Publicité

Le Nobel à Kazuo Ishiguro, "Kubrick de la littérature"

Par
Kazuo Ishiguro en 2010
Kazuo Ishiguro en 2010
© Getty - David Levenson

L'Académie suédoise a annoncé ce 5 octobre son prestigieux prix en Littérature attribué à l'écrivain Kazuo Ishiguro, auteur notamment des "Vestiges du jour". Analyses et réactions autour de cette oeuvre polymorphe.

Il n'était pas sur les listes de lauréats potentiels... Le britannique Kazuo Ishiguro a obtenu ce jeudi 5 octobre le Prix Nobel de littérature 2017. L'Académie suédoise a récompensé l'écrivain parce qu'il "a révélé, dans des romans d'une grande force émotionnelle, l'abîme sous l'illusion que nous avons de notre relation au monde".

Né au Japon en 1954, arrivé au Royaume-Uni en 1960 où il réside depuis lors, il est l'auteur de sept romans depuis 1982 : Lumière pâle sur les collines, Un artiste du monde flottant (Whitbread Award 1986), Les Vestiges du jour (Booker Prize 1989), L'Inconsolé, Quand nous étions orphelins, Auprès de moi toujours et Le Géant enfoui.

Publicité

Dans la Grande table ce 5 octobre, le critique littéraire Florent Georgesco dit sa joie de voir l'écrivain récompensé.

Réaction du critique littéraire Florent Georgesco au Nobel de Littérature remporté par Kazuo Ishiguro

4 min

"C'est le Kubrick de la littérature [...], il invente un monde nouveau à chaque livre, et c'est ce qui fait de lui l'un des auteurs les plus puissants et passionnants de l'époque".

En 1997, Kazuo Ishiguro était venu sur France Culture dans l’émission Un livre des voix pour parler de son nouveau livre, L’inconsolé. Ce roman raconte l’histoire d’un pianiste internationalement reconnu aux prises avec ses admirateurs pressants suite à un concert dans une petite ville de province. Progressivement, il plonge dans un univers étrange où le temps et les lieux s'entremêlent. A propos de la dimension onirique de l'ouvrage, il affirmait : “Je ne m’intéresse pas au rêve en tant que tel. [...] Ce que je fais dans ce livre, c’est que je me sers de certaines des techniques qu’utilise l’esprit rêvant, pour raconter une histoire.”

Le romancier donne ensuite des exemples de techniques utilisées pour créer de nouvelles possibilité de narration : “Par exemple, dans un rêve, vous êtes dans une voiture devant un immeuble. Pourtant vous pouvez voir ce qui se passe à l’intérieur de l’immeuble avec force, précision et clarté, alors que vous n’y êtes pas. Ou bien encore, on peut rencontrer quelqu’un qu’on ne connaît pas, un étranger complet, mais dans la seconde qui suit la rencontre, on connaît toute sa vie, toute sa biographie". Ces situations, bien qu’étant impossibles, sont pourtant familières pour tout un chacun, "nous les avons rencontrées les uns et les autres dans l’univers de nos rêves". Et il poursuit en ces termes :

Pour moi, cette technique ouvre des possibilités nouvelles parce qu’elle donne le moyen d’exprimer des relations, des émotions, des choses que l’on ne peut pas exprimer avec les techniques classiques d’écriture.

Kazuo Ishiguro à propos de son livre L'inconsolé (24.01.1997)

6 min

En 2015 dans le Temps des libraires de Christophe Ono-dit-Biot, Antoine Boussin, libraire à Angers, reconnaissait "le charme de la diversité" dans l'oeuvre d'Ishiguro. Et il faisait part de son enthousiasme pour "Le Géant Enfoui" tout juste paru, louant ce roman gothique avec "des rebondissements incessants, des trouvailles de situation tout à fait étonnantes".

"Le Géant enfoui" de Kazuo Ishiguro commenté et recommandé dans "Le Temps des libraires"

5 min