Publicité

La société du déclassement

Par
La société du déclassement
La société du déclassement
© Getty - onfilm

À l'échelle européenne, de nombreux citoyens contestent la société libérale, dont ils se sentent repoussés à la marge. Le danger de polarisation sociale augmente, et le déclin social représente une menace pour l'équilibre démocratique.

La possibilité d'une ascension sociale était l'une des promesses phares de l'Allemagne d'après-guerre - une promesse tenue pendant un temps : la Coccinelle a laissé place à l'Audi, les enfants d'artisans sont devenus ingénieurs, de nombreux citoyens ont pu accéder au rêve d'une maison avec jardin. Mais aujourd'hui, l'ascenseur social semble enrayé : un diplôme universitaire n'est plus une garantie de statut ni de sécurité, les contrats de travail sont de plus en plus précaires, les employés perçoivent de moins en moins les bénéfices de leur travail.

À l'échelle européenne, de nombreux citoyens contestent cette société libérale, dont ils se sentent repoussés à la marge. L'essor des mouvements de protestation tels que Podemos, Pegida, ou les Gilets jaunes sont une illustration frappante de ce phénomène de déclassement. Oliver Nachtwey explore les causes profondes de cette rupture et s'intéresse au potentiel de conflit qu'elle génère. Le danger de polarisation sociale augmente, et le déclin social représente une menace pour l'équilibre démocratique.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un entretien autour du livre d'Oliver Nachtwey La société du déclassement. La contestation à l'ère de la modernité régressive, enregistré en avril 2021.

Oliver Nachtwey, sociologue, professeur à l'Université de Bâle

Anne-Lorraine Bujon, directrice de la rédaction d'Esprit.

Cette édition du "Livre politique" a été organisée par le Goethe Institut Paris et la Fondation Heinrich Böll, en partenariat avec la Fondation Maison des sciences de l'homme et la revue Esprit.