Lac Titicaca : la modernité d'anciennes civilisations dévoilée grâce à l'archéologie subaquatique

L'archéologie subaquatique dans le lac Titicaca, berceau du monde andin.
L'archéologie subaquatique dans le lac Titicaca, berceau du monde andin.

Archéologie subaquatique : les découvertes du lac Titicaca

Publicité

Lac Titicaca : la modernité d'anciennes civilisations dévoilée grâce à l'archéologie subaquatique

Par

Au cœur du lac Titicaca, l’archéologie subaquatique nous dévoile les aspects méconnus d’anciennes civilisations sud-américaines, grâce à une conservation exceptionnelle de vestiges liés à des pratiques religieuses ou des activités industrielles.

"On découvre des choses qui n’ont jamais été découvertes." C'est ainsi que l'on pourrait résumer le travail de Christophe Delaere, archéologue et chef de la mission internationale qui fouille les profondeurs de ce lac mythique, à la frontière entre le Pérou et la Bolivie.

Carbone 14, le magazine de l'archéologie
30 min

Toutes les routes mènent au lac

Berceau du monde andin, le lac Titicaca est l’origine mythique des Incas (XIIIe - XVIe). C’est aussi le lieu le plus anciennement peuplé d’Amérique du Sud, bien avant les Incas, il y a 3 000 à 4 000 ans.

Publicité

À 3 800m d’altitude, cet immense lac a une particularité : des fluctuations du niveau d’eau de 15 m.

Christophe Delaere: "Dans mes recherches, progressivement, je me suis rendu compte que toutes les données convergeaient vers ce lac, non seulement en termes de résultats, mais aussi sur l’empreinte matérielle sur le paysage. On se rend compte qu’il y a presque des routes, voire des murs qui vont vers le lac."  

Une équipe de plongeurs sur le chantier de fouille
Une équipe de plongeurs sur le chantier de fouille
- Teddy Seguin ULB

Depuis 2012, cette équipe d’archéologues plonge entre 3 et 15 m de profondeur malgré l’altitude du lac qui rend la plongée sous-marine plus dangereuse. Comme lors d’une fouille sur terre, ils creusent le sol, secondés par un aspirateur qui évacue les sédiments.  

Immergés depuis des centaines ou milliers d’années, les vestiges de civilisations incas ou pré-incaïques sont dans un état exceptionnel de conservation.  

Christophe Delaere: "L’eau est un énorme frigo, à température constante, pas de lumière, pas d’oxygène. Donc, l'eau va conserver des objets, des témoignages, qui ne se conservent pas en terrestre là-bas vu qu’il fait relativement humide. On retrouve des objets en bois dont on ignorait tout, on retrouve des objets en alliage de cuivre, en or aussi bien sûr."  

Un carré de fouille sous l'eau
Un carré de fouille sous l'eau
- Teddy Seguin ULB

Des artefacts religieux ou d'activités industrielles

Une petite partie de ces artefacts sont des offrandes : brûleurs de parfum, ossements d'animaux liés à des sacrifices, ornements, objets utilisés lors de rituels...

Certains ont été volontairement immergés lors de cérémonies et ce parfois à des kilomètres du rivage.

Christophe Delaere: "Ces lacs, dont le lac Titicaca, pourraient être 'le monde des morts'. Ces offrandes étaient destinées à l’au-delà, à cet autre monde."

Ces rituels témoignent d’une forte organisation, comme un État, soudé par les religions et les croyances. 

Des offrandes de la civilisation Tiwanaku (800-1150)
Des offrandes de la civilisation Tiwanaku (800-1150)
- Teddy Seguin ULB

Les fouilles ont aussi révélé tout un monde économique qui avait été submergé par les eaux.  

Christophe Delaere : "On retrouve une culture matérielle, donc des objets, relatifs à des activités humaines qui n’ont jamais été documentées. On s’est rendu compte notamment que les zones littorales accueillaient des zones industrielles spécialisées. Pour travailler la laine par exemple, pour travailler le cuir. Ce qui est presque normal, en Europe, à l’époque médiévale et même récemment, les tanneries se mettent en bordure de rivière, c’est une activité qui a besoin de l’eau, le travail de la laine aussi. Ce sont des pratiques que l’on ne connaissait pas parce qu’elles étaient enfouies sous l’eau." 

Les vestriges retrouvés sont souvent dans un état excepionnel de conservation.
Les vestriges retrouvés sont souvent dans un état excepionnel de conservation.
- Teddy Seguin ULB

Un travail enrichi par la collaboration locale

La civilisation Inca a été documentée par écrit au contact des Espagnols mais ce n’est pas le cas des civilisations précédentes qui étaient de traditions orales. D’où l’importance de la collaboration avec les populations locales qui sont des mines de connaissances.

Christophe Delaere: "C’est incroyable parce que ces communautés sont les descendants des populations qu’on étudie. D’où l’urgence, parce que le monde change très vite. Par exemple, les pratiques de navigation. Jusque dans les années 1980 il y avait des bateaux sans moteur et puis les bateaux à moteur ont bouleversé les routes de navigations. Or, moi quand je pose la question aux doyens : 'Où était l’endroit où vous preniez le bateau il y a 50 ou 80 ans ?', ils vont me montrer un emplacement où il n’y a plus de port aujourd’hui. Et si je fais des fouilles là-bas, une fois sur deux je trouve quelque chose."