Dessiner leréel par Riad Sattouf
Dessiner leréel par Riad Sattouf

"Le goût de l'histoire vraie" par Riad Sattouf

Publicité

"Le goût de l'histoire vraie" par Riad Sattouf

Par

Bande Dessinée | Qu'il s'agisse de représenter son enfance comme dans "L'Arabe du futur" ou celle des autres comme dans "Les Cahiers d'Esther", le dessinateur Riad Sattouf nous donne à chaque fois un petit goût en plus, celui de l'histoire vraie.

Comment dessiner le réel ? À l'occasion de l'exposition consacrée à Riad Sattouf à la BPI du Centre Pompidou, nous avons posé la question à l'auteur de L'Arabe du futur et des Cahiers d'Esther.

Les histoires ce sont elles qui viennent et qui demandent à être racontées.                  
Riad Sattouf

Publicité

Il se pose vraiment en observateur de notre monde, de la vie, donc de nous aussi, dans nos échanges sociaux et nos rapports sociaux. Il est comme dans un reportage animalier où il essaye de retracer, de montrer, de croquer.        
Emmanuèle Payen, commissaire de l'exposition Riad Sattouf à la BPI

La création des "Cahiers d'Esther"

Riad Sattouf : "J’ai revu une jeune fille qui était la fille d’un couple d’amis à moi et qui s’est mise à me parler de son quotidien et de sa vie de petite fille - elle avait 9 ans à l’époque -, et je me suis dit "Tiens, j’en ferais bien des bandes dessinées". C’était extrêmement différent de la vision que je pouvais avoir moi des jeunes, donc je me suis dit "Tiens, je vais lui donner la parole". Ce qui m’intéresse, c’est le goût de l’histoire vraie, qu’on retrouve - j’espère - dans chaque histoire des "Cahiers d’Esther", on sent que ça vient d’un vrai truc. Après, il n’est pas nécessaire pour avoir ce goût d’avoir les mêmes noms, les mêmes lieux, etc. Mais c’est une texture d’histoire que j’aime bien pendre dans le réel."

Extrait des Cahiers d'Esther de Riad Sattouf
Extrait des Cahiers d'Esther de Riad Sattouf
© Radio France - Riad Sattouf

Le récit autobiographique dans "L'Arabe du futur"

Riad Sattouf : "J'utilise mon histoire pour en faire un récit lisible par les gens qui n'ont pas vécu les mêmes événements que moi. Je remets en scène tous les souvenirs de manière à ce qu'ils soient lisibles par le lecteur. Donc ça suppose la recréation d'une dramaturgie. Par exemple, je suis allé plusieurs années à l'école en Syrie, mais je n'ai raconté qu'une seule année. Je ne raconte que des bribes qui peuvent servir l'histoire."

Emmanuèle Payen : "Il n'y a pas de filtre - autre que son talent graphique et son art de raconter. Tout est possible, tout est entendable. Il n'y a pas de jugement dans ce qu'il observe, il y a juste la volonté de relater ce qu'il a entendu ou ce qu'il a vécu, et de le faire avec la plus grande sincérité possible."

À voir : Exposition Riad Sattouf, l'écriture dessinée à la BPI du centre Pompidou jusqu'au 11 mars 2019.