Publicité

Lalo Schifrin 1/5 : "La musique, c'est un article de luxe"

 Lalo Schifrin à Köln en 2006.
Lalo Schifrin à Köln en 2006.
© Getty - Wöstmann/ullstein bild

2001. Première partie d'une série de cinq émissions des "Chemins de la musique" consacrée au compositeur Lalo Schifrin. Il y est question de ses origines argentines, de ses débuts à Paris, et des cours de Messiaen au Conservatoire. Des extraits de ses compositions alternent avec ses témoignage sur sa vie.

Dans ce premier entretien des "Chemins de la musique", le compositeur argentin Lalo Schifrin dit qu'il se sent citoyen du monde mais qu'il est quand même très francophile, dans ses goûts artistiques et dans son mode de vie. Il parle de son Argentine natale et notamment de Buenos Aires, "une ville cosmopolite" tournée à la fois vers l'intérieur de l'Argentine et vers l'extérieur, les Etats-Unis et l'Europe. Il explique d'ailleurs la grande place de la musique classique en Argentine, grâce à la présence des Européens qui l'ont importée avec eux. A l’époque de son père, violoniste professionnel, il raconte qu'il y avait pas moins de "huit orchestres philharmoniques à Buenos Aires !" Lui-même, a baigné dans la musique dès sa plus jeune enfance, "j'ai été exposé à la musique classique très jeune", explique-t-il.

"Les chemins de la musique" avec Lalo Schifrin 1/5. Une diffusion du 01/10/2001

29 min

C'est au collège que Lalo Schifrin découvre et apprécie le jazz, choix que son père désapprouve. Au Conservatoire de Buenos Aires, il regrette que les professeurs aient été "très arriérés" concernant la musique d'avant-garde de son époque, comme la musique atonale de l'Ecole de Vienne. Il arrive à Paris en 1953, à l'âge de 21 ans, et entre au Conservatoire grâce à une bourse où il suit les cours de composition et d'analyse d'Olivier Messiaen pendant deux ans.

Publicité

La musique c'est un article de luxe, comme le champagne. Quand il y a l'argent, il y a la musique. Quand il n'y a pas, alors la première chose qui disparaît c'est la musique. Il y avait de bons musiciens [à Buenos Aires] parce que c'était très bien payé.

  • "Les chemins de la musique"
  • Première diffusion : 01/10/2001
  • Production : Yvan Amar
  • Réalisation : Périne Menguy
  • Indexation web : Odile Dereuddre, documentation de Radio France