Le Père Noël a-t-il été créé par Coca-Cola ?
Le Père Noël a-t-il été créé par Coca-Cola ?

Le Père Noël a-t-il été créé par Coca-Cola ?

Publicité

Le Père Noël a-t-il été créé par Coca-Cola ?

Par

Les idées claires | Le Père Noël est-il une invention de la marque Coca-Cola ? C'est la question au cœur des Idées Claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

C'est une publicité que tout le monde connaît : le Père Noël s'engouffre dans une maison par la cheminée le 24 décembre au soir. Alors qu'il est sur le point de déposer ses cadeaux sous le sapin, son regard croise une bouteille de Coca-Cola posée sur la table du salon. Le spot se termine avec l'image du vieux barbu en train de se désaltérer. 

La première campagne publicitaire associant la célèbre marque au Père Noël date des années 1930. Le bonhomme joufflu y apparaît alors jovial, bedonnant et sa tunique rouge et blanche est celle que l'on connaît aujourd'hui. Un "marketing" tellement efficace que beaucoup imaginent encore aujourd'hui que Coca-Cola a créé le Père Noël, uniquement à des fins promotionnelles.

Publicité

Pour retracer l'histoire de cet illustre personnage, nous avons posé nos questions à Nadine Cretin, historienne des fêtes et des traditions. 

Le Père Noël a-t-il été inventé par Coca-Cola ?

Coca-Cola n’a pas inventé le Père Noël mais il a fixé dans l’imaginaire le personnage. C’est-à-dire avec la couleur rouge du vêtement, sa grande barbe et une taille normale. Le Père Noël lui-même tire ses traits d’un personnage beaucoup plus récent qui est issu de Saint-Nicolas et qui date de 1822, aux États-Unis.

Qui est Saint-Nicolas ?

Saint-Nicolas était un évêque de Myre en Asie Mineure, qui était vénéré pour ses miracles par les marins et les marchands. Il a vécu entre le IIIe et IVe siècle. À partir de 1087, des marins de Bari, dans les Pouilles en Italie ont ramené ses restes à Bari pour qu’il soit vénéré en Europe.

Progressivement, un chevalier lorrain, Aubert de Varangéville qui a pris “la phalange d’un doigt bénissant” et qui l’a ramenée en Lorraine, à Port, qui est devenu de Saint-Nicolas-de-Port. 

De là, le culte a recouvert même certaines croyances de la mythologie germanique, comme le fait de pouvoir marcher dans les airs sur un cheval, en l’occurrence, là, c’était le dieu Odin qui marchait sur un cheval à huit pattes. Il pouvait aller de toits en toits distribuer ses cadeaux.

Comment cette légende s’est-elle répandue dans le monde ?

La transition mondiale est arrivée grâce aux Américains. Les premiers colons, les “Pilgrim Fathers” étaient très reconnaissants au XVIIe siècle d’avoir pu traverser l’Atlantique sains et saufs. Donc comme patron des marins, le personnage de Saint-Nicolas était très vénéré en Amérique du Nord.

Saint-Nicolas peu à peu a perdu son Père Fouettard, la créature qui l’accompagnait et qui menaçait les enfants de ses baguettes si les enfants n’avaient pas été sages. Il a troqué sa mitre contre un bonnet mou, puis il a gagné un gros ventre et la toute petite taille des petits lutins d’Europe du Nord qui lui permettait de passer par la cheminée pour venir déposer ses cadeaux.

Comment Saint-Nicolas se transforme-t-il en Père Noël ?

Il y a eu un pasteur américain, Clement Clarke Moore, en 1822, qui a écrit pour ses enfants un poème, avec l’arrivée de “Saint-Nick”, qui va devenir Santa Claus, Saint-Nicolas si l'on veut, mais qui va vraiment avoir les traits du Père Noël.

Il parle déjà du traîneau sur le toit où l'on entend les rennes qui piaffent, les bruits des clochettes, etc. Il commence à y avoir tout l’imaginaire qui va venir progressivement en France, mais ça va venir très lentement.

En France, même encore à la fin du XIXe siècle, on dit beaucoup “le petit Jésus”, “l’enfant Jésus”. On parle aussi d’un “bonhomme hiver", d’un “bonhomme janvier”, on parle de différents personnages qui ressemblent toujours à Saint-Nicolas parce qu’il a une bure, une grande barbe blanche que notre Père Noël va garder.

Qui lui a donné l’apparence qu’on lui connaît aujourd’hui?

Il y a des illustrateurs américains du XIXe siècle qui se sont inspirés du poème de Clement Clarke Moore, en particulier Thomas Nast, dans les années 1860, qui ont dessiné le Père Noël. Thomas Nast a eu l’idée de le faire venir du pôle Nord, c’est un personnage qui vient du froid.

Le pôle Nord n’avait pas encore été découvert, donc c’était une région encore mystérieuse et froide bien entendu. Thomas Nast l’a dessiné avec des habits de couleurs différentes dans le poème de Moore, il a des habits couleur de suie, donc pas forcément des habits rouges. Progressivement il pouvait avoir des habits verts, jaunes, bleus.

Mais c’est grâce à Coca-Cola que la couleur rouge a fini par s’imposer.

Quel rôle a joué Coca-Cola ?

C’est Coca-Cola qui a fixé l’image dans le monde entier du Père Noël. C’est l’illustrateur Haddon Sundblom, suédois d’origine et qui vivait en Amérique du Nord, qui avait eu l’idée de le reproduire d’une taille normale, mais en gardant des traits que lui avaient prêtés Moore, des bonnes joues rondes, un gros ventre, un personnage jovial qui n’avait plus l’aspect digne et hiératique de Saint-Nicolas.

Coca-Cola étant une boisson fraîche, dans l’hémisphère Nord, on a froid [à Noël]. Donc c’est une boisson qui va essayer de toucher plutôt l’hémisphère Sud, où il fait chaud en plein été. Voilà comment Coca-Cola a fait connaître ce Père Noël à travers le monde entier.

Écoutez et abonnez-vous au podcast

Le Père Noël a-t-il été créé par Coca-Cola ?

9 min

Les Idées claires, c'est aussi une version à écouter d'une dizaine de minutes. À découvrir ici-même ou en vous abonnant pour ne pas rater un épisode.

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS.

Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous ici