Publicité

La radicalisation en prison est-elle inéluctable ?

Par

Le parcours de Mehdi Nemmouche, principal suspect dans la tuerie au musée juif de Bruxelles, pose une nouvelle fois la question de l'endoctrinement extrémiste pendant l'incarcération. Le jihadiste présumé avait séjourné cinq fois dans les prisons françaises, pour des affaires de droit commun. Que se passe-t-il vraiment derrière les barreaux ? Et comment endiguer le phénomène ? Des professionnels (surveillants, imams) évoquent leur expérience.

68 569  détenus dans les prisons françaises au 1er juillet 2013
68 569 détenus dans les prisons françaises au 1er juillet 2013
© Fotolia - alswart

Issa Abdallah raconte avoir vu des "petits délinquants" arriver en prison, se mettre à porter la barbe et la djellaba au bout de quelques semaines. Ce surveillant de la prison de Fresnes, en région parisienne, racontait en février 2013 la difficulté à prévenir ces changements , au micro de Frédéric Says , dans le cadre de la journée consacrée par France Culture aux prisons :

Publicité

Écouter

1 min

Sur les quelque 1200 aumoniers qui travaillent dans les prisons françaises, on ne compte que 169 spécialistes de l'islam . Moins d'un imam par prison en moyenne. Le ministère de la Justice s'efforce d'augmenter leurs effectifs. Mais tout n'est pas affaire de nombre : bien souvent ces imams sont vus comme **inféodés à l'Etat, et donc peu crédibles. ** James Vergnaud est secrétaire général adjoint de Force ouvrière pénitentiaire . Joint par Lucas Valdenaire , il évoque des "imams autoproclamés" :

Écouter

27 sec

L'imam Khalid Chawki est aumônier à la prison de** Réaux** , en Seine-et-Marne. En février 2013, il dressait un constat similaire :

Écouter

34 sec

L'imam Khalid Chawki, aumônier à la prison de Réaux, en Seine-et-Marne
L'imam Khalid Chawki, aumônier à la prison de Réaux, en Seine-et-Marne
© Radio France - Frédéric Says

En prison, la demande de pratique religieuse est forte, et notamment pour l'islam. A Réaux, d'après l'imam Chawki, la moitié des détenus sont musulmans. Une demande de religion qui dépasse parfois l'administration.

On est partis faire le prêche du vendredi dans le gymnase.

Une pièce dédiée au culte existe dans cette prison, mais elle est trop petite pour contenir les pratiquants. Alors, une solution de rechange a été trouvée :

Écouter

38 sec

Pour Tareq Oubrou, imam de la grande mosquée à Bordeaux , la question est aussi celle de la compétence religieuse des aumôniers envoyés dans les lieux de détention :

Écouter

28 sec

Aujourd'hui, les aumôniers musulmans sont formés à l'Institut Al Ghazali de la mosquée de Paris et à l'institut catholique. Ils sont ensuite nommés via le Conseil français du culte musulman (CFCM) après vérification de leurs compétences religieuses. Leur casier judiciaire est aussi examiné par la préfecture. Ces aumôniers qui sont défrayés 300 euros par mois.

> Retrouvez aussi nos émissions consacrées à la prison.

prison record détenus avril 2014
prison record détenus avril 2014