Publicité

La mesure du temps - Les calendriers mésoaméricains

Par

Danièle Dehouve, anthropologue et ethnohistorienne, directrice de recherches au CNRS, Laboratoire LESC, Université Paris Ouest La Défense Nanterre, directrice d’études à l’EPHE. Lundi 21 novembre 2011, Lycée Le Corbusier, Aubervilliers.

La Mésoamérique, aire culturelle qui comprend la partie méridionale du Mexique et plusieurs pays d’Amérique centrale, a été le siège de la découverte de calendriers sophistiqués, indépendamment de l’Ancien Monde. Ses nombreuses populations (Olmèques, Mixtèques, Zapotèques, Mayas et Aztèques) ont partagé, à partir de 600 avant J.-C., un système complexe fondé sur l’articulation des cycles de plusieurs astres (Soleil, Vénus, Mars…) au moyen d’un cycle « artificiel » de 260 jours. Au fondement de la divination et de la mise en œuvre des guerres, des rituels et des sacrifices, les calendriers mésoaméricains sont parvenus à des calculs très exacts embrassant des millénaires.

Bibliographie

Publicité
  • D. Dehouve et A.-M. Vié-Wohrer : Le Monde des Aztèques (Riveneuve éditions, 2008).
  • D. Dehouve : L’imaginaire des nombres chez les anciens Mexicains (Presses Universitaires de Rennes) 2011.

Filmographie

  • D. Dehouve : Des nombres pour les dieux (Tonaltepec Production, 2010).

Liens