Publicité

Le monde réagit à l'élection d'Emmanuel Macron

Par
Emmanuel Macron avait rencontré la chancelière Angela Merkel le 16 mars dernier, à Berlin. Elle a été la première chef d'Etat à l'appeler ce dimanche soir.
Emmanuel Macron avait rencontré la chancelière Angela Merkel le 16 mars dernier, à Berlin. Elle a été la première chef d'Etat à l'appeler ce dimanche soir.
© Maxppp - Soazig de la Moissonnière / IP3

Les messages de félicitations pour Emmanuel Macron, et de soulagement après la défaite de Marine Le Pen, sont très vite venus de différentes capitales ce dimanche. A commencer par Bruxelles et Berlin, suivi aussi d'un tweet de Donald Trump. Tour d'horizon.

Des responsables étrangers ont commencé à réagir à peine les premières estimations de la victoire d'Emmanuel Macron tombées. Avant tout de Bruxelles, mais pas seulement. Petit tour du monde.

A Bruxelles

Dès 20h, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, disait désormais compter "sur une France au coeur de l’Europe pour changer ensemble l’Union et la rapprocher des citoyens".

Publicité

Puis à 20h14, le président du Conseil européen, Donald Tusk, saluait la décision des Français en faveur de "la Liberté, l’Egalité, la Fraternité", pour dire "non à la tyrannie des "fake-news".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Et à 20h15, le président de la Commission européenne se réjouissait du choix des Français d'"un avenir européen", avec "toute confiance que notre collaboration sera très fructueuse". Jean-Claude Juncker qui soulignait dans sa lettre que

L'histoire de la construction de l'Union européenne est si étroitement liée à celle de la France que le débat public qui fut le vôtre sur la place de la France dans l'Europe a résonné bien au-delà du pays que vous aurez la responsabilité de présider.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Echos du soulagement à Bruxelles, par Quentin Dickinson

1 min

Déjà au soir du premier tour, le seul candidat à avoir fait brandir des drapeaux européens pendant sa campagne avait été rapidement encouragé par Bruxelles.

Hier soir, Emmanuel Macron a fait jouer l'hymne européen pendant la cérémonie au Louvre, alors que certains pro européens considèrent son élection comme un symbole en miroir inversé, 10 mois après le Brexit.

A noter par ailleurs une réaction peu fréquente du Palais royal belge pour souligner que 'La majorité des Français s’est prononcée pour une #France dans l’#Europe'.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

A Berlin

Soulagement pour l'Europe également outre-Rhin. Le premier appel officiel d'un dignitaire étranger au nouveau président français est d'ailleurs venu d'Angela Merkel. Très peu de temps là aussi après 20h. "Ils ont échangé pendant environ dix minutes et cela a été très chaleureux", a indiqué l'entourage de la Chancelière à l'AFP. Son porte-parole, Steffen Seibert, a précisé dans des mots publiés en français que celle qui avait reçu Emmanuel Macron en mars à Berlin se réjouissait "à l'idée de collaborer avec le nouveau président, dans la confiance et dans l'esprit de l'amitié franco-allemande traditionnellement étroite".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel a lui aussi particulièrement vite réagi, reprenant également en version originale la devise tricolore. Et il a ensuite plaidé pour que Berlin adoucisse son attitude vis-à-vis de Paris pour renforcer l'Europe.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Aux Etats-Unis

Autre réaction très rapide, mais inattendue celle-ci à 21h passé : le tweet de Donald Trump. "Félicitations à Emmanuel Macron pour sa large victoire aujourd’hui comme prochain président de la France. J'attends énormément de notre travail en commun", écrit le président américain. Lui qui début avril déclarait au Financial Times ne "pas connaître" Marine Le Pen, "Je ne l'ai jamais rencontrée", et "ne pas savoir ce qui va se passer".

Jamais une élection française n'a autant passionnée aux Etats-Unis. Dans la dernière ligne droite, l'extrême droite nationaliste américaine a activement participé au piratage de la campagne Macron. Et dans l'autre camp, ce scrutin était un peu la revanche du 8 novembre.

Toutes les chaînes d'information américaines ont retransmis le discours du Louvre, même la très conservatrice Fox News. Correspondance de Frédéric Carbonne.

1 min

La réaction de la Maison Blanche reste pour autant très sobre comparée à celle de 2012, souligne notre correspondant à Washington.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Défaite à ceux qui s'immiscent dans la démocratie". C'est l'avis d'Hillary Clinton, qui s'est elle exprimée relativement tardivement.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Frédéric Carbonne qui relève aussi le témoignage de l'ancien président démocrate Bill Clinton.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Tout comme celui de Bernie Sanders, récent opposant à gauche à Hillary Clinton, avant de la rallier.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Barack Obama s'était lui engagé très ouvertement en faveur d'Emmanuel Macron jeudi dernier. Dans une vidéo relayée par le candidat d'"En Marche !", l'ancien président démocrate disait notamment "admirer la campagne menée et les valeurs libérales défendues. Il a mis en avant le rôle important que la France joue dans l'Europe et dans le monde."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En revanche, ce dimanche soir, pas de réaction officielle venue du Kremlin. On se souvient que Vladimir Poutine avait reçu Marine Le Pen au Kremlin en pleine campagne électorale, fin mars. Seul le président de la commission d'information de la Chambre de la Fédération, Alexeï Pouchkov, a estimé que "la déception va s'installer très vite" chez les électeurs de M. Macron, qui hérite selon lui d'un "pays scindé, divisé".

A Londres

La Première ministre conservatrice britannique Theresa May "félicite chaleureusement" le nouveau président, et elle dit "se réjouir d'avoir à travailler avec lui sur un large éventail de priorités partagées".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Elle a discuté elle aussi ce dimanche soir avec le nouvel élu. "Les dirigeants ont brièvement discuté du Brexit, et la Première ministre a répété que le Royaume-Uni veut un partenariat fort avec une Union européenne sûre et prospère une fois que nous l'aurons quittée", a révélé un porte-parole de Downing Street.

Le ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, a mentionné une "stupéfiante victoire". "Nous nous réjouissons de poursuivre le grand partenariat entre nos deux nations", a-t-il dit.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En revanche, Nigel Farage, ancien leader du parti anti-UE Ukip et l'un des principaux acteurs de la victoire du "oui" au référendum sur le Brexit, a déploré le résultat de l'élection française. Selon lui, "Une énorme tromperie a été approuvée par vote. Macron sera la marionnette de (Jean-Claude) Juncker".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Enfin, le maire travailliste de Londres Sadiq Khan a pour sa part estimé que "les Français ont choisi l’espoir plutôt que la peur et l’unité plutôt que la division".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Au Canada

Le Premier ministre Justin Trudeau s'est notamment dit "impatient de travailler de près avec le président désigné Macron au cours des prochaines années, alors que nous nous efforçons de mettre en œuvre un agenda progressiste afin de promouvoir la sécurité internationale, de rehausser la collaboration en matière de science et de technologie, et de créer de bons emplois pour la classe moyenne des deux côtés de l’Atlantique. Notamment, nous continuerons d’assurer la mise en œuvre de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En Europe du sud

Le successeur de Matteo Renzi à la présidence du Conseil des ministres, Paolo Gentiloni, a évoqué "un espoir pour l'Europe".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

De Madrid, le Premier ministre conservateur Mariano Rajoy a envisagé de "travailler à une Europe stable, prospère et plus intégrée".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En Ukraine

Le président ukrainien Petro Porochenko a à son tour relever "l'Europe unie". Et de compter sur "la collaboration ambitieuse de la France et sur l'intensification du format Normandie". Cette configuration diplomatique adoptée pendant la Guerre du Donbass rassemble l'Allemagne, la Russie, l'Ukraine et la France en vue d'une solution politique au conflit ukrainien.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

On notera aussi, entre autres, les tweets venus des Premier ministres danois et brésilien.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a félicité M. Macron et jugé que "le terrorisme islamiste est l'une des grandes menaces pour le monde entier qu'il attaque à Paris, Jérusalem ou dans d'autres villes dans le monde. La France et Israël sont des alliées de longue date et je suis convaincu que nos relations vont se renforcer".