Publicité

La semaine du 19/09/13

Par

Commençons cette émission comme nous le ferons désormais tous les jeudis, par un petit tour d’horizon de nouvelles puisées sur le Net, dans les journaux ou les revues.

Tout d’abord, sachez que le milieu des enseignants d’histoire débat depuis deux jours de la portée d’une démission. Le Ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon a ainsi reçu lundi matin la lettre de démission de quinze membres du jury de l’agrégation d’histoire. Alerté depuis le début de l’été de la nomination possible, à la tête de ce jury, d’un inspecteur général de l’Education Nationale à la place d’un universitaire, ils avaient averti le ministre de leur démission possible. Malgré ces menaces estivales, le ministre a nommé l’inspecteur général Yves Poncelet à la présidence du jury de l’agrégation. Les quinze ont donc démissionné, provoquant des débats entre ceux qui considèrent qu’il n’y a rien de plus normal que de nommer un inspecteur général à la tête d’un concours destiné à recruter des enseignants et ceux qu’après les réformes des masters et du Capes, c’est l’agrégation elle-même qui est menacée.

Publicité

Des échanges à retrouver sur le site de débats aggiornamento.org , http://aggiornamento.hypotheses.org/, ou sur le forum « Passion histoire »

http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=90&t=34344 . En attendant la rencontre la semaine prochaine du nouveau président du jury d’agrégation, qui assure que sa nomination n’a pas de sens caché, et les présidents des quatre associations d’historiens qui ont manifesté leur inquiétude devant ce changement de cap.

Elle avait été parmi les premières femmes agrégées, mais de lettres, normalienne, professeur au Collège de France: l’helléniste Jacqueline de Romilly, décédée il y à trois ans à peine vient de donner son nom à une place d’Athènes.

Son amitié pour la Grèce et sa défense acharnée de l’enseignement des langues anciennes lui avait déjà valu d’obtenir la nationalité grecque en 1995. Une place Jacqueline de Romilly a été inaugurée lundi dernier au pied de l’Acropole en présence de nombreuses personnalités dont Valéry Giscard d’Estaing, venu en sa qualité d’Académicien et non pas comme le Président français qui avait permis l’entrée de la Grèce dans l’Europe.

http://www.lepetitjournal.com/athenes/a-voir-a-faire/culture/163867-place-de-romilly-discours-de-valery-giscard-d-estaing-lors-de-l-inauguration

Grâce au très actif compte sur twitter « Latineloquere », qui, comme le faisait Jacqueline de Romilly, défend avec beaucoup de verve les enseignements classiques j’ai été conduit vers un carnet de recherches en ligne, géré sur le site « hypotheses.org » par Philippe Cibois, sociologue à l’Université de Versailles-St-Quentin en Yvelines.

http://enseignement-latin.hypotheses.org/7327

Le nom de ce carnet : « La question du latin » . Philippe Cibois y analyse la place de cette langue ancienne dans l’enseignement et y traite cette semaine de la pratique du latin en classe en 2012. Si on note une légère érosion de l’enseignement de cette langue en 5eme, elle n’est pas la même dans le privé et le public. Quant au lycée, la fonte des effectifs est réelle mais ne semble pas s’accélérer : sur cent apprentis latinistes en 5eme, ils ne sont plus que 9 dans le public en terminale et 17 dans le privé. Et Philippe Cibois de conclure en soulignant qu’il n’y a pas en ce moment d’évolutions statistiques vraiment notables: il faudra voir si la baisse des latinistes en 5e se poursuit ou non mais seule une enquête auprès de parents pourrait déterminer si l’enseignement du latin cède à la concurrence d’autres options linguistiques où s’il s’agit d’un abandon culturel de la part de parents qui eux-mêmes ont privilégié les mathématiques quand ils étaient dans le secondaire.

Modèle latin, modèle grec : nous sommes fort éloignés en cela des XVIIIème et XIXème siècles qui n’ont cessé de rêver et de représenter l’Antiquité classique. A preuve la prochaine exposition que va nous proposer le musée d’Orsay à Paris : elle est consacrée au nu masculin et le site du journal « Têtu » met en ligne la bande-annonce , oui , vous avez bien entendu, la bande annonce de cette exposition « Masculin/Masculin : l’homme nu dans l’art de 18000 à nos jours ». Un petit film de quatre minutes dans lequel un acteur, nu dans sa salle de bain, passe au travers du miroir et se retrouve en personnage principal de tableaux de Bouguereau, d’Ingres ou d’Hippolyte Flandrin. http://tetu.yagg.com/2013/09/17/expo-masculinmasculin-au-musee-dorsay-la-bande-annonce/

Mieux comprendre l’art en le rapprochant de nous, c’est ce qu’ont fait les conservateurs de la ville de Gand en Belgique qui ont la charge de l’exceptionnel polyptyque de l’Agneau mystique de Van Eyck. A l’occasion d’une restauration nécessaire de ce chef d’œuvre terminé en 1432, ils ont photographié en très haute définition les Anges, la Vierge ou le Saint Jean baptiste de Gand et ont créé un site sur lequel vous pouvez vous approcher à un centimètre de cet immense panneau de bois et ainsi découvrir chaque détail de cette merveille médiévale. Ca s’appelle « Closer to Van Eyck », plus près de Van Eyck et ça porte bien son nom.

http://closertovaneyck.kikirpa.be/#home/sub=altarpiece