Publicité

La place de la victime par Tzvetan Todorov : "La souffrance n'est pas un titre de gloire"

Par
Tzvetan Todorov
Tzvetan Todorov
© Sipa - Baltel

1995. Alors que le remaniement a exhumé un "secrétariat d'Etat à l'aide aux victimes", retour en archives sur la place de la victime dans la société. Deuxième épisode : Tzvetan Todorov qui parlait il y a vingt ans du statut de victime comme d'une "ligne de crédit inépuisable".

Un nouveau "secrétariat d'Etat à l'aide aux victimes" achève de consacrer une place symbolique bien particulière aux victimes dans notre société.  Alors que la fonction gouvernementale avait été abandonnée depuis plus de dix ans, le retour du maroquin dont hérite Juliette Méadel repose la question du traitement des victimes.

Historien des idées et philosophe, Tzvetan Todorov avait été convié à France Culture par l'humanitaire Rony Brauman durant son "Bon plaisir" diffusé le 9 septembre 1995. Ecoutez Todorov explorer  ce qu'il considère comme le "statut favorable, gratifiant", des victimes. "Une ligne de crédit inépuisable", dit même Todorov qui estime que cette "position privilégiée" révèle en fait une "perversion de l'avènement d'un bien" : l'existence de la justice.

Publicité

Tzvetan Todorov sur le statut de la victime, "Bon plaisir" 09/09/1995

2 min

Vous pouvez écouter  de ce "Bon plaisir" d'il y a vingt ans une heure d'échanges avec Paul Ricoeur, Tzvetan Todorov et donc Rony Brauman autour de l'humanitaire, de la question de la place des victimes mais aussi de l'intervention à l'échelle internationale par ici :

"Le Bon plaisir" de Rony Brauman, 09/09/1995

1h 03

Archive INA - Radio France