Le Prix Ondas 2013 est décerné à "Ma longue marche" de Charlotte Bienaimé et Annabelle Brouard

Publicité

Le Prix Ondas 2013 est décerné à "Ma longue marche" de Charlotte Bienaimé et Annabelle Brouard

Par

Un programme produit par Charlotte Bienaimé et réalisé par Annabelle Brouard dans « Les Pieds sur Terre », une émission de Sonia Kronlund sur France Culture remporte le prix Ondas

Radio France a remporté la 60ème édition du Prix Ondas avec un programme de France Culture : "Ma longue marche". Cette série documentaire a été produite par Charlotte Bienaimé et réalisée par Annabelle Brouard avec l’aide de la bourse de la Scam « Brouillon d’un rêve ».

Publicité

Cette série de sept épisodes a été diffusée d'octobre 2012 à février 2013 dans "Les pieds sur Terre" de Sonia Kronlund, sur France Culture. "Ma longue marche" est le carnet de route sonore d'un jeune homme en difficulté, parti "marcher pour s'en sortir" pendant 2 000 km sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. « Ma longue marche » marcher pour s'en sortir : Idan a 15 ans. Il habite à Paris, dans un petit appartement du quartier de Belleville, avec sa mère et ses quatre frères et sœurs. Renvoyé de plusieurs collèges et foyers éducatifs, Idan ne va plus à l'école depuis un an.

Idan Prix Ondas
Idan Prix Ondas
© Radio France

Aujourd'hui, accompagné par l'association « Seuil », créée par Bernard Ollivier, et dont la devise est « marcher pour s'en sortir », Idan s'en va marcher sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle: 2 000 kilomètres, 3 mois et demi de marche, sans téléphone portable ni musique, et un accès très restreint à internet. De Séville à Saint Jean Pied-de-Port, en passant par Saint Jacques de Compostelle.

Une coupure qui, au fil du chemin, grâce au temps long de la marche, va lui permettre de réfléchir sur son passé et surtout, son avenir. Le but de la marche étant de retourner à l'école, deux jours après son retour, en janvier.

Pour « Les Pieds sur Terre », Charlotte Bienaimé a suivi l'aventure d'Idan et de son accompagnant Valérian sur les chemins de Saint Jacques. Une série en forme de carnet de route sonore, dans lequel Idan racontera son voyage, ses rencontres, l'évolution de ses sentiments et de ses réflexions. Elle lui a aussi laissé un enregistreur numérique, pour qu'il puisse conter ses aventures, lorsqu’elle ne sera pas là. Ces témoignages feront partie intégrante des émissions.

Réecoutez « Ma longue marche » : http://www.franceculture.fr/2013-03-01-ma-longue-marche

Marcher ... pour s'en sortir , une marche individuelle de 1 800 kilomètres accompagnée par un adulte.

C'est une nouvelle chance.

Le projet Seuil recouvre pour le jeune plusieurs dimensions :- cette prise en charge individuelle souhaitée, un jeune - un adulte.- s'éloigner, se mettre à distance de son milieu familial, social pendant les 3 mois de la marche.- se responsabiliser.- acquérir et développer une autonomie.- poser quotidiennement des actes de re-mobilisation : activités concrètes, valorisantes, responsabilités dans la vie collective, avec transparence totale de ses actes. Le jeune remet ses repères habituels en question et commence à se restructurer.- réaliser un exploit sportif de haut niveau qui nécessite un mental exceptionnel, une volonté, une énergie jusque là insoupçonnés. La marche va le révéler à lui-même, à sa famille, à ses proches, à ses éducateurs.- en se déroulant dans un autre pays, la marche introduit de l'inter culturalité, permet de découvrir une autre société, de rencontrer des marcheurs, des randonneurs venant d'horizons les plus divers, des valeurs nouvelles bousculant ses représentations. Ce projet ne peut fonctionner qu'en étroite coopération avec les éducateurs et les travailleurs sociaux et repose sur une adhésion de l'adolescent et non sur la contrainte.

Le projet Seuil peut s'apparenter à un placement de type CER (Centre Educatif Renforcé) : c'est une prise en charge éducative renforcée qui est développée d'une manière itinérante, déambulatoire.

Les Pieds sur Terre par Sonia Kronlund de 13h30- 14h

Les Pieds sur Terre : une demi-heure pour tenter d’écouter sans analyser, de comprendre sans commentaire, d’ouvrir une petite fenêtre sur ce réel qui nous échappe ou qui nous parvient toujours formaté. Ecouter ceux dont on commente abondamment les faits et gestes, aller sur leur terrain et y rester.

Au coin de la rue, à deux pas d’ici, dans le centre de la France, ou à l’autre bout du monde, tous les jours, et chaque fois nous tentons de revenir obstinément à cette pratique : aller au plus près, prendre le temps, perdre du temps, participer, se laisser surprendre par les démons et les merveilles de notre belle époque.

Bien sûr il n’est pas de réel donné sans point de vue qui s’exerce. Nous ne l’oublions pas, et allons d’abord vers ceux qui se battent et qui luttent, pour un rien, pour tout changer, pour vivre mieux ou pour vivre tout court. Lieux de conflits, de revendications, de désaccords,aussi minuscules soient-ils. Et puis nous nous laissons surprendre et sommes parfois baladés, mais nous argumentons aussi et j’espère, changeons souvent d’avis.

A écouter ou à podcaster sur franceculture.fr