Le fantasme dessiné par Brecht Evens

Publicité

Le fantasme dessiné par Brecht Evens

Par

L'auteur et dessinateur Brecht Evens, prix spécial du jury au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2019 pour "Les Rigoles" (Actes Sud BD, 2018), nous donne son interprétation du fantasme : une errance féérique dans le monde imaginaire de Peter Pan.

"Quand je fais des peintures complexes, je veux toujours les faire à l’aquarelle, mais en déplacement je vais plutôt me servir des feutres pour être plus rapide." Brecht Evens dessine le mot "fantasme" à la 26e édition du festival de la BD à Bastia.

1h 01

"Je suis plus ou moins en train de me copier. 

Publicité

Je suis censé inventer des illustrations pour une réédition de Peter Pan et j’essaie d’inventer des illustrations sur le thème de l'imaginaire ou du jeu d’enfant, avec des choses pas fixes, pas fiables comme images. Comme quand on essaie de se former une image, ça ne restera pas fixe dans notre tête, ou quand un enfant joue. Il dépend beaucoup de son imagination parce que tout ce qu’il désire n'est pas forcément là, il n'y a pas littéralement un château devant lui. Bon, peut-être quand t’es en France, mais rarement.

Là, je regarde si je ne peux pas dessiner des fleurs qui en reflet deviennent les fées qu’il y a dans Peter Pan. 

Toutes ces lignes que je fais maintenant j’aurais pu les faire en noir, ça aurait été peut-être dommage.  Une fois que je me permets la couleur, j’ai des difficultés à me retenir. Dans mes livres, il y a des pages qui sont en noir et blanc, et du coup quand le noir et blanc vient, ça nous dit quelque chose, ça nous fait une autre ambiance que la couleur qui serait devenue normale. Je peux prendre des décisions comme dans Panthère. Il n'y a du jaune dans la palette que quand arrive le personnage de la panthère ; quand il n'est pas là, tout est dans une gamme de rose, rouge, bleu, et là l’intention c’est un peu de rendre ce personnage plus désirable. Quand il n’est pas là, il nous manque un peu, inconsciemment, parce qu’il y a moins de couleurs et quand il arrive, il complète la palette parce qu’avec du jaune on peut faire du vert et toutes sortes d'orange qui n’existent pas quand il n’est pas là. 

Il y a ce qu’on aurait vu en vrai les fleurs et une sorte d’illusion, d’hallucination qui est jouée par nos yeux dans le lac. Je crois que je vais encore davantage écrire et dessiner sur le sujet des illusions et des hallucinations. Le fantasme, c’est peut-être un terme beaucoup plus large, mais quand je parle de ça je parle aussi des expériences de psychose que j’ai vécues dont je n'ai pas parlé dans un livre, mais j'ai l'intention de le faire." 

27 min