La sécheresse en Irak a permis la découverte d'une ville antique

Publicité

La sécheresse en Irak a permis la découverte d'une ville antique engloutie

Par

La sécheresse a permis la découverte d’une ville antique vieille de 3 500 ans et enfouie dans les eaux du Tigre en Irak. Les archéologues n’ont eu que quelques semaines pour fouiller avant la remontée des eaux.

L’Irak est l’un des pays les plus touchés par le réchauffement climatique. Fin 2021, une sécheresse extrême contraint les agriculteurs à utiliser l’eau d’un réservoir géant près de Mossoul, pour arroser leurs récoltes. En se retirant, l’eau révèle un site incroyable, datant de l’âge du bronze. Le site était déjà connu d’une mission archéologique germano-kurde, car le même phénomène s’était déjà produit en 2018.

5 min

Du palais à la ville

En 2018, les archéologues ont découvert un gigantesque palais. Entre des murs de deux mètres d’épaisseur se trouvaient huit salles immenses, certaines devaient être ornées de fresques murales colorées, comme le suggèrent les fragments de peintures rouge et bleu qui ont été retrouvés.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dans une interview à la chaîne tünews, l'archéologue Ivana Puljiz revenait sur la découverte de ce site : "On a découvert le site par hasard, c’est-à-dire qu'on ne savait pas à l'avance qu'il y en avait un à cet endroit-là. On ne savait pas non plus ce qu'on y trouverait, quelles cultures et quelles ruines de quels bâtiments. Tout était très, très improvisé pour nous."

Vue aérienne du site de Kemune, partiellement immergé dans le lac. 2022
Vue aérienne du site de Kemune, partiellement immergé dans le lac. 2022
- Universités de Fribourg et Tübingen, KAO

En janvier 2022, l’équipe n’a que quelques jours pour s’installer et commencer les fouilles au plus vite avant la remontée des eaux. Autour du palais révélé par la précédente sécheresse, ils découvrent cette fois une ville.

Les fouilles révèlent de solides fortifications faites de murs et de tours, un complexe industriel et un bâtiment monumental de plusieurs étages, pouvant abriter de grandes quantités de marchandises.

Le mystérieux empire Mitanni

D’après les spécialistes, ces bâtiments en briques d’argile sont étonnamment bien conservés car ils ont été ensevelis lors d’un tremblement de terre.

Certains de ces murs sont conservés sur plusieurs mètres de haut. 2022
Certains de ces murs sont conservés sur plusieurs mètres de haut. 2022
- Universités de Fribourg et de Tübingen, KAO

Cette ville serait un lieu de pouvoir du Grand Empire Mittani qui régnait sur le nord de la Mésopotamie il y a 3 550 ans. Ces puissants chefs indo-européens menaçaient l’influence des pharaons au Proche-Orient et le royaume Mitanni n’a pas résisté à ses rivaux égyptiens et assyriens.

Mais contrairement à ses ennemis, l’empire Mittani est très mal connu des historiens. On ignore la localisation de sa capitale et son mode d’organisation politique, par exemple. Le nom même de cet empire n’est connu qu’à travers des inscriptions égyptiennes.

Un trésor archéologique

Or, les fouilles du site de Kemune ont révélé un précieux trésor : une centaine de lettres d’argile dont certaines sont encore conservées dans leur enveloppe.

Ces tablettes d'argile, dont certaines dans des enveloppes, pourraient nous apprendre beaucoup de choses sur l'enpire Mitanni. 2022
Ces tablettes d'argile, dont certaines dans des enveloppes, pourraient nous apprendre beaucoup de choses sur l'enpire Mitanni. 2022
- Universités de Fribourg et de Tübingen, KAO

Elles sont écrites en cunéiforme, une des plus vieilles écritures connues à ce jour et originaire de la même région. La traduction de ces lettres devrait permettre de mieux connaître l’empire mystérieux.

Après deux mois de fouilles, l’eau est remontée, et, pour l’instant, les recherches sont suspendues.