Publicité

La musique modifie notre cerveau

Par
Musique et cerveau
Musique et cerveau
© Getty - Westend61

Étudier et comprendre les liens entre musique et cerveau, c’est mieux comprendre comment le cerveau est modifié par des expériences et des apprentissages, et tenter d’expliquer quels sont les mécanismes qui permettent à la musique d’être thérapeutique.

Les observations cliniques en neurologie ont suggéré dès la fin du XIXe siècle que notre cerveau présentait une réponse singulière à la musique, notamment au regard des capacités liées au langage. C’est à la fin du XXe siècle, avec la révolution de l’imagerie cérébrale, que l’étude des effets de l’écoute et de la pratique musicale a pris soudain une autre dimension…

Pourquoi s’intéresser aux liens entre musique et cerveau ? Il y a des questions fondamentales qu’on aimerait mieux comprendre, savoir si la musique implique ou pas des endroits du cerveau spécifiques, savoir si on a un centre cérébral de la musique, si la musique est indépendante du langage, et si on peut identifier un réseau cérébral critique pour cette fonction musicale.

Publicité

Comment l'apprentissage de la musique peut avoir des effets collatéraux avec d’autres fonctions cognitives, en particulier avec la mémoire ?

Ecouter une oeuvre musicale crée dans le cerveau une "symphonie neuronale" mettant en jeu les quatre lobes cérébraux, le cervelet ou encore l'hippocampe, surtout connu pour son rôle dans la mémoire. Dans l'hippocampe il y a plus d'activité cérébrale chez les musiciens que chez les non-musiciens et la quantité de neurones augmente en fonction du nombre d'années de pratique et de l'intensité de cette dernière. C'est dû à la plasticité du cerveau.

Ainsi, la musique est bien une forme d’expression particulière de notre intelligence qui trouve sa source dans le besoin de notre cerveau d’associer expériences sensorielles, motrices et émotionnelles, que ce soit dans une visée purement hédonique ou dans un objectif de création. La musique est assurément un stimulant cognitif et cérébral.

Notre cerveau est une éponge qui s’imbibe de suggestions. Francis Picabia

Une conférence enregistrée en 2014.

Hervé Platel, professeur de neuropsychologie à l'Université de Caen.