Publicité

Le prix Goncourt 2017 attribué à Eric Vuillard pour son roman "L'Ordre du jour"

Par
Eric Vuillard juste après l'attribution du Prix Goncourt chez Drouant, le 6 novembre 2017
Eric Vuillard juste après l'attribution du Prix Goncourt chez Drouant, le 6 novembre 2017
© AFP - ERIC FEFERBERG

Un roman marqué par l'Histoire, celle des jours ayant précédé l'Anschluss... c'est pour ce roman, "L'Ordre du jour", qu'Eric Vuillard vient d'obtenir le Prix Goncourt. Réécoutez-le dans les émissions de France Culture parler de ce texte paru au mois de mai dernier.

Ils étaient quatre finalistes dans la dernière ligne droite du plus prestigieux Prix littéraire, et c'est finalement Eric Vuillard qui l'a emporté - c'est original - pour un court roman paru au mois de mai 2017 : l'écrivain, auteur d'une dizaine de récits depuis la fin des années 1990, a obtenu cette année le Prix Goncourt pour "L'Ordre du jour".

Le 17 mai dernier, il parlait de ce texte, son sens du détail pour décrire le nazisme du début des années 1930, dans "la Grande table" :

Publicité

Eric Vuillard invité de "la Grande table" le 17 mai 2017

27 min

Toute l'histoire de la littérature s'inscrit d'une certaine façon dans des luttes qui ont à voir avec le statut de la réalité et la façon de la décrire, de l'appréhender.

Ces événements se produisent avant les pires horreurs qui allaient se produire ensuite et qui sont là comme un point aveugle. Je m'appuie en quelque sorte sur le savoir du lecteur qui, sachant ce qui va se passer, relit ces moments, cette médiocrité, ces manœuvres à l'aune d'un futur catastrophique. Mais là, il ne s'est pas encore produit.

Pour Christophe Ono-dit-Biot, qui réagissait à ce prix dans le Journal de 12h30, Eric Vuillard est un auteur à l'écriture fine qui cherche à comprendre "comment le récit peut s’infiltrer entre les mailles de l’histoire pour tenter de lui donner un sens." Il possède une méthode d’écriture que cet auteur encore peu connu, révèle aujourd’hui au plus grand nombre avec l’attribution de ce prix : "Il s’intéresse à un détail de l’histoire, qu’il va amplifier, décoder. Cela montre que la littérature n’est pas juste un divertissement mais aussi un moyen de connaissance".

Christophe Ono-dit-Biot revient sur le choix du prix Goncourt 2017 attribué à Éric Vuillard

3 min

Cet été, dans les Matins du 17 juillet, Eric Vuillard parlait à nouveau du lien entre littérature et Histoire :

Eric Vuillard dans Les Matins d'été du 17/07/2017

16 min

C’est au fond une opération totalement improvisée que l’Anschluss, c’est un coup de bluff qui fait que l’Allemagne s’empare de l’Autriche.

C’était pas du tout un démocrate, Schuschnigg. […] Cet homme est extrêmement autoritaire. Il a fait interdire les syndicats, les partis politiques de gauche. En revanche quand il se retrouve face à plus violent que lui, il cède à peu près sur tout. […] On voit tout de même comment des personnages avec un prurit autoritaire réel, dans certaines circonstances dramatiques, se comportent comme des lâches, au fond.

Quand on est dans le présent, on n’a pas accès aux alcôves. L’intérêt du passé, c’est de pouvoir de regarder par le trou de la serrure, écouter aux portes ou pénétrer à l’intérieur.