Publicité

Le juge Garzón condamné

Par

La condamnation a des airs de fin de carrière pour Baltasar Garzón. Celui qui avait notamment ordonné l'arrestation de l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet à Londres, en 1998, et ouvert en 2008 une instruction sur 114.000 disparus pendant la guerre civile espagnole et les premières années du franquisme.

Agé de 56 ans, le célèbre juge espagnol ne pourra plus exercer pendant 11 ans . Egalement poursuivi dans deux autres affaires, il a été reconnu coupable ce jeudi par le tribunal suprême de Madrid d'avoir autorisé des écoutes téléphoniques illégales d'avocats de la défense. Dans le cadre d'une affaire de corruption qui implique la droite espagnole. De Madrid, Marie-Hélène Ballestero :

Publicité

Écouter

1 min

"Je refuse le jugement (...), qui me condamne de manière injuste et prédéterminée", a indiqué le magistrat dans un communiqué diffusé jeudi soir.

Journaliste spécialiste de l'Espagne et de son histoire, Patrick Pépin évoque cette décision dans le journal de la mi-journée de Mathieu Laurent :

Écouter

2 min

Une condamnation qui provoque aussi des remous en Argentine, où deux familles de victimes du franquisme ont porté plainte Marine de la Moissonnière :

Écouter

1 min

Haï ou adoré, le juge Baltasar Garzon divise l'Espagne

Dépêche AFP qui reprend notamment différents échos dans la presse de ce vendredi.