Lascaux, une découverte exceptionnelle
Lascaux, une découverte exceptionnelle

Lascaux, les secrets d'une découverte exceptionnelle

Publicité

Lascaux, les secrets d'une découverte exceptionnelle

Par

Il y a quatre-vingt ans, en Dordogne, la découverte de quatre adolescents allait bouleverser à jamais la connaissance du monde préhistorique : la grotte de Lascaux. Mais ce témoignage inestimable de la vie des premiers hommes n’a pas encore livré tous ses secrets.

Véritable "chapelle Sixtine" de la préhistoire, la grotte de Lascaux est un témoignage inestimable de la vie de nos ancêtres, il y a 21 000 ans.

Jean-Pierre Chadelle, archéologue : “Quand on pénètre dans la grotte de Lascaux, c’est un choc. Ces pigments sont d’une fraîcheur, comme si ça venait d’être peint. On a énormément appris sur les techniques de ces gens-là.”

Publicité

Le 12 septembre 1940, Marcel Ravidat et trois amis explorent la campagne du Périgord à la recherche d’une entrée menant aux souterrains du château de Lascaux. Ils espèrent trouver un trésor caché sous le monument et décident de passer par un trou profond repéré quelques jours auparavant.

Les adolescents avancent dans les boyaux de la galerie, mais ne trouvent pas le trésor. Ils s’apprêtent à remonter lorsque le halo de leur lampe dévoile de curieuses peintures sur les parois : des représentations d'animaux et des motifs abstraits.  

La découvertes des adolescents s’ébruite vite dans le village. L’abbé Breuil, grand préhistorien du Collège de France, accompagne les adolescents dans la grotte. L’homme réalise le caractère exceptionnel de la découverte : un état de conservation inouï, des centaines de dessins et un réalisme des proportions.

Un bestiaire riche

Parmi les dessins, des taureaux, des cerfs, des chevaux et même un rhinocéros laineux. Mais une scène intrigue particulièrement. Il s'agit d'un homme à tête d'oiseau gisant face à un bison blessé. Rite chamanique, représentation d’un rêve ou scène de chasse ?

Jean-Pierre Chadelle, archéologue : “Pendant toute cette période où les hommes sont chasseurs-cueilleurs, la représentation humaine est toujours soit dissimulée, soit discrète, soit composite : un corps animal avec une tête d’homme ou l’inverse. Il y a comme un interdit sur la représentation humaine.” 

La grotte, d’environ 250 mètres de longueur, est classée monument historique dès 1940. Mais déjà, les curieux de la région s’y précipitent,  touchant parfois du doigt les peintures millénaires.  

En 1948, elle est officiellement ouverte au public après des aménagements considérables et reçoit plus de 200 000 visiteurs par an.  

Les gravures sont photographiées, analysées et renseignent sur les techniques de l’époque : elles ont été dessinées à l’aérographe avec des contours au crayon de manganèse.

Jean-Pierre Chadelle, archéologue : “Cet art est un art de la vie de tous les jours, un art d’une société développée, assez en équilibre sur son environnement. Ce n’est pas l’acte d’un artiste, c’est presque un travail de travaux publics. Il faut des kilos de peinture qu'il faut récolter au fur et à mesure des déplacements, qu'il faut stocker, etc.”

Lascaux n’est pas la première découverte du Paléolithique supérieur en Dordogne mais ici, les archéologues s'interrogent sur la fonction de cette grotte.

Jean-Pierre Chadelle, archéologue : “On n’a pas fait que de l’art ou de la cérémonie dans cette grotte, on y a vécu. Il y a des quantités d’activités qui ont eu lieu dans cette grotte, bien sûr la peinture, la gravure, l’éclairage mais aussi l’alimentation. Les os de rennes et de chevaux sont nombreux, il y en a dans toute la grotte. Ils ont fait de la boucherie et de la cuisine, peut-être pour de courtes périodes, pendant qu’une couverture neigeuse trop importante immobilisait un groupe dans les parages par exemple. Il faut imaginer ça presque au moment du maximum glaciaire.” 

La grotte est victime de son succès. Des algues apparaissent sur les parois, menaçant de faire disparaître les peintures pour toujours.
En 1963, André Malraux décide d’interdire l’accès au public. Mais la grotte subit au fil des décennies d’autres agressions toxiques au point d’être définitivement fermée, même aux spécialistes.

Plusieurs répliques du site sont construites mais la grotte originale recèle encore de nombreux mystères que les archéologues espèrent un jour percer.

59 min