Publicité

Le Moyen Âge, un trou noir de la démocratie ?

Par
Paris, Bibliothèque Mazarine, manuscrit 1765 (vers 1483), "Miscellanea ad usum ordinis S. Trinitatis", Chapitre de l’ordre de la Très-Sainte-Trinité, cliché IRHT-CNRS
Paris, Bibliothèque Mazarine, manuscrit 1765 (vers 1483), "Miscellanea ad usum ordinis S. Trinitatis", Chapitre de l’ordre de la Très-Sainte-Trinité, cliché IRHT-CNRS

Coincé entre les prestigieux modèles antiques et les redécouvertes modernes, le Moyen Âge est considéré comme un trou noir de la démocratie. Non pas prétendre que le Moyen Âge inventa la démocratie, mais découvrir la signature médiévale encore sous-jacente dans nombre de processus politiques...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Suivant le fil directeur de l’élection du supérieur dans les textes normatifs, Jacques Dalarun multiplie les études de cas (Bénédictins, Clunisiens, Cisterciens, Chartreux, Gradmontains, Victorins, Dominicains, Franciscains) et met en lumière une des faces, d’ordinaire cachée, de la démocratie médiévale. Anachronisme ? Peut-être. Mais il ne s’agit pas de prétendre que le Moyen Âge inventa la démocratie. Il s’agit plutôt de découvrir la signature médiévale encore sous-jacente dans nombre de nos processus politiques et, surtout, d’affirmer que la démocratie ne peut être ni imitée, ni imposée, mais doit toujours être réinventée de l’intérieur du corps social.

Le Moyen Âge a été une période essentielle pour la formation de notre société et de notre culture, peut-être même la plus importante. Jacques Le Goff

Publicité

Une conférence enregistrée en mars 2017.

Jacques Dalarun, historien du Moyen Âge, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.