, les habits de bain à rayures sont aussi adoptés par les adultes. Si la marinière des enfants gagne les villes et les tenues du dimanche elle est dédiée chez les adultes exclusivement au bord de mer.

Colette en costume marin à l'âge de 23 ans
Colette en costume marin à l'âge de 23 ans
- collection Centre d'études Colette

La marinière et l'émancipation féminine

Jusqu’à que les femmes s'emparent des pantalons et de ces tenues pratiques. Isabelle Eberhardt, Colette, ... l’imaginaire du marin est émancipateur.

Le marin c’est l’aventure, c’est l’ailleurs, c’est le large, c’est là où tout le monde ne va pas. C’est quelque chose que l’on envie, que l’on admire. On a envie de porter les valeurs du marin : la liberté et le courage aussi. Sylvie David-Rivérieulx, conservatrice au Musée de la Marine

Cette volonté émancipatrice s’intensifie pendant l’entre-deux-guerres. Coco Chanel s’affiche en marinière et pantalon et s’inspire du jersey des marins et des rayures dans ses créations.

Jean Seberg a contribué a populariser la marinière à travers le film  "À bout de souffle"
Jean Seberg a contribué a populariser la marinière à travers le film "À bout de souffle"
© Getty

Rare vêtement unisexe la marinière devient chic et habille des personnalités féminines et masculines : Pablo Picasso, Jean Seberg, Brigitte Bardot…  

Voir des personnalités adopter cette tenue en villégiature lui a donné un certain chic et la haute couture s’en est emparée. On a tous en tête les fameuses tenues de Jean-Paul Gaultier.  

C’est un souvenir d’enfance. Petit, ma grand-mère m’habillait avec ça.     Jean-Paul Gaultier, 2008  

La marinière s’impose dans les défilés, confirme son image élégante. La bourgeoisie s'approprie ce symbole des classes sociales populaires bien que la marinière soit toujours perçue comme transgressive par certains. Partagée par tous, elle est aujourd'hui affichée comme un vêtement typiquement français.

À lire : Les marins font la mode
sous la direction de Véronique Alemany,
coédition Gallimard/Musée national de la Marine, 2009