La musique, c'est le risque de la perte de soi...

Publicité

La musique, c'est le risque de la perte de soi...

Par
La musique, c’est du risque !
La musique, c’est du risque !
© Getty - MilosStankovic

À travers Assurancetourix et tous les clichés agencés par Goscinny et Uderzo, on plonge au cœur des problèmes de la musique : celle-ci a une fonction symbolique qui fait peur, et bouleverse l’organisation humaine. La musique, c’est du risque. Le risque de la perte de soi, de la sensualité débridée.

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La voix du barde est une arme secrète, un outil redoutable qui fait tourner le lait et fait fuir les ennemis. On sait que la musique a pu être utilisée comme instrument de torture. Par ailleurs, on observe que ce qui fait fuir tout le monde dans le village, c’est surtout la voix d’Assurancetourix et non pas sa musique instrumentale qui, elle, rassemble et fait danser les gens. Donc cette figure très complexe est au cœur de bien des paradoxes : le barde a beau énerver tout le monde, il occupe dans le même temps une place privilégiée, il a le droit d’assister aux conseils de crise du village et il porte le manteau rouge des gens importants, comme Abraracourcix le chef. Par ailleurs, il adopte la posture de l’artiste romantique, qui vit exclusivement pour son art et qui trouve normal qu’on ne le comprenne pas.

"Non tu ne chanteras pas" : cette formule associée à la figure d’Assurancetourix signifie quelque chose de profond sur l’essence de la musique et du chant...

Publicité

Une conférence enregistrée en 2017.

Violaine Anger, musicologue, maître de confé­rence à l’Université d’Evry Val d’Essonne, maître de confé­rence asso­ciée à l’Ecole Poly­tech­ni­que.