Publicité

Le dernier envol de James Salter

Par

Le grand romancier américain est mort ce vendredi à 90 ans. Dans les traces de Saint-Exupéry ou Hemingway, cet ancien pilote de chasse, journaliste, poète, scénariste et nouvelliste s'était distingué en seulement six romans en soixante ans.

En août dernier, James Salter présentait à Paris, à 89 ans, son nouvel ouvrage : "Et rien d’autre" , paru aux éditions L'Olivier. Cette figure de la littérature américaine se confiait alors à Sandrine Treiner et Augustin Trapenard :

"Les Bonnes feuilles" James Salter. Diffusées le 29 août 2014

23 min

Il arrive un moment où vous savez que tout n'est que rêve, que seules les choses qu'a su préserver l'écriture ont des chances d'être vraies.

Publicité

Voilà la phrase en exergue de ce premier roman en 31 ans, et que Salter voulait d'abord intituler "Todo" (tout). Ultime oeuvre saluée dans le monde entier et élue en septembre "livre étranger préféré des libraires" français.

James Salter
James Salter
© Radio France - Roxane Rosell

De son vrai nom James A. Horowitz, Salter est décédé ce vendredi à New York lors d'« une séance de gymnastique » a précisé son éditeur français, qui vient de publier la traduction de son premier roman autobiographique :Pour la gloire , paru sous le titre The Hunters ("Les chasseurs"),en 1956_._

Dans les traces de Saint-Exupéry ou Hemingway, cet ancien militaire était devenu une plume remarquée en seulement six romans en soixante ans.

Formé à la prestigieuse académie militaire de West Point, il avait intégré le Pentagone puis participé à la guerre de Corée.

Son écriture restera marquée par cette première vie.

Ce "frotteur de mots", comme il s'était défini, avait été distingué par l'Académie américaine des Arts et des Lettres pour l'ensemble de son œuvre.

Mais James Salter fut aussi journaliste, poète, scénariste et nouvelliste.

Son autobiographie, Une vie à brûler , était parue en 1998.

En septembre 2013, dans "Répliques", Alain Finkielkraut réunissait Frédéric Beigbeder et Eric Neuhoff pour évoquer le charme romanesque de James Salter.
"La Grande table" recevra mardi l'éditeur de James Salter, Olivier Cohen