Publicité

Le Kham Lu de Gazom Lhamo au Collège des Bernardins

Par

Découvrez la voix de Gazom Lhamo, réfugiée politique tibétaine en France, venue partager au Collège des Bernardins le chant traditionnel sacré de son pays lors de la fête de la Musique, le 21 juin 2015.

Gazom Lhamo est née à Kham Nangchen Chopdak, un village tibétain entouré de hautes montagnes, bordé d’une rivière et d’un plateau d’herbe.

Petite, elle adorait chanter les chansons que sa grand-mère lui enseignait. « Quand tu chantes, tu ne te sens pas fatiguée », lui affirmait-elle en travaillant. Elle lui disait aussi : « ce sont nos chants traditionnels, ne les oublie jamais ». Au Collège des Bernardins, venue chanter pour la fête de la musique, elle affirme : « quand tu chantes, cela emporte tous les soucis (...); ces chants traditionnels, tout le monde les chante, les petits, les grands, ma grand-mère en travaillant, moi je priais avec elle... »

Publicité

C’est ainsi qu’à l’âge de 7 ans, Gazom Lhamo a commencé à chanter en solo, devant un public.

En 2007, elle chante dans son village natal en l’honneur du Dalaï-Lama. Après cet événement, elle est considérée comme subversive et on lui conseille de quitter le pays. Son grand-père et son jeune oncle avaient déjà été emprisonnés par le passé pour des raisons politiques.

Comme de nombreux autres tibétains, elle fuit au Népal et s’installe à Katmandou. En 2008, elle chante pour apporter son soutien au mouvement « Tibet Non-Violence ». En 2010, elle doit encore une fois quitter le pays dans lequel elle se trouve, laissant cette fois-ci ses quatre enfants et son mari pour venir en France et y demander l’asile politique. Elle y vit depuis cinq ans en tant que réfugiée politique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Si sa voix et sa passion pour le chant traditionnel sont le moteur de son engagement politique, ils sont aussi et surtout le point d’orgue de qualités esthétiques et artistiques majeures. Sa spécialité, la mélodie de « kham lu », très différente des autres chants tibétains, est pensée en harmonie avec la nature, la voix devenant le symbole de ce lien au cosmos.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.