Visuellement, les éditions d'époque et contemporaine n'ont pas grand chose en commun ; "Le Club des Cinq" a pourtant marqué plusieurs générations d'enfants.
Visuellement, les éditions d'époque et contemporaine n'ont pas grand chose en commun ; "Le Club des Cinq" a pourtant marqué plusieurs générations d'enfants.

Le “Club des 5”, série pionnière des réflexions sur le genre ?

Publicité

Le “Club des 5”, série pionnière des réflexions sur le genre ?

Par

Ce classique a meublé les bibliothèques de générations d’enfants. Son autrice, l’Anglaise Enid Blyton, a projeté son enfance dans le personnage principal, Claudine, qui veut se faire appeler Claude. Est-elle pour autant une pionnière des réflexions sur le genre ?

Début du XXe siècle, dans la campagne du Kent, en Angleterre : Enid Blyton, encore enfant, préfère se promener dans la nature avec son père, plutôt que d’apprendre les tâches de femme au foyer, ce qui fâche sa mère. Douée en tennis, elle est aussi capitaine de l’équipe de crosse de son école.

Une quarantaine d’années plus tard, Enid Blyton est une autrice à succès grâce au “Club des 5”. Son personnage phare est Claudine, un garçon manqué qui exige de se faire appeler Claude. Faut-il voir son propre passé dans ce personnage ?

Publicité

Dans le contexte des années 1940, une fille teigneuse comme ça, ce n’était pas courant dans les livres pour enfants”, résume Emma Nota, qui a étudié la littérature pour enfants, dans sa Hollande natale.

Passé d’enseignante et de gouvernante

Blyton avait pu aiguiser son regard des enfants avant sa carrière d’écrivaine : enseignante puis gouvernante, elle a noué des liens avec les enfants et les a observés longuement.

Aux côtés de Claude, on retrouve son chien fidèle, Dagobert, Annie, féminine et froussarde, Michel, malin et taquin et François, le meneur. Prendre des décisions, ramer vers l’île de Kernach, lire une carte, Claude est attirée par des tâches alors associées aux hommes.

Elle n’est pas lesbienne, elle n’est pas trans, détaille Emma Nota, aussi ancienne libraire pour enfants. Elle ne veut pas être un garçon, elle veut les mêmes opportunités que les garçons avaient. Donc, le fait qu’une fille se comporte comme un garçon est accepté parce qu’elle ne veut pas être un garçon, ça lui va d’être une fille.

Derrière l’apparence progressiste, des stéréotypes

Les garçons en meneurs, les filles plus en retrait ou en “baby-sitters”... Certains de ses livres ont été critiqués car ils reproduisaient des schémas sexistes ou xénophobes.

Les "méchants" sont toujours des gitans ou des étrangers, en gros, décrit Emma Nota. Beaucoup de libraires, par exemple, ont dit que les livres ne devraient pas du tout être lus par des enfants.”

Après la mort d’Enid Blyton en 1968, certaines histoires ont même été réécrites et certains titres changés. “Le Club des Cinq et les saltimbanques” est par exemple devenu “Le Club des Cinq et le Cirque de l'Étoile”, et “Le Club des Cinq et les Gitans” a été rebaptisé “Le Club des Cinq pris au piège”. Le registre de langue, assez daté, a aussi été modifié pour paraître plus actuel.

Publiée entre 1942 et 1963, la vingtaine de romans deviendra un classique de la “Bibliothèque rose” en France, notamment pour son style accessible. Elle écrit entourée de ses enfants, qui la divertissent. Enid Blyton écrira aussi “Le Clan des Sept” et “Oui-Oui” à partir de 1949. Elle reste une des écrivaines avec le plus de succès : ses livres ont été vendus à plus de 600 millions d‘exemplaires, adaptés en film ou en séries.