Publicité

Le débat sur l'accueil des réfugiés, un nouveau révélateur de la crise de l'Europe ?

Par

L'arrivée massive des réfugiés du Moyen-Orient par le sud-est de l'Europe depuis le début de l'année 2015 révèle une nouvelle fois les difficultés des États européens à gérer de manière commune les grands problèmes qui bouleversent notre continent. Les pays membres peuvent-ils s'entendre pour mettre en place une véritable politique commune de l'asile ? Les solutions préconisées par l'Union sont-elles réalistes ? Les opinions publiques européennes et françaises ont-elles vraiment pris conscience des enjeux humanitaires et politiques ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'arrivée massive des réfugiés du Moyen-Orient par le sud-est de l'Europe depuis le début de l'année 2015 révèle une nouvelle fois les difficultés des États européens à gérer de manière commune les grands problèmes qui bouleversent notre continent. La question de l'augmentation de la pression migratoire en Méditerranée n'est pas nouvelle. Les États et l'Union européenne tentent de trouver des solutions depuis plus de quinze ans dans le cadre des accords de Schengen et de la convention de Dublin, et en accélérant depuis 2009 la mise en place de règles communes en matière d'asile. Mais face à l'arrivée massive et exceptionnelle de centaines de milliers de réfugiés au printemps et à l'été 2015, les réponses des États membres divergent considérablement, faisant apparaître de nombreuses fractures politiques et culturelles, remettant parfois en cause les principes fondateurs de la construction européenne, la protection des droits de l'homme et la liberté de circulation.

Les pays membres peuvent-ils s'entendre pour mettre en place une véritable politique commune de l'asile ? Les solutions préconisées par l'Union sont-elles réalistes (notamment les quotas de répartition) ? L'Union européenne dispose-t-elle des moyens nécessaires pour faire face à l'afflux et organiser l'accueil et les contrôles, notamment dans le cadre de l'agence Frontex ? Les opinions publiques européennes (et françaises) ont-elles vraiment pris conscience des enjeux humanitaires et politiques, au-delà des émotions collectives ponctuelles et des peurs irrationnelles ? La crise des réfugiés révèle une nouvelle fois la nécessité de réviser le modèle européen avant qu'il n'explose sous le choc des égoïsmes nationaux.

Publicité

Invités

Jean-Marc AYRAULT, député de Loire-Atlantique, ancien maire de Nantes et ancien Premier Ministre

Bernard GUETTA, chroniqueur de politique internationale à France Inter, Libération et la Repubblica

Jean-Marc FERRY, philosophe, professeur titulaire de la chaire Philosophie de l'Europe à l'Université de Nantes.

Yves PASCOUAU, analyste politique au think tank European Policy Centre (Bruxelles) et chercheur associé senior à l'Institut Jacques Delors à Paris

Bérangère TAXIL, Professeur de droit international et européen, Université d'Angers

La table ronde est animée par Michel CATALA, professeur d'histoire à l'Université de Nantes et directeur d'Alliance Europa. Elle était organisée par le Pôle d'Excellence Alliance Europa, projet structuré autour des grandes questions européennes du XXIe siècle. 120 enseignants-chercheurs issus de vingt laboratoires sont impliqués, ainsi que des associations et collectivités territoriales.