Le Prix Sakharov décerné à Nadia Murad Basse et Lamiya Aji Bashar, deux femmes yézidies victimes de Daech

Publicité

Le Prix Sakharov décerné à Nadia Murad Basse et Lamiya Aji Bashar, deux femmes yézidies victimes de Daech

Par
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar ont obtenu le Prix Sakharov 2016
Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar ont obtenu le Prix Sakharov 2016
© Sipa - Vit Simanek/Balint Szlanko

CARTE. Le Prix Sakharov 2016 est attribué à deux femmes yézidies originaires d'Irak, ayant survécu à l'esclavage sexuel de l'État islamique : Lamiya Aji Bashar et Nadia Murad Basee, porte-parole des femmes victimes des violences sexuelles de cette organisation terroriste.

C'est une récompense pour les droits de l'Homme mais aussi ceux des femmes. Le Parlement européen décerne cette année le prix Sakharov à Nadia Murad et Lamiya Aji Bashar. Deux membres de la communauté yézidie et deux femmes persécutées par le groupe Etat islamique, comme l'explique Valentine Letesse :

Nadia Murad Basee et Lamiya Aji Bashar persécutées par l'Etat islamique parce qu'elles sont femmes

1 min

Une nomination que salue Martin Schulz, président du Parlement européen : "En décernant le Prix Sakharov à Nadia Mourad Bassi Taha et Lamiya Aji Bachar, nous prouvons que leur combat n’a pas été vain et que nous sommes prêts, nous aussi, à nous engager pour les aider à lutter contre la terreur et la brutalité que répand encore beaucoup trop l’État islamique".

Publicité

Ambassadrice des Nations Unies

En août 2014, leur village a été attaqué et des habitants massacrés. Les deux jeunes femmes ont été capturées par les membres de l'EI pour être réduites en esclavage. Elles ont finalement réussi à s'échapper. Depuis, elles ne cessent de dénoncer les crimes de l'organisation terroriste, la traite des êtres humains et la défense des droits de leur communauté.

Pour son combat, Nadia Murad Basee a même été nommée "ambassadrice de bonne volonté des Nations unies pour la dignité des survivants du trafic d’êtres humains". Elle a par ailleurs obtenu au début du mois d'octobre, le prix Vaclav Havel des droits de l’Homme décerné par le Conseil de l’Europe.

A écouter : Persécution des Yézidis : peut-on parler de génocide ?

L'héritage d'Andreï Dmitrievitch Sakharov

Le physicien russe Andreï Sakharov est l'inventeur de la bombe à hydrogène et prix Nobel de la paix 1975. Figure dissidente du régime communiste, depuis ses prises de positions contre l'URSS, il crée dans les années 1970, un comité pour la défense des droits de l'Homme et celle des victimes de procès politiques. Une lutte pour la liberté qui lui vaut en 1975 le prix Nobel de la paix.

A écouter : Russie, Biélorussie, Ukraine : résister au gel des consciences

Dans le cadre de la lutte contre les régimes d'oppression et pour récompenser les défenseurs des droits de l'homme et les dissidents à travers le monde, le parlement européen crée le prix éponyme en 1988. Selon le Parlement :

Le prix est ainsi décerné à des personnes qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l'Homme dans le monde, et attire l'attention sur les violations des droits de l'Homme tout en apportant un soutien aux lauréats ainsi qu'aux causes pour lesquelles ils se battent.

1988-2016 : 28 lauréats du Prix dans le monde

Depuis sa création, les Cubains sont les plus distingués par le prix. En 2002, il a été attribué à Oswaldo Payá Sardiñas, puis en 2005 au mouvement des Dames en blanc et en 2010 à Guillermo Fariñas.

A écouter : Le cas Soljenitsyne