Publicité

"La mémoire de la Shoah, religion civile du monde occidentale" : le piège de la concurrence des victimes

Par
Au mémorial de la Shoah à Berlin
Au mémorial de la Shoah à Berlin
- Loïc via Flickr

2005. En 2005, le débat mémoriel battait son plein, avec la loi sur les bénéfices de la colonisation. Alors que nous fouillons toute la semaine dans les archives radiophoniques autour du terme "victime", redécouvrez cette intervention de l'historien Enzo Traverso à l'époque.

Dans Dora Bruder, titre éponyme de sa jeune héroïne déportée en camp de concentration, Patrick Modiano écrit cette phrase :

Il faut longtemps, très longtemps, pour que resurgisse à la lumière ce qui a été effacé.

Publicité

Historien, Enzo Traverso pointait dès le 16 novembre 2005 sur France Culture le risque de "télescopage de mémoires qui n'ont pas vocation à devenir des mémoires antagonistes ou conflictuelles". Notamment du fait du phénomène d'"éclipse" d'autres mémoires (ouvrière, anticolonialistes ou antiimpérialistes...) au bénéfice de celle de la Shoah, dépeinte en_"religion civile du monde occidentale, ritualisée et liturgique"_  véhiculée par les gouvernements après des décennies d'occultation.

Reçu dans "La Suite dans les idées" alors que l'enjeu mémoriel atteignait une cime entre la loi reconnaissant les bienfaits de la colonisation (le 23 février 2005) et le déplacement officiel de Jacques Chirac à Auschwitz (en janvier la même année), le chercheur souligne le "piège" qui consisterait à parler de "concurrence des victimes" :

Enzo Traverso sur "la concurrence des victimes" La Suite dans les idées 16/11/05

4 min

Vous pouvez retrouver ici l'intégralité de l'émission "La Suite dans les idées" consacrée le 16 novembre 2005 aux questions mémorielles. Outre Enzo Traverso, vous pourrez écouter aussi Gérard Noiriel et Nicole Lapierre :

"Passé, mode d'emploi", La Suite dans les idées le 16/11/2005

1h 00

Archive INA - Radio France