Publicité

Le métier de conservateur. L’institut national du patrimoine : une spécificité française

Par
Le métier de conservateur. L’institut national du patrimoine : une spécificité française. Vue de la Galerie Colbert
Le métier de conservateur. L’institut national du patrimoine : une spécificité française. Vue de la Galerie Colbert
- Crédits Philippe Maffre/INP

Créé en 1990, l’INP fait figure de pionnier européen dans la formation des conservateurs. Alliant des enseignements théoriques à des stages pratiques et des rencontres avec des professionnels, cette formation prépare tant à l’aspect administratif que scientifique de ce métier.

Jean-Pierre Bady, premier directeur de l’école nationale du patrimoine, revient sur la création de cette institution qui est une spécificité française.

Le modèle français […] est un exemple spécifique, très original et qui n’existe pas dans les autres pays européens.

Publicité

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C’est alors l’occasion d’étudier les formations proposées à l’étranger, grâce aux témoignages de conservateurs européens.

Table-ronde présidée par Jean-Pierre Bady, premier directeur de l’Ecole nationale du patrimoine Avec Isabelle Balsamo, chef de l’Inspection générale des patrimoines, direction générale des patrimoines ; Xavier Bray, conservateur à la National Gallery, Londres ; Laurent Le Bon, directeur du Centre Pompidou-Metz ; Karolina Lewandowska, conservateur, présidente de la Fondation Archeologia Fotografii , Varsovie ; Angelika Menne-Haritz, vice-présidente du Bundesarchiv, Berlin ; Umberto Pappalardo, professeur à l’université « Suor Orsola Benincasa » de Naples ; Enrique Varela Agüi, sous-directeur général des musées nationaux, ministère de la culture d’Espagne

Conférences enregistrées le 23 novembre 2010 dans le cadre du colloque « Conserver, restaurer demain. Quelles formations pour quels métiers ? »

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Au travers de ce documentaire, découvrez le département des conservateurs de l’Institut national du patrimoine et les témoignages d’élèves conservateurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Etablissement d’enseignement supérieur sous la tutelle du ministère de la Culture, l’Institut national du patrimoine forme les conservateurs du patrimoine de l’Etat, des collectivités territoriales et de la ville de Paris

La formation initiale d’application des conservateurs est accessible via un concours de la fonction publique de l’Etat, des collectivités territoriales et de la ville de Paris de catégorie A. Une fois admis, l’élève conservateur du patrimoine suit un cursus de 18 mois, faisant alterner stages et enseignements. Dès la présentation du concours, les élèves ont le choix entre cinq formations : Musées, Archives, Archéologie, Monuments Historiques – Inventaire et Patrimoine scientifique technique et naturel. Leurs missions sont le classement, l’étude, la conservation, la valorisation et l’enrichissement du patrimoine national.