Publicité

Le prix Médicis 2015 à Nathalie Azoulai pour "Titus n’aimait pas Bérénice"

**** Le Médicis | Le Femina | Le Renaudot | Le Goncourt |

Nathalie Azoulai
Nathalie Azoulai
© Radio France - Corinne Amar

Cette distinction est allée à Nathalie Azoulai pour Titus n'aimait pas Bérénice (Editions POL). C'est le sixième roman de cette auteure, remarquée dès la parution de son premier livre, Mère agitée (Seuil), en 2002, et le premier à être primé. Cette ancienne professeur de français était venue à plusieurs reprises discuter de son dernier roman sur France Culture.

Publicité

Dans Titus n’aimait pas Bérénice , Nathalie Azoulai se plonge dans l’œuvre de Racine afin de réfléchir à la fois sur le sentiment amoureux et sur le travail d’écriture. Sa propre découverte de Racine a eu lieu vers 18 ou 20 ans. Mais ce grand dramaturge demande du temps, de l’expérience, du sentiment, expliquait l’auteure à Laure Adler, dans l'émission Hors-champs. *« Louis Jouvet disait qu’on ne peut pas faire jouer une Antigone ou une Hermione à une femme de vingt ans. » * Quant à Bérénice , elle reste un mystère pour Nathalie Azoulai. « C’est une énigme car c’est une pièce sur rien, il n’est question que de silence et de paroles. Il n’y a pas de lutte de pouvoir, seulement un aveu à faire… »

Hors-champs Nathalie Azoulai

44 min

Ecoutez-la au côté de Christian Oster et Olivier Poivre d'Arvor dans Le Temps des écrivains. C'était en octobre dernier :

Le Temps des écrivains Couple

55 min

Elle était également venu discuter de Racine et de sa capacité à parler d'amour dans une émission de La Grande Table :

undefined

0 min

> Nathalie Azoulay avait également donné une conférence à l'Institut Français de la Mode sur Jean Racine et la langue française, réécoutable sur le site de France Culture Plus

Le prix Médicis étranger a été attribué à l'écrivain turc Hakan Günday , pour son roman Encore * (Galaade), * qui conte l'histoire d'un garçon de 9 ans, Gazâ, qui, à peine sorti de l'école, doit participer à l'entreprise familiale en devenant passeur de clandestins. En juin 2014, à l'occasion du festival Etonnants Voyageurs, l'auteur était venu discuter de son ouvrage Ziyan :

MARDI 17/6 - Etonnants Voyageurs (2/2) - Hakan Günday, les fantômes de l'histoire

30 min

Le prix Médicis essai a récompensé Nicole Lapierre pour Sauve qui peut la vie ( Seuil*)* . Dans cet ouvrage, la sociologue et anthropologue, à qui l'on doit plusieurs études sur les modalités de l'empathie et de l'invention de soi (Changer de nom , Causes communes des juifs et des noirs ), livre cette fois un essai autobiographique dans lequel elle s'interroge sur l'histoire, dramatique, de sa propre famille, construite autour de suicides à répétition.

En octobre dernier, elle était venue évoquer son ouvrage au micro de Marie-Hélène Fraïssé, dans Tout un Monde :

Tout un Monde - Nicole Lapierre

30 min