Publicité

Le costume historique au cinéma

Par
isabelle adjani dans "La Reime Margot" de Patrice Chéreau
isabelle adjani dans "La Reime Margot" de Patrice Chéreau
- © Renn Productions / France 2 Cinéma

Depuis son apparition dans l’industrie du spectacle en 1895, le cinéma s’est emparé très tôt de l’histoire. Le cinéma met en contact un large public avec l’histoire, et c’est aujourd’hui le media le plus populaire qui tisse un contact avec le passé. La représentation du vêtement dans le cinéma.

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Analyser l'utilisation du costume dans le cinéma, c'est adopter une double approche : d'abord constater que la véracité historique n'est pas un bon critère d'analyse, car tous les costumiers ou costumières prennent de grandes libertés avec l'histoire, et savourer ensuite, à partir de nombreux détails, le fait que le cinéma est avant tout le reflet de l'époque où il se fait, avec des canons de beauté qui correspondent toujours au temps présent.

Le sex appeal n’est pas aux mêmes endroits du corps au XVIe sur un corps de femme ou sur un corps d’homme ; les hommes portent des braguettes ithyphallique avec des sexes en érection, c’est une chose qui paraîtrait impensable aujourd’hui. Mais au XVIe siècle une femme qui fait jaillir sa poitrine d’un décolleté, les moralistes les décrivent "comme si leurs mamelles battaient très fort à chaque pas…", alors que leur poitrine est compressée dans le corps de la robe.

Publicité

L'analyse ici est celle du costume historique de l'époque Renaissance dans deux films de cinéma : "La Reine Margot" de Patrice Chéreau, et "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola.

Une conférence enregistrée en 2017.

Isabelle Paresys, maître de conférences à l'université Lille 3, laboratoire IRHIS.