Le pape François préside une prière contre le coronavirus au Vatican, le 27 mars 2020, seul devant une place Saint-Pierre totalement vide.
Le pape François préside une prière contre le coronavirus au Vatican, le 27 mars 2020, seul devant une place Saint-Pierre totalement vide.

Le pape François et la pandémie de Covid-19

Publicité

Le pape François et la pandémie de Covid-19

Par

François, un pape de combats 3/7. Alors qu’une pandémie unique balaie le monde entier, le souverain pontife s’engage. Il veut rassurer, sans aucun doute. Mais il appelle surtout à la responsabilité, et ne fléchira jamais : vaccination pour tous.

François et le Covid, c’est une image : celle d’un homme, seul sur la place Saint-Pierre, le 27 mars 2020. Le Vatican, l’Italie, la France, l’Europe, une partie du monde sont confinés. Sur la place Saint-Pierre, il pleut, et le pape évoque les ténèbres. Quelle mise en scène !

Le Vatican sait utiliser les symboles ! Un pape sans fidèles, sans âme qui vive sur LA place du catholicisme, comme la métaphore d’un Occident déchristianisé au passage. François boite, remonte doucement le parvis pour aller prier devant un crucifix miraculeux, celui qui avait résisté au feu puis a été porté en procession en 1522 pour protéger Rome de la grande peste. François porte le monde sur ses épaules.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Au même moment, l’Italie, comme chaque jour, communique le nombre de morts du Covid. Le seuil symbolique des 1 000 morts est atteint.

Un communicant révélé

Ce jour-là et tout au long de cette pandémie totalement inédite, le pape se révèle. Lui qui ne pouvait plus sortir, lui qui se sentait en prison, lui pour qui la rencontre est l’essence même de l’homme, est rentré chez les gens par la télévision – qu’il ne regarde jamais ! C’est une nouveauté pour un pape : François considère que parler aux médias relève de son ministère pastoral.

Chaque matin, à 7 heures, sa messe est diffusée dans le monde entier, jusqu’en Chine. Le pape s'invite aussi dans des émissions grand public, le dimanche après-midi, le soir aussi. Pendant cette pandémie, le pape rentre dans les foyers comme jamais. Il veut rassurer, car la pandémie révèle l’ampleur de notre vulnérabilité, notre inquiétude face à la mort.

Le pape dans l'oeil d'une caméra pour la retransmission d'une messe le 27 mars 2020.
Le pape dans l'oeil d'une caméra pour la retransmission d'une messe le 27 mars 2020.
© AFP - Vatican media

Mais François secoue pas mal aussi ! Le pape est le seul dirigeant au monde à toujours tenir le même discours depuis le début de la pandémie : d’abord en prônant le multilatéralisme alors que beaucoup de pays se replient sur eux-mêmes. Priorité au système public de santé, pour tous, et en particulier dans les pays pauvres et là où les soignants meurent pour sauver des vies. Il prône aussi le port du masque. (Mais pas pour lui, en tous cas en public. Dans l’avion papal, en revanche, quand il vient saluer les journalistes, il est masqué !)

Porte ouverte

Sur la vaccination, il est très clair dès le début : piqûre pour tous. Les 5 000 employés de la Cité du Vatican sont contraints de se vacciner, à de rares exceptions près. Mais le Vatican vaccinera aussi les sans-papiers, les malades, notamment.

François a raconté une anecdote : lorsque deux bus de transsexuels arrivent sous les colonnades du Vatican pour être vaccinés, le cardinal en charge, un proche du pape, son ministre de la Charité, est interpellé par ceux qui les voient arriver. Il leur dit immédiatement : "Vaccinez-les et ne leur demandez pas s'ils sont homme ou femme pour ne pas les offenser !"

Campagne de vaccination contre le Covid-19 au Vatican le 31 mars 2021.
Campagne de vaccination contre le Covid-19 au Vatican le 31 mars 2021.
© AFP - Vatican media

C’est encore la marque de fabrique du pape : tout le monde à sa place dans la maison de Dieu, et même au premier rang lors des audiences générales. Quatre transsexuels ont ainsi pu saluer François et lui parler en avril dernier !

Le pape a déstabilisé certains catholiques en insistant autant sur la vaccination. Il a autorisé l’usage de vaccins fabriqués grâce à des fœtus avortés mais au nom du bien commun. Et puis François a quand même dit ne pas comprendre ce qu’il a qualifié de "négationnisme suicidaire" en parlant de ceux qui ne voulaient pas se faire vacciner.

Cette pandémie a révélé le pape dans sa communication. François parle aux catholiques, certes, mais il s’adresse à tous ! Quand il intervient dans une émission grand public, certains se retournent, se regardent et se disent : "Si c’est ça le christianisme, ça a l’air intéressant !" Finalement, François est peut-être plus écouté par ceux qui ne croient pas !

Avec le concours de Chadis Romanos et d'Éric Chaverou

Découvrez notre dossier avec l'ensemble des vidéos de notre série "François, un pape de combats"