Le fentanyl : la drogue la plus meurtrière aux Etats-Unis

Publicité

Le fentanyl devient la première cause d'overdose aux États-Unis et inquiète l'Europe

Par

Il a tué Prince et des dizaines de milliers d’Américains. Le fentanyl a détrôné l’héroïne et est devenu la première cause d’overdose aux États-Unis. Il inquiète même Donald Trump et, de plus en plus, les autorités françaises qui font déjà état de "quelques intoxications parfois mortelles".

Dans la rue, il s’appelle le "murder 8", le "China white" ou l’"Apache". Son vrai nom est fentanyl. Avec 18 000 morts à son actif en 2016, selon les données les plus récentes, publiées le mercredi 12 décembre 2018 par les autorités sanitaires américaines, le fentanyl est devenu la première cause d’overdose aux États-Unis, devant l’héroïne. Dernièrement, cet opiacé a causé les morts du chanteur Prince et de Dolores O’Riordan, la chanteuse du groupe irlandais "The Cranberries".

Outre-Atlantique, la crise est tellement grave que le président Donald Trump l’a qualifiée "d’urgence de santé publique" en octobre. En Europe, le fentanyl circule peu pour l’instant mais il préoccupe les autorités sanitaires. Dans son rapport publié ce jeudi 20 décembre sur les nouvelles tendances, l’observatoire français des drogues et toxicomanies évoque une "inquiétude" et recense plusieurs cas d’intoxications, "parfois mortelles".

Publicité

Qu’est-ce que le fentanyl exactement ?

Le fentanyl est d’abord un médicament. Un antalgique extrêmement puissant, très utile comme sédatif pour les personnes en fin de vie ou pour soulager les malades du cancer, qui le prennent sous forme de timbre médical. Il est 50 à 100 fois plus puissant que la morphine notamment. Surtout, c’est un opiacé synthétique, c’est-à-dire qu’il suffit de créer la molécule en laboratoire, ce qui le rend bien moins cher à produire que d’autres dérivés de plantes.

Mais il est devenu, ces dernières années, une véritable drogue. Principalement fabriquée et importée d’Asie. Il existe de nombreuses formules différentes, toutes aussi puissantes. Le fentanyl est aussi 30 à 50 fois plus puissant que l’héroïne. Il sert d’ailleurs souvent à couper l’héroïne puisque bien moins cher. Le gramme de fentanyl s’échange pour environ 30 euros alors que le gramme de cocaïne ou d’héroïne coûte entre 50 et 80 euros. Les clients en consomment donc souvent sans le savoir. La moindre erreur de dosage pouvant être fatale.

Les États-Unis accros au fentanyl ?

Aux États-Unis, la consommation d’opiacés en général et notamment de fentanyl est même devenue une "crise des opiacés". Les drogues en général ont tué 72 000 personnes en 2017, un record. C’est bien plus que les accidents de la route ou les morts par armes à feu. "Le nombre d’overdoses mortelles aux États-Unis n’a cessé d’augmenter au fil de ces vingt-trois dernières années, confirme ainsi à France Culture le docteur Andrew Kolodny, directeur du centre de recherches sur les opiacés à l’université Brandeis de Waltham, Massachussetts. Et quand vous regardez quelles drogues ont été à l’origine de ces décès, le fentanyl arrive largement à la première place. C’est cette drogue qui tue le plus de citoyens américains", continue le médecin, également directeur de l’organisation "Physicians for responsible opioid prescribing" interrogé par Gregory Philipps. 

Alerte au fentanyl distribuée en août 2017 à New York.
Alerte au fentanyl distribuée en août 2017 à New York.
© AFP - Spencer Platt / Getty images north America

Andrew Kolodny a créé cette organisation après avoir fait un constat alarmant : "Un groupe de médecins a compris il y a plusieurs années que si les Américains étaient devenus dépendants aux opiacés, c’est parce que la communauté médicale a eu beaucoup trop souvent recours à ces médicaments, explique-t-il. Nous avons réalisé qu’il fallait délivrer ces prescriptions avec beaucoup plus de précautions. Les opiacés sont de bons médicaments pour traiter par exemple les douleurs d’un malade en fin de vie, ou pendant quelques jours après une opération chirurgicale importante, après un accident. Mais ici aux Etats-Unis, on a prescrit ces traitements pour quantité d’autres raisons (de simples entorses par exemple). Les médecins ont eu tendance à prescrire des opiacés pour des douleurs chroniques ou de faible importance. Alors que ce n’était pas nécessaire."

Donald Trump décrète l' "urgence de santé publique"

Depuis, à l’arrivée à échéance de leur ordonnance, nombre de ces patients, devenus accros aux opiacés, se sont tournés vers l’héroïne ou le fentanyl, acheté souvent dans la rue. "De plus en plus d’Américains souffrent d’addiction aux opiacés", confirme encore Andrew Kolodny. Le nombre de personnes dépendantes a augmenté de 900% depuis 1977 parce que la population américaine a été surexposée aux prescriptions d’opiacés. Beaucoup de celles et ceux qui ont fini par se tourner vers l’héroïne ou le fentanyl ont commencé avec des opiacés prescrits par leur médecin."

Un phénomène qui a poussé les autorités à tirer la sonnette d’alarme, souligne le médecin. "Il y a une prise de conscience. On sait maintenant que le fentanyl présente un vrai danger. Il faut mener des campagnes de prévention, lutter contre les trafics et les importations__, et tout faire pour essayer de limiter le nombre de décès." Un cri entendu, visiblement, par le président américain en personne, qui en a fait une question "d’urgence de santé publique" récemment et qui fait même peser la lutte contre le trafic de fentanyl dans les négociations commerciales avec la Chine, le plus gros producteur mondial.

En effet, lors d’une rencontre avec Xi Jinping, début décembre à Buenos Aires, pour tenter de régler leur différend commercial, Donald Trump a ainsi obtenu de la Chine qu’elle contrôle mieux l’industrie du fentanyl. "Si la Chine s’en prend à cette drogue horrible et applique la peine de mort aux distributeurs et aux revendeurs, les résultats seront sensationnels", s’est félicité le président américain qui a aussi, chez lui, débloqué des financements pour aider à lutter contre les addictions. 

Pour tenter d’inverser la tendance aussi, les autorités locales diffusent plus largement des kits contenant du Narcan, un traitement qui permet de limiter les effets de la drogue, en cas d’overdose, juste le temps que les pompiers interviennent.

Et en Europe ? Et en France ?

On entend peu parler du fentanyl ici, pourtant il inquiète bel et bien. Au regard de ce qui se passe aux États-Unis évidemment, mais aussi au vu des dernières constatations de terrain. Car le fentanyl circule déjà chez nous. Et il fait même ses premières victimes, recensées par l’observatoire français des drogues et des toxicomanies. Dans son rapport 2017, paru ce jeudi 20 décembre 2018, l’OFDT explique même que "l’année 2017 a été particulièrement marquée par l’inquiétude des autorités sanitaires autour de la possible diffusion de NPS fentanyloïdes__". Les NPS, les nouveaux produits de synthèse, fabriqués en laboratoire et toujours plus puissants que les molécules naturelles. Les experts de l’OFDT mentionnent même que "quelques intoxications parfois mortelles ont en effet été recensées en 2016-2017, mais de manière localisée et isolée (notamment à Paris et à Lyon)."

Deux intoxications mortelles en France entre 2016 et 2017

16 intoxications, plus précisément, ont été recensées entre 2012 et 2017, dont deux mortelles en 2016 et 2017. Des décès dûs à des dérivés du fentanyl, consommés sous forme de faux cachet, ou simplement de poudre.

Et il a encore fait une victime cette année, confirme aussi le docteur Jean-Michel Delile, psychiatre et président de la fédération Addiction. Ce médecin, également coordinateur en Nouvelle-Aquitaine du dispositif d’alerte et de veille de l’OFDT - un réseau national d’information sur les drogues appelé "Trend" et sur lequel professionnels de santé et officiers de police notamment recensent chaque cas auquel ils font face – a par exemple signalé une overdose au fentanyl, au printemps 2018, en Dordogne. Un toxicomane avéré, d’une quarantaine d’années, est décédé.

La mortalité liée au fentanyl en France, reste pour le moment comptabilisée sur les doigts d’une main […] mais nous n’avions pas ce type de décès auparavant et il faut s’en préoccuper. - Jean-Michel Delile

"En France, par bonheur, la situation est différente, nuance tout de même le spécialiste, car on souffre moins de cette crise des opioïdes, même si les tendances sont à l’augmentation des usages. On n’est pas du tout au même niveau de prévalence mais on déplore 500 morts chaque année par intoxication aux médicaments opioïdes et on voit que la part du fentanyl commence à s’accélérer", prévient Jean-Michel Delile. Soit sous la forme du fentanyl médicament utilisé et prescrit pour des douleurs mais détourné de son usage, soit un peu comme aux Etats-Unis, des toxicomanes qui commandent du fentanyl sur internet et notamment sur le darknet."

ÉCOUTER | "La part du fentanyl dans les décès liés aux opiacés en France s'accélère." - Jean-Michel Delile

1 min

Le médecin précise : "la mortalité liée au fentanyl en France reste pour le moment comptabilisée sur les doigts d’une main, il y a eu ce décès au printemps en Dordogne, c’est un décès, ce n’est pas 10 ou 100 ou 1.000 mais nous n’avions pas ce type de décès auparavant et il faut s’en préoccuper." Jean-Michel Delile appelle alors à la plus grande prudence pour que ces molécules extrêmement toxiques restent limitées, ce qui impose, selon lui de "contrôler la diffusion du fentanyl médicament par les réseaux de prescriptions classiques, mais aussi d’agir sur les dispositifs illégaux sur internet."

Un appel à la prudence générale que partage aussi Serge Perrot, responsable du centre de la douleur de l'hôpital Cochin à Paris. "On est aux prémices du risque", alertait-il dans l'émission La Méthode Scientifique, le 5 février 2018 sur France Culture. Il faut continuer le travail de prévention proposait-il et surtout maintenir la réglementation en vigueur sur la publicité des médicaments, très encadrée. Heureusement précise-t-il aussi, le rapport à la douleur n'est pas le même en France, "les patients ont été sensibilisés au fait qu’ils peuvent avoir mal. On a le droit de dire qu’on a mal et le droit à être soulagé", explique Serge Perrot, également président de la Société française d’évaluation et de traitement de la douleur. Mais "il faut faire de la prévention et de la formation des médecins dans leurs prescriptions."

Ces craintes de développement de cette drogue en France ont été confirmées, pour finir, très récemment encore. Le mois dernier, le Journal du dimanche rapportait ainsi dans ses colonnes une saisie inédite en France, de près de 600 g de fentanyl dans le 19e arrondissement de Paris. Le résultat d’une enquête de cinq mois de la brigade des stupéfiants.

En 2015, des fentanyls ont été saisis dans 10 pays européens selon un rapport de l'observatoire européen des drogues et toxicomanies.
En 2015, des fentanyls ont été saisis dans 10 pays européens selon un rapport de l'observatoire européen des drogues et toxicomanies.
-