Publicité

Le M.U.R., de l'illégalité à l'institution

Par

__________________________________ *> L'art urbain : * Le M.U.R. institutionnel (1) | A Coup de griffes sur les murs (2)

Graffitis, pochoirs, mosaïques, stickers. Peu importe la manière, l'art a investi les rues depuis plus d'une quarantaine d'années. L'art urbain questionne la ville en englobant des styles, techniques et intentions différentes. Mais rassemble des artistes qui ont en commun l’espace et le temps : la rue et l’acceptation de l’éphémère.
Récemment rebaptisé Street art , l'art urbain émerge en France dans les années 60, avec des artistes comme Zlotykamien et Ernest Pignon-Ernest. Puis apparaît la seconde vague au début des années 80, avec entre autres Bleck le rat, Speedy Graphito, Jérôme Mesnager, Miss. Tic ou encore Jean Faucheur. Autour de ce dernier s'est constituée l’association le M.U.R., espace de création, à l'origine, illégal, mur de 3m x 8m situé dans le 11e arrondissement de Paris, au carrefour des rues Oberkampf et Saint-Maur.

Publicité
Gilbert / Colorz/ Oeno
Gilbert / Colorz/ Oeno
© Radio France - Florence Pacaud

Gilbert / Colorz/ Oeno Florence Pacaud©Radio France

A l'origine du M.U.R. (Modulable Urbain Réactif)

Thom Thom
Thom Thom
© Radio France - Florence Pacaud

Thom Thom Florence Pacaud©Radio France

Thomas Schmitt appartient à la nouvelle génération d'artistes urbains, puisqu'il commence à détourner et brouiller les affiches publicitaires dans le courant de l'année 2000 (article : A coup de griffes sur les murs). Rapidemment, il se fait une réputation et les habitants du quartier, où il s'attaque à la publicité, l'invitent à continuer. Dans ce contexte, il fait la connaissance de Jean Faucheur .

Cette rencontre annonce les prémices du M.U.R. :


A force de discussions et de persuasions, l'association obtient, de la municipalité, le retour du panneau en 2007. Le mur devient donc officiel, voire institutionnel. Pour Thomas Schmitt, secrétaire de l'association, il est aussi un média :


Une histoire de l'art urbain En moyenne tous les quinze jours, les artistes se succèdent pour recouvrir le panneau de leur oeuvre. Chaque contribution est répertoriée sur le site de l'association. C'est à Zlotykamien, àgé alors de 67 ans, qu'est revenu le privilège d'inaugurer le mur le 25 janvier 2007. Depuis, l'histoire de l'art urbain s'inscrit en éphémère selon le principe de l'affichage publicitaire :


Mais cette officialisation d'un panneau n'est-il pas contraire au principe de l'art urbain que l'on imagine spontané ? La réponse de Thomas Schmitt :


Les artistes ont la possibilité d'oeuvrer directement sur le mur, comme Kelfione, le 10 février dernier :


Quatorze jours plus tard, le travail de Kelfione est recouvert par FKDL, qui lui a réalisé son oeuvre en amont, dans un atelier :


Depuis janvier 2007, une centaine d'artistes urbains a été invitée par l'association à recouvrir le M.U.R.. Parmi eux, Zlotykamien et Villeglé, de la première vague, Mesnager, Miss. Tic, Speedy Graphito, les VLP ou encore Jef Aérosol, pour la seconde. Et pour la troisième, Zevs, l'Atlas, Yaze, et bien d'autres. Le prochain changement de mur est prévu pour le 26 mai.