Publicité

Le discours intérieur chez Marguerite Duras : "Peut-être que je ne suis pas un écrivain"

Marguerite Duras en 1989
Marguerite Duras en 1989
© Sipa - Ozkok

1974. "J’entre dans un périmètre très circonscrit. Je me demande comment j’ai des lecteurs avec cette littérature ! Il y a des gens qui me repoussent très violemment", confiait Marguerite Duras à Viviane Forrester en 1974, dans une archive exhumée le 4 mars 2001 à l'occasion de deux Nuits spéciales Duras.

En 1974, Marguerite Duras évoque son travail dans l’émission "Les chemins de la connaissance". Elle détaille son quotidien d’écrivain en rappelant combien l'écriture est une sorte d'enfer, un état de crise. L'écrivaine raconte combien les mots sont chargés de poison, de poudre. La vérité serait une violence qu'elle exerce sur elle-même. Elle évoque certains personnages de son œuvre, ceux dont elle se débarrasse, ceux qu’elle tue et la culpabilité qu’elle peut éprouver vis à vis d’eux. Elle analyse ainsi sa relation avec Lol. V. Stein ou Anne-Marie Stette en ces termes : "Je n’ai rien à voir avec elles, rien (…) Je tombe dans l’endroit où elles sont et je commence à écrire".

[INTEGRALE] Marguerite Duras répond à Viviane Forrester le 27/06/1974

24 min

Quand je faisais d'autres livres [...] il y a une dizaine d'années, on pouvait peut-être parler d'un discours intérieur maintenant je ne crois pas. Ce sont des accidents qui se produisent dans un silence un peu près total mais autour de cela mes facultés critiques ou mon jugement, ou mon esprit d'analyse ne fonctionnent pas.

Publicité
  • Production : Viviane Forrester
  • Date d'enregistrement : 01/03/1974
  • 1ère diffusion, ORTF, France Culture : 27/06/1974
  • Production Nuit spéciale Marguerite Duras : Genevève Huttin le 04/03/2001
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation de Radio France
  • Archive INA-Radio France