Publicité

Le défilé d’hiver des éditions Montparnasse

Les éditions Montparnasse
Les éditions Montparnasse

Cinéma. Documentaires. Séries. Télévision. Tour d'horizon rapide des dernières sorties des éditions Montparnasse ! Et c’est très bon.

Les Anonymes de Pierre Schoeller avec Mathieu Almaric, Olivier Gourmet, Jean-Philippe Ricci, Karole Rocher…

Publicité

Après l’assassinat du préfet Claude Erignac, le 6 février 1998 à Ajaccio, la Division nationale anti-terroriste (DNAT) arrête un groupe appelé les Anonymes. S’ensuivent 96 heures de garde à vue et une instruction judiciaire. En 2011, Pierre Schoeller nous immergeait dans les arcanes du pouvoir avec son excellent Exercice de l’Etat . Avec Les Anomymes , nous traquons Yvan Colonna. Une chasse à l’homme à travers les mots qui s’échappent des multiples auditions. Ils connaissent tous Yvan. Ou peut-être pas. De toute façon, ils ne piperont mot. Le cinéaste prend le temps de revenir à la fois sur la mort du préfet Erignac et sur la concurrence que se livrent les nombreuses factions indépendantistes. On comprend que la décision de tuer l’homme d’Etat naît davantage de la volonté de faire un coup plutôt que de défendre une idéologie. La mort d’Erignac, c’est l’histoire d’un braquage, ou quand l’histoire et les hommes tournent les talons pour ne plus rien regarder en face. Les Anonymes m’a rappelé la justesse des points de vue sur notre société développés dans L.627 de Bertrand Tavernier. Jamais, nous ne sommes dans l’épate. Le film transpire le sérieux et la vérité. La véracité comme un coup de poing. Les acteurs et les actrices ne se ménagent pas pour donner du grain à moudre à notre réflexion sur cette affaire politico-judiciaire qui a défrayé la chronique. Jean-Philippe Ricci en Colonna est formidable. Juste et ambigu comme il faut. Un film ultra-conseillé.

Made in France - l’année où j’ai vécu 100 % français de Benjamin Carle, Karine Dusfour et Benjamin Audour, avec la participation exceptionnelle d’Arnaud Montebourg...

Fini les interrogations et les grands discours politiciens : peut-on vivre 100 % français pendant une année ? Un jeune homme téméraire de 25 ans en a fait l’expérience, pour se rendre compte qu’il va devoir se passer de réfrigérateur pendant un an, qu’il n’y a plus qu’une entreprise de brosses à dents en France, et que son meilleur moyen de transport sera une vieille mobylette qui ne dépasse pas les 30 km/h (quand elle ne tombe pas en panne...) ! L’ex-ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, qu’on l’apprécie ou qu’on le déteste, marquera la Cinquième République comme l’homme qui a tenté d’inviter les Français à consommer français et ce, sans passer pour un gros réactionnaire. En effet, le défaut estampillé 100 % français bien connu, celui de cracher dans sa propre soupe, a fait son temps. Désolé, ma nature de chauvin revient au galop. En plus j’aime ça ! Benjamin Carle s’est dit « Et si je prenais Montebourg au mot ! Chez moi, je vire tous les produits étrangers et je vis une année entière sur le 'made in France', et seulement grâce au 'made in France'. » Commence alors le tour de France des produits bien de chez nous (une litanie somme toute assez courte). Quoi de mieux pour comprendre l’histoire de l’économie française que de faire le tour du propriétaire. Dans un premier temps, notre ami Carle peine à s’équiper, peine à s’habiller, peine à vivre comme Monsieur Toutlemonde, redevenu le citoyen lambda « sans chemise, sans pantalon » (Rika Zaraï). Bon point, le doc nous donne les trucs et les astuces pour acheter français. En effet, il existe encore sur notre territoire des pôles de fabrication où des petites mains s’affairent sur des pulls et des costumes. Toutefois, nous comprenons rapidement que la production de biens et de marchandises a depuis longtemps fichu le camp. L’auteur de Made in France en convient ; résistons ! La résistance, on connaît ! Une attitude 100 % française. Et puis, nous le savons en matière d’économie, la routourne tourne (Franck Ribéry, footballeur exilé en Allemagne). Un documentaire drôle et très instructif.

Combatientes , série de Jerónimo Paz Clemente et Tomás de Las Heras avec Lucas Ferraro, Lautaro Delgado, Lucas Escariz…

1982, les îles Malouines. Durant la dernière nuit des affrontements entre Argentins et Britanniques, Gustavo Rivera, un soldat argentin, est touché par une balle à la tête. Il survit mais souffre d’une perte de mémoire. Cinq ans plus tard, il tente de reconstituer cette période oubliée en reprenant contact avec ses anciens camarades. Tandis que ces derniers l’aident à se souvenir, il réalise que plus il en apprend, plus il est hanté par les fantômes de la guerre qui ne l’ont jamais véritablement quitté. C’est ce que l’on appelle une série géopolitique classe qui s’attache autant à considérer les hommes que les événements. La guerre des Malouines n’est pas un conflit à la mode. On oublie trop souvent que les Argentins et les Britanniques se sont mis sur la tronche d’avril à juin 1982 pour un caillou gros comme un département français. Combatientes revient sur cette année terrible à coups de souvenirs et à coups de canon. On se rend compte à quel point cette guerre du bout du monde a horrifié toute une génération. Les hommes et les femmes des deux camps ont été saisis d’effroi par les décisions brutales de leur gouvernement respectif. Combatientes est une œuvre de mémoire sur la mémoire blessée. Enfin, une série respectueuse qui transmet les faits historiques avec une finesse psychologique peu commune.

A Young Doctor’s Notebook et autres histoires de Robert Mckillop avec Daniel Radcliffe, Jon Hamm, Adam Godley, Margaret Clunie, Rosie Cavaliero & Vicki Pepperdine …

Fraîchement désintoxiqué et retrouvant un certain goût à la vie, le docteur Mikhaïl se souvient de l’année 1918. Une année marquée par la guerre civile qui s’amplifie et se rapproche de l’hôpital où il est toujours mobilisé. Alors même que sa consommation de morphine devient un véritable problème pour lui et son entourage, le jeune médecin tombe sous le charme d’une jeune et belle aristocrate, Natasha... Cette série en huit épisodes adaptée de la jeunesse de Mikhaïl Boulgakov vous saigne à vif. Il faut se lever tôt pour dénicher un programme court (chaque épisode dure une vingtaine de minutes) qui, autant sur le fond que sur la forme, donne autant. Une folie. Cet hôpital planté en pleine campagne abrite les âmes baroques des illustres gens de la ville et des plus rustiques paysans. On y croise des patients à bout de nerf, un personnel hospitalier retors, des soldats perdus, une bourgeoisie insouciante. On se surprend à rire devant les scènes gore où le jeune médecin tente de faire ses preuves pour faire oublier l’ancien maître des lieux. C’est alors qu’intervient un jeu temporel où le vieux docteur Mikhaïl (incarné par Jon Hamm) conseille le jeune docteur Mikhaïl (incarné par Daniel Radcliffe). Les répliques fusent, les situations burlesques s’enchaînent, on reste sur le flanc par tant d’audace. Jon Hamm et Daniel Radcliffe se donnent à fond en docteurs dépassés par les événements. Le soin apporté à l’image et aux décors fait pour beaucoup à la réussite de l’entreprise. Le grain rappelle les grandes heures du cinéma horrifique des années 1960/1970. On pense au Bal des vampires , aux œuvres du studio Hammer, à Sleepy Hollow , à Guillermo Del Toro, à Paradjanov, à Klimov et Tarkovski. Une série tempétueuse hautement recommandée. Saison 1 et saison 2 disponibles.

Découvrez d'autres films des éditions Montparnasse sur Grand Écart, le site des étirements cinéphiles.