Publicité

Le climat à huis clos

Par

La Terre vue par Apollo 17
La Terre vue par Apollo 17
© Radio France - Nasa

La Terre vue par Apollo 17 Nasa©Radio France

Près de six mois après avoir été saisie par Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, l’Académie des Sciences va organiser, le 20 septembre, un débat sur le sujet délicat du réchauffement climatique. Les échanges entre scientifiques auront lieu à huis clos, ni le public, ni la presse, n’étant, à ce jour, conviés à y assister. Les informations sur le programme et l’organisation de cette journée filtrent au compte-goutte. En effet, l’Académie des Sciences n’a toujours rien publié sur cet événement. Ni date, ni programme.

Publicité

Faute de communiqué officiel, des bribes d'information circulent. Le colloque du 20 septembre comprendrait trois ou quatre parties, dont une consacrée aux observations et deux à la modélisation (physique et mathématique). Chacune des parties comprendrait 45 minutes d’exposés et une heure de débat. L’Académie des Sciences souligne, pour démontrer son ouverture, que des chercheurs ne faisant pas partie de son institution seront autorisés à participer au débat. Ce dernier serait alimenté par les travaux d’une trentaine de scientifiques qui ont planché cet été sur le sujet. Début septembre, le nombre d’inscrits ne serait guère supérieur à 70. Finalement, seule la date et la décision du huis clos ne relèvent pas de conjectures. Ces informations suscitent d’ores et déjà quelques questions. Il paraît d’abord difficile de comprendre pourquoi six mois sont nécessaires à l'Académie des Sciences pour accéder à la demande de la ministre de la recherche. Surtout lorsqu’on dispose de plus de 400 climatologues prêts à défendre leurs thèses face à l’hérésie d’une poignée de climato-sceptiques. Mettons cela sur le compte de la sage lenteur d’une docte institution. Chi va piano... On peut remarquer toutefois que, pendant le même délai, l ’InterAcademy Council (IAC) a analysé en détail le fonctionnement du GIEC. Une tâche, semble-t-il, autrement délicate.

Néanmoins, c'est le résultat de cette longue gestation qui pose le plus problème. La décision du huis clos met en effet le débat en porte à faux par rapport aux précédents épisodes du psychodrame qui agite la communauté scientifique depuis un an: En voici les principaux jalons: - 17 septembre 2009 **: ** Vincent Courtillot publie : « Nouveau voyage au centre de la Terre » (Odile Jacob). - Fin novembre 2009 : Climategate : piratage de milliers de mails échangés entre climatologues anglais et américains depuis 1996 qui conduit au soupçon d’une falsification de données. **- 7 au 18 décembre 2009 : ** Echec du Sommet de Copenhague - Janvier 2010 : le GIEC reconnaît une erreur dans la prévision de la date de fonte des glaces de l’Himalaya. Au lieu de 2030, il faut lire 2300 en raison d’une faute de frappe. - 16 février 2010 : Claude Allègre publie « L’imposture climatique ou la fausse écologie » (Plon) - 27 février 2010 : La présidence du GIEC demande une enquête indépendante sur ses méthodes à la suite du Climategate. - 10 mars 2010 : Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, commande au Conseil inter-académique (InterAcademy Council, IAC) une étude "sur les procédures et méthodes" suivies par le GIEC. - 23 mars 2010 : François Fillon annonce le report de la taxe carbone qui devait entrer en vigueur le 1er juillet 2010. - 29 mars 2010 : Un sondage Ipsos publié par France Soir révèle que 69% des Français approuvent le retrait de la taxe carbone décidé par le gouvernement. - 29 mars 2010 : Pétition de plus de 400 scientifiques à l’initiative de 13 climatologues français adressée à Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et qui lui demande d’arbitrer entre climatologues et climato-sceptiques. - 31 mars 2010 : Valérie Pécresse demande au président de l'Académie des Sciences, Jean Salençon, d'organiser un débat sur le sujet. - 31 mars 2010 : Le rapport d’une enquête parlementaire sur le Climategate réfute l’accusation de manipulation de données par les scientifiques britanniques. **- 30 août 2010 : ** L’Inter Academy Concil (IAC) rend public son rapport sur le GIEC et émet plusieurs recommandations pour améliorer ses procédures de fonctionnement. - 20 septembre 2010 : L’Académie des Sciences organise, à huis clos, un débat sur la question du réchauffement climatique. Ce rappel chronologique démontre à quel point la question climatique a fait l’actualité au cours des douze derniers mois. Climatologues défendant les rapports du GIEC et climato-sceptiques se sont largement exprimés dans tous les médias. Leur différent est donc sur la place publique. Et les thèses de Vincent Courtillot remettant en cause l’impact sur le réchauffement climatique de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère liée aux activités humaines sèment le doute dans les esprits, y compris dans ceux de certains scientifiques. C'est pour réagir à cette situation que les signataires de la pétition adressée à Valérie Pécresse ont demandé à confronter les points de vue sur le plan purement scientifique. Leur maladresse a résidé dans le recours à une autorité politique pour trancher une question qui relève de la science. Etrange démarche lorsque, depuis des années, l’ensemble des scientifiques réclament leur indépendance vis-à-vis du pouvoir politique. Par chance, Valérie Pécresse s’est sagement retournée vers l’Académie des Sciences.

Néanmoins, la décision de huis clos risque fort de conduire à un résultat exactement inverse à celui qu'escompte la majorité de la communauté des climatologues. Après tant d’éclats publics, quelle image va donner ce conciliabule entre chercheurs triés sur le volet ? Celle d’une science incapable d'assumer au grand jour un débat qui concerne directement les citoyens. Un débat qui n’a rien de commun avec des questions très pointues hors de portée du public non averti. Au contraire, c''est l’avenir de la planète qui est en jeu à travers les choix politiques qui seront faits au cours des prochaines années. Ces choix déterminent aussi l’avenir de notre mode de vie.

Le débat, commandé par le pouvoir exécutif, va donc se dérouler à huis clos. Quelle aubaine extraordinaire pour les climato-sceptiques. Eux qui fustigent la pensée unique de la science actuelle ne pouvaient rêver d’une meilleure démonstration de l’incapacité de la plus prestigieuse institution scientifique française à faire preuve d’un minimum de transparence lorsqu’elle doit organiser un débat contradictoire. Sera-t-il contradictoire, d’ailleurs ? Les scientifiques présents pourront en juger. Il semble toutefois que seul Vincent Courtillot soit invité à s’exprimer, à travers une brève communication pour représenter le camp des climato-sceptiques. Mais le débat aura sans doute lieu pendant les larges périodes prévues à cet effet.

Qu’aucun journaliste ne soit autorisé à assister à ces échanges afin d’en rendre compte au public est tout bonnement incompréhensible. Ils sont présents à l’Assemblée Nationale ou dans les tribunaux sans qu’on les accuse de perturber les séances et les procès. Celui des climato-sceptiques échapperait donc aux règles élémentaires de la vie démocratique. On attend avec impatience que l’Académie des sciences motive cette décision de huis clos ou, mieux, y renonce. Il faudra sans doute patienter jusqu’à l'annonce, enfin officielle, du débat du 20 septembre. M.A.

Emissions de Science Publique sur ce sujet:
16 juillet 2010: Club Science Publique: Grippe A, nanos, climat, les temps forts de l'année


**11 décembre 2009: ** Réchauffement climatique: Quel scénario faut-il croire? Invités: Vincent Courtillot, Jean-Claude Gascard, Gilles Ramstein, Laurent Terray


18 septembre 2009 : Club Science Publique:Nanotechnologies, réchauffement climatique