Publicité

Le centenaire Albert Camus

photo
photo
© Corbis

Albert Camus est né il y a très exactement 100 ans, le 7 novembre 1913. Pour commémorer cet anniversaire, France Culture vous propose toute cette semaine, dans Un autre jour est possible, Les Nouveaux chemins de la connaissance , et Fictions / Le Feuilleton, une mise en perspective contemporaine des travaux de l'écrivain. Tout le programme ci-dessous :

Camus, l'histoire au présent, d'Alger à Buenos Aires : comment l'œuvre de Camus est-elle perçue d'aujourd'hui ? dans Un autre jour est possible, du 4 au 8 novembre **1ère partie : Archives **

Publicité

De lundi à jeudi : "Un homme, une ville" sur les traces d’Albert Camus à Alger par Jules Roy et Jean Montalbetti (1979)

Vendredi : Luchino Visconti commente le ratage de son adaptation de *L’Etranger * au cinéma (1971)

**2ème partie : **

**Lundi :Camus dans l’Algérie d’aujourd’hui ** avec Kamel Daoud , journaliste et écrivain, auteur de Meursault, Contre-enquête ,une version revisitée de L'Etranger du point de vue du frère de "l'Arabe" assassiné (éditions Barzach, Alger, et chez Sabine Wiespieser en 2014).

Mardi : Etre blanc dans le continent africain avec André Brink qui évoque la filiation qu’il entretient avec Albert Camus et la réception de l’œuvre de Camus en Afrique du Sud, avant et après le régime de l'apartheid.

Mercredi : Camus en Amérique ,son influence en Amérique du Nord aujourd'hui avec Lissa Lincoln , professeure de littérature comparée à l’Université Américaine de Paris (UAP).

Jeudi : L’exil et les royaumes perdus avec Salah Al Hamdani ,poète irakien exilé en France depuis 1975.

Vendredi : Camus en images , les adaptations au cinéma et en BD avec Catherine Camus , José Munuoz , dessinateur argentin, pour ses illustrations de *L’Etranger * et du Premier homme (Futuropolis) et Michel Ciment , critique de cinéma.

***Albert Camus, ses pairs et sa mère : * Albert Cossery, René Char, Jean-Paul Sartre... dans Les Nouveaux chemins de la connaissance du 4 au 7 novembre ** ** Le 7 novembre prochain, Albert Camus aurait eu cent ans, ce qui en soit n’a aucune importance mais qui est un excellent prétexte pour passer une semaine en compagnie, non pas tant de Camus lui-même, mais de ceux à qui il était lié par le sang, la plume ou le cœur, et qui sont autant de lumières qui ont illuminé la lucidité d’un homme qui n’avait pas besoin de promesses pour aimer.

Lundi : Camus et Cossery , les 2 Albert

A la découverte de l’autre Albert, Albert Cossery , que Camus a connu et fait connaître, et dont les textes prennent racine du même côté de la Méditerranée, mais de l’autre côté du soleil. Avec** Joëlle Losfeld** et Roger Grenier .

Mardi : Albert Camus et René Char, les deux poètes

La parole à Albert Camus et **René Char ** qui, au sortir de la guerre et de la Résistance, se sont lentement pris d’amitié l’un pour l’autre, une amitié fondée sur l’estime et le respect mutuels, loin des éloges faciles et des jalouses critiques, deux hommes qui ne seraient sans doute pas devenus amis dans un autre contexte que celui-ci, et dont la correspondance témoigne d’une bienveillance et d’une tendresse aussi pudique qu’illimitée. Avec Franck Planeille .

Mercredi : Albert Camus et Jean-Paul Sartre, les deux philosophes

Une rencontre prometteuse qui se termine en duel : Camus contre Sartre, en compagnie de Frédéric Worms .

Jeudi : Camus et sa mère, le soleil et le silence

Retour aux sources, au centre, à la nuit de l'œuvre de Camus : sa mère, dont le silence anime chacun des mots de son fils. Avec Raphaël Enthoven .

puces violettes
puces violettes

L'Etranger d'Albert Camus , feuilleton en 10 épisodes, du lundi au vendredi, du 4 au 15 novembre** (réalisation Christine Bernard-Sugy, 1ère diffusion du 1er au 13 décembre 2002)** "Dans notre société, tout homme qui ne pleure pas à l'enterrement de sa mère risque d'être condamné à mort." Albert Camus avait ainsi résumé L'Etranger , publié en 1942 mais encore aujourd'hui d'une singulière actualité. Cette adaptation radiophonique en 10 épisodes, construite sur la relation contradictoire entre la sensualité des paysages algériens et l'apparente insensibilité de Meursault, mêle de façon subtile et vivante la succession des scènes, depuis la mort de la mère jusqu'au meurtre de l'Arabe sur la plage et le déroulement du procès, faisant alterner dialogues et pensées intimes du narrateur.

> le premier épisode ICI